Beautiful world, where are you · Sally Rooney

par Electra

En commençant ce billet, j’ai presque envie de me plonger à nouveau dans ce roman, afin de ressentir les mêmes émotions mais non. Je vais tenter d’écrire un billet qui a du sens.

Quand j’ai lu Normal People, je me suis demandée si j’aimais ou non ce roman. Le doute était réel. Le temps a passé, et j’ai compris que j’avais lu un formidable ouvrage. Une écriture unique. Et le talent incroyable d’entrer à l’intérieur de nos têtes, de pouvoir traduire nos peurs, nos colères, nos espoirs. Enfouis.

Sally Rooney signe ici un roman qui m’a rappelé son précédent : des histoires de jeunes gens en Irlande. Mais cette fois-ci, elle a choisi la voie épistolaire : à travers deux meilleures amies, Alice et Eileen qui racontent leur vies, leurs émois dans de longs e-mails.

Alice est écrivain. La jeune femme a connu un énorme succès avec ses précédents romans. Cette soudaine notoriété l’a désarçonnée. Incapable de faire face à la pression, la jeune femme sort d’un long séjour en psychiatrie. Elle décide alors de profiter d’une maison en bord de mer, loin de Dublin, pour retrouver ses esprits et le goût d’écrire. Son amie Eileen se remet quant à elle de sa rupture avec sa plus longue relation. La jeune femme est aussi déboussolée. La trentaine entamée, elle se demande ce qui n’a pas marché. Elle retrouve alors Simon, un jeune homme avec qui elle flirte depuis l’adolescence. Les deux ont déjà couché ensemble, mais leur histoire ne semble les mener nulle part.

Alice et Eileen se sont connues en partageant un logement à la faculté. Eileen travaille désormais dans un magazine littéraire et aimerait aussi être publiée, mais Alice lui fait de l’ombre. De son côté, Alice, s’est isolée de son groupe d’amis et rencontre Felix, un jeune type du coin, cynique et qui peine à croire que cette jeune femme timide est en fait une autrice à succès. Entre eux naît une attraction mutuelle mais compliquée.

Sous nos yeux, Sally Rooney s’amuse à nouveau à décortiquer les sentiments des uns et des autres, pas uniquement sur le registre de l’amour mais aussi sur celui de l’amitié. Qu’attend-t-on de l’autre ? L’autre est-il la seule voie du bonheur ?

Avant de parler plus en long de ce qui me plait tant chez Sally Rooney, mes bémols : l’autrice est, à mon avis, une incurable romantique et je ne le suis pas, mais l’unique reproche que je peux lui faire : l’histoire d’Eileen et Simon est un ressort littéraire et cinématographique, tellement trop utilisé…. Comment deux êtres amoureux peuvent jouer au chat et à la souris pendant 15 ans avant de s’avouer enfin leurs sentiments ? Harry et Sally a définitivement clos le sujet, et du coup ici il prend un coup de vieux. Heureusement, l’écriture de Sally Rooney, son talent pour traduire les émotions, la rage d’Eileen font que j’ai mis de côté mon aversion pour ce genre d’histoires.

Car sinon, j’ai adoré, je l’ai lu très vite. Je le répète : je n’aime pas les histoires d’amour à l’eau de rose, mais comme pour le film 500 Days of Summer, ce n’est pas une histoire d’amour, c’est un livre sur l’amour, entre autres. C’est pour moi, surtout un livre sur soi – sur notre fragilité qui pousse certains en retrait. Sur le monde moderne, sur la pression de la société, de la famille. Sur notre définition du bonheur. Et puis quel plaisir d’être en Irlande, et pas aux USA ! J’ai ressenti tout du long cette chaleur humaine, mais aussi l’air marin de l’Atlantique et la Guinness.

Et puis, j’avoue, les héroïnes, les deux, m’ont souvent vraiment énervées – mais qu’importe, les personnages ne doivent pas être tout le temps aimables. J’ai vu qu’une booktubeuse anglaise que j’adore avait lu le livre et j’ai découvert qu’elle avait détesté le personnage de Felix, qu’elle a vu comme un personnage cynique, méchant et dangereux pour Alice. Alors que moi, je suis tombée en amour ! D’un manipulateur ? Non, d’un homme honnête qui pose les questions qui dérangent, qui bouleversent les deux jeunes femmes. J’ai adoré ce personnage.

J’avoue aussi, que je ne repense plus beaucoup à ce livre dans mon quotidien mais rien qu’en le tenant à nouveau entre mes mains, je sais que j’ai envie d’aller passer de nouveau un week-end en leur compagnie. Dans un pub, autour d’une Guinness ou d’une Kilkenny. Vous venez avec moi ?

♥♥♥♥

Editions Knopf, 2021, 341 pages

Photo by Heather Mount on Unsplash

Et pourquoi pas

14 commentaires

uneviedevantsoi 11 novembre 2021 - 7 h 22 min

J’attendais ce billet avec impatience! On peut donc se réjouir ☺️ C’est exactement ce que j’ai ressenti à la lecture des ses précédents romans. Mais je vais attendre sa traduction je pense (ou plutôt je vais me ruer sur sa traduction…)

Reply
Electra 11 novembre 2021 - 18 h 20 min

J’adore ta phrