La fractale des raviolis • Pierre Raufast

par Electra

C’est en lisant l’avis très enthousiaste de Jérôme sur le dernier roman de Pierre Raufast, et en rappelant son coup de cœur pour le précédent, La fractale des raviolis que je n’ai pas hésité en le voyant l’autre jour à la BM où j’allais emprunter une BD. Me voilà repartie avec roman sous la main, mon treizième emprunt du mois ! Allais-je le regretter ?

Que nenni ! Le plat de raviolis fut avalé en deux petits jours à peine – j’ai profité d’un long trajet en bus (chose rare) pour terminer les quarante dernières pages. Pour ceux qui, comme moi, auraient loupé ce petit ovni de fiction à sa sortie, voici la présentation de l’éditeur :

Il était une fois une épouse bien décidée à empoisonner son mari volage avec des raviolis. Mais, alors que s’approche l’instant fatal, un souvenir interrompt le cours de l’action. Une nouvelle intrigue commence aussitôt et il en sera ainsi tout au long de ces récits gigognes. Tout ébaubi de voir tant de pays, on découvre les aventures extraordinaires d’un jeune garçon solitaire qui, parce qu’il voyait les infrarouges, fut recruté par le gouvernement ; les inventions stratégiques d’un gardien de moutons capable de gagner la guerre d’Irak ; les canailleries d’un détrousseur pendant l’épidémie de peste à Marseille en 1720 ou encore la méthode mise au point par un adolescent sociopathe pour exterminer le fléau des rats-taupes. Véritable pochette surprise, ce premier roman ajoute à la géométrie rigoureusement scientifique, la collision jubilatoire du probable et de l’improbable.

Celui-ci résume parfaitement ma lecture ! Une histoire dans une histoire, dans une histoire .. pour les fans de cinéma, vous aurez pensé comme au rêve dans le rêve dans le rêve .. (Christopher Nolan et son célèbre Inception). Ces récits « gigognes » laissent ainsi toute liberté à l’auteur d’aller raconter les histoires les plus farfelues, mais toujours ancrées dans la grande Histoire et avec un regard scientifique assez poussé.

Bon, j’avoue avoir eu un peu peur lorsque le romancier une fois rendue à la dernière poupée russe décide de réintégrer tout le monde dans la grande poupée (la première histoire, celle de l’empoisonnement aux raviolis) car le nombre d’anecdotes et de personnages m’avait paru quelque peu exagéré, mais non ! Ma mémoire a fait son travail, et peu à peu j’ai pu ranger chaque poupée russe dans la précédente, pour n’avoir plus qu’une grande histoire à la fin, la grande Histoire de l’Humanité : celle qui commence avec une météorite !

Je n’en dis pas plus au risque de gâcher le plaisir du lecteur. Pierre Raufast explique à la fin de ce premier roman d’où lui viennent toutes ces histoires étranges, du garçon qui voit les infrarouges aux cinquante méthodes d’éradication des rats-taupes, à la peste qui envahit Marseille et aux stratégies guerrières … sans oublier la fameuse empoisonneuse de raviolis.

Une véritable pochette surprise donc ! Un plaisir de lecture jubilatoire, une parenthèse entre deux romans anglais bien plus sérieux. Pierre Raufast est un nom que je note précieusement. Et Jérôme, sache que je n’aime pas les herbes de Provence 😉

♥♥♥♥♥

Pierre RAUFAST, Alma Editions, 264 pages

10 commentaires
0

Et pourquoi pas

10 commentaires

keisha 13 octobre 2015 - 9 h 19 min

Haha, il te reste à lire son deuxième roman, alors, Avec moult histoires à l’intérieur, là encore, mais pas de poupées gigognes;

Electra 13 octobre 2015 - 10 h 05 min

Oui ! J’attends son arrivée à la bibli, enfin surtout sa disponibilité 😉

Hélène 13 octobre 2015 - 9 h 20 min

Je n’avais pas accroché du tout ! Faut dire que moi les français … 😉

Electra 13 octobre 2015 - 10 h 06 min

Ah désolée ! Pourtant c’est pourtant assez amusant comme procédé … Moi aussi, je compte les auteurs français que j’aime sur le bout des doigts 🙂

Laeti 13 octobre 2015 - 9 h 54 min

C’est bien l’idée que j’avais de ce roman! Je viens justement de chroniquer un autre roman des éditions Alma, La dictature des ronces, une très chouette découverte aussi! Je crois que je vais acheter La fractale des raviolis en poche!

Electra 13 octobre 2015 - 10 h 08 min

J’ai lu beaucoup de bien de la Dictature des Ronces (je vais lire ton avis) donc je vais essayer de l’emprunter ! Alma nous réserve de belles surprises 😉

Jerome 13 octobre 2015 - 13 h 04 min

Je suis ravi. Que tu aies tenté le coup déjà, et que tu aies apprécié ensuite. Je t’avoue que j’en doutais un peu, c’est quand même très éloigné de ta zone de confort habituelle. Tu sais que j’ai préféré son second, peut-être moins foufou mais bien plus mature au niveau de la construction. J’espère que tu le récupéreras vite à la bibli 😉

Electra 13 octobre 2015 - 19 h 23 min

Oui ! Merci pour le billet sinon je n’aurais pas sauté le pas je pense. Une bonne surprise même si je me suis demandé au premier coup de gigogne 😉
Tu vois qu’Hélène n’a pas du tout accroché ! Oui, je vais vérifier à la bibli. Ce soir je suis passée rendre des livres et j’ai pris un roman graphique un peu au hasard et deux livres à l’arrachée !

luocine 14 octobre 2015 - 11 h 13 min

moi non plus je n’aime pas trop les herbes de provence, je le dis très forts au cas où… et j’ai adoré La fractale des raviolis vraiment adoré.

Marie-Claude 15 octobre 2015 - 22 h 53 min

Depuis le temps que je vois les avis enflammés sur ce roman, je vais devoir m’y mettre aussi!

Les commentaires sont fermés