Des garçons bien élevés · Tony Parsons

par Electra
Des garçons bien élevés · Tony Parsons

Je n’ai cessé de croiser ce polar, je crois même me souvenir l’avoir un jour emprunté. Finalement, j’ai réalisé que je ne l’avais jamais lu. C’est chose faite !

La couverture du livre peut effrayer. Et le premier chapitre également. Puis une première victime, un banquier de la City, riche, 35 ans. Sa femme venait de le trouver en plein ébats avec leur gouvernante. Il a été égorgé dans son bureau, et sur le mur, une seule inscription dessinée avec le sang de la victime “porcs“. Max Wolfe est chargé de mener l’enquête. Le policier célibataire jongle entre son travail et sa petite fille, Scout, âgée de cinq ans. Il vient d’être muté, il travaillait avant dans une section anti-terroriste. Il a peine le temps de cerner la première victime, qu’on lui signale un deuxième meurtre. Cette fois-ci, il s’agit d’un sans-abri, 35 ans également. Ancien toxico, il vivait à la rue. Rien en commun sauf l’arme du crime, une arme de guerre. Egorgé dans une ruelle et Max retrouve la même inscription.

En rencontrant les familles des victimes, Max va faire le lien et son enquête va le mener à une très prestigieuse école (cousine d’Eton) où grandissent les futurs Ministres, hommes politiques et grands dirigeants.

J’ai lu le livre en deux petites sessions, un bon page-turner. L’intérêt vient plus de la manière dont l’auteur s’amuse avec le lecteur, en dévoilant certaines vérités tout au long du roman, qu’elles concernent le policier ou les victimes. Il y a bien quelques grosses ficelles, mais l’ensemble est rythmé et divertissant. On s’attache au héros, un jeune flic un peu perdu qui se prend pas mal de coups et on ferme les yeux sur certaines facilités. Il ne révolutionne pas le genre mais atteint son objectif.

Je découvre qu’il s’agit d’une série, le livre est sorti en 2014 dans sa version brochée, et depuis cinq nouvelles enquêtes sont parues en version originale, une seule a été traduite (Les anges sans visage), je pense le lire car l’intrigue me plaît bien.

♥♥♥

Des garçons bien élevés, The murder bag, trad.Pierre Brévignon, 2016, 432 pages

Et pourquoi pas

8 commentaires

maggie 20 mars 2019 - 13 h 28 min

J’avais bien aimé même si ce n’est pas le polar le plus original que j’ai lu. Ca me rappelle que je n’ai pas lu le deuxième qui est traduit !

Reply
Electra 20 mars 2019 - 20 h 24 min

Oui, j’ai bien aimé même s’il ne révolutionne pas le genre, le flic est plutôt sympa et l’intrigue bien trouvée

Reply
keisha 20 mars 2019 - 13 h 51 min

Je l’ai lu, bon souvenir, oui c’est uen série, mais je n’ai pas pris le temps de suivre.

Reply
Electra 20 mars 2019 - 20 h 25 min

il y a en a tellement, c’est difficile !

Reply
Jerome 21 mars 2019 - 12 h 51 min

Un bon page-turner ce n’est pas un argument suffisant pour que je succombe 😉

Reply
Electra 21 mars 2019 - 20 h 03 min

Non, je pense que tu peux passer ton chemin mais ne loupe pas Woodrell !

Reply
Eva 24 mars 2019 - 21 h 11 min

moi aussi je n’arrête pas de le croiser, et j’aimerais bien le lire un de ces quatre…

Reply
Electra 24 mars 2019 - 23 h 30 min

Il se lit facilement et le personnage de l’inspecteur est très sympa.

Reply

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez l'utilisation temporaire de vos données pour ce site.