Rising out of Hatred · Eli Saslow

par Electra

… The Awakening of a former White Nationalist. Voici le titre complet : sortir de la haine, l’éveil d’un National Blanc. C’est en regardant un talk show américain que j’ai découvert l’histoire de Derek Black, un jeune Américain, suprémaciste blanc, à l’avenir politique très prometteur et qui a pris soudainement conscience de sa haine.

Derek Black avait tout pour réussir car il a grandi dans l’épicentre de l’extrême-droite. Son père a créé Stormfront, la plus grande communauté ouvertement xénophobe sur Internet. Son parrain n’est autre que David Duke, le Grand Sorcier du Ku Kux Klan. Dès l’âge de 10 ans, le jeune Derek a créé son premier site Internet, un forum pour enfants blancs où il parlait ouvertement de sa haine pour les Noirs, les Latinos et les Juifs. A tout juste 19 ans, il remportait sa première élection au conseil communal de sa ville en Floride et possédait sa propre émission de radio, suivie par des milliers de jeunes fascistes comme lui. Dereck avait déjà compris que la lutte pour la suprématie devait passer par la politique. « Nous nous infiltrerons » a-t-il déclaré lors d’un rassemblement. « Nous pouvons reprendre notre pays ».

Derek est persuadé que l’Amérique est celle créée uniquement par des Européens blancs et qu’elle doit redevenir ainsi. L’histoire médiévale prouve, selon lui, qu’il a raison.  La conclusion est simple : les personnes noires sont intellectuellement inférieures à la race blanche, la science l’a prouvée. Concernant les Juifs, Derek a réfléchi et conclu qu’ils ne sont pas blancs mais malins comme le Diable.

Derek est l’avenir du mouvement. Son père, ayant eu un AVC, a confié tout son espoir dans ce fils prodigue. Derek ne sortait qu’avec des filles du Klan. Mais Derek aime par-dessus tout étudier, et depuis très jeune, il apprend l’allemand et l’histoire médiévale (comme tous les Nationalistes américains, je pense aux gangs en prison qui font pareil). Il voyage à travers le monde et ses parent lui paient l’université.

Mais à son arrivée au New College of Florida, Dereck comprend très vite qu’il s’agit d’une petite université très libérale, hippie, ouverte aux étudiants gays et transgenres, aux minorités – bref, à tout ce qu’il abhorre. Le jeune homme décide alors de cacher tout de ses réelles croyances. A son arrivée, il devient ami, presque malgré lui, avec un jeune étudiant Péruvien or Derek qui a grandi en Floride, ne supporte plus cette invasion d’Hispaniques et de Latinos. D’ailleurs son parrain avait émis l’idée d’un mur avec le Mexique (idée reprise par une orange un peu plus tard). Mais Juan est sympa et les deux partagent de nombreux points communs. Derek doit jongler entre les cours et ses vraies-fausses amitiés, pour continuer de mener chaque matin son émission à la radio où il continue de décrire les Noirs comme une race inférieure avec dans leur sang, un gêne de la violence. Un jour, Dereck tombe amoureux. Rose est originaire de l’Arkansas, le berceau de l’Amérique profonde où Derek allait souvent l’été en camp de jeunes nationalistes. Mais c’est la douche froide, un jour Rose lui dit qu’elle rentre fêter Hannukah chez elle. Rose est Juive… Tiraillé entre ses sentiments et ses plus profondes croyances, Derek ne lui dit rien mais lui pose des questions sur sa famille, sur le fait d’être l’une des rares familles juives dans une petite ville du MiddleWest. L’université a son propre forum où Dereck se rend, on y parle de racisme, d’homophobie, de violence policière et il voit bien que la très grande majorité des étudiants est très libérale.

Mais Dereck continue de mentir. C’est lors de son séjour en Europe, où il étudie l’allemand et l’histoire médiévale,  qu’un autre étudiant va le dénoncer à l’ensemble de la faculté. La réponse est immédiate, des centaines puis des milliers de mails sont échangés. Il faut l’expulser, disent certains. C’est la stupéfaction pour ses amis, dont Rose ou Moshe ou Juan. La faculté réfléchit un temps à l’écarter mais comme Derek ne prêche aucun discours de haine, décide de ne rien faire. A son retour, Derek fuit le campus et s’installe en dehors. Il marche tête baissée, les insultes pleuvent sur lui. Mais deux étudiants de religion juive décident d’agir autrement et l’invitent à leur diner de Shabbat le vendredi soir. Ils veulent lui prouver qu’ils sont humains comme lui. A ce diner participent aussi des étudiants noirs, Juan et une jeune femme Allison, très remontée contre lui.

Je pourrai en dire plus. Il faudra plus d’un an à Dereck pour voir ses idées être mises à mal et lors de son deuxième séjour en Europe, il étudie l’histoire et comprend peu à peu que la notion de race n’existait pas à l’époque médiévale. Les gens appartenaient à des Royaumes, pas à une race. Il découvre que la race a été « inventée » par des scientifiques (français) afin de justifier l’esclavage et enfin que la sous-entendue menace de génocide envers les Blancs est fausse.

Entre temps, Trump a été élu et les fascistes ont trouvé ici un nouveau représentant qui met en pratique ce qu’ils souhaitaient : un mur le long du Mexique, les enfants en cage, l’exclusion des transgenre dans l’Armée, une interdiction d’entrée sur le territoire pour les Musulmans .. Et peu à peu, les défilés et les actes de violence se multiplient, des jeunes blancs prennent les armes et citent toujours Stormfront comme leur première source…. Que va faire Dereck ? 

J’avoue, j’ai parfois eu des envies de vomir en lisant les pensées et les discours de Derek : il croit à la stérilisation des femmes issues de minorités et pense que l’Holocaust n’a jamais existé et surtout il défend l’idée d’une Amérique créée uniquement pour les Blancs….Son parcours est vraiment unique.

Forcément, en lisant ce livre avec le recul, je me suis dit que tout ce qu’il dénonce est arrivé et la prise du Capitole n’est que le résultat de ce discours fasciste. Il faudrait donner ce livre à lire à toute cette jeunesse qui est attirée par ces idées. Le livre a été écrit par Eli Saslow, journaliste au Washington Post et déjà récipient du Pulitzer Prize. Il n’a pas encore été traduit.

Editions Anchor, 2019, 304 pages 

Photo by Patrick Hendry on Unsplash

14 commentaires
1

Et pourquoi pas

14 commentaires

Sunalee 7 avril 2021 - 7 h 54 min

Quand j’ai vu que tu lisais ce livre, j’ai été intriguée – le sujet est tentant !

Electra 7 avril 2021 - 13 h 35 min

Oui, il l’est et parfois très effrayant – en plus avec le recul, tout ce qu’il prédisait est arrivé avec Trump mais bon sa prise de conscience est très belle à voir !

keisha 7 avril 2021 - 8 h 38 min

Une Amérique qui existe aussi, alors autant la connaître.

Electra 7 avril 2021 - 13 h 36 min

Oui, beaucoup de Trumpistes sont sur ces sites. On comprend aussi comment ils ont tout mal interprété, son séjour en Europe va lui faire prendre conscience que l’histoire ne va pas dans leur sens…

Ingannmic 7 avril 2021 - 9 h 39 min

Ton billet me rappelle la lecture de « Mille petits riens » de Jodi Picoult dont l’un des personnages est un suprémaciste blanc. Evidemment, dans le roman, le sujet est traité moins en détail et moins en profondeur, mais c’est glaçant tout de même, on a du mal à concevoir des tels systèmes de pensée… mais comme l’écrit Keisha, oui cela existe (et je cris malheureusement que cela existera toujours).

Electra 7 avril 2021 - 13 h 37 min

oui et là, il s’adresse à des milliers de jeunes donc c’est vraiment inquiétant. La dérive fasciste est très facile – sa prise de conscience aura cependant permis de donner un coup de frein. Il est très courageux !

Fabienne 7 avril 2021 - 10 h 58 min

Glaçant et terrifiant.

Electra 7 avril 2021 - 13 h 37 min

Exactement. Hélas !

Fanny 7 avril 2021 - 13 h 41 min

Oh bord** ça doit être une expérience de lecture assez dérangeante.
Vivement qu’il soit traduit !

Electra 7 avril 2021 - 14 h 20 min

oui ça l’est ! lire autant de haine … mais bon ça finit quand même avec un peu d’espoir !

Marie-Claude 8 avril 2021 - 20 h 31 min

Oui, vivement sa traduction. Ce que tu m’en avais raconté m’avait tétanisée…

Electra 8 avril 2021 - 22 h 51 min

oui il y a des moments où c’est tellement horrible .. incroyable que tant de gens adhèrent à ce genre de théories !

Mes échappées livresques 9 avril 2021 - 9 h 40 min

Pour son sujet très fort, je surveillerai l’arrivée de sa traduction également.

Electra 9 avril 2021 - 10 h 16 min

Oui, il est vraiment passionnant et surtout il montre que quelqu’un comme cela peut changer !

Les commentaires sont fermés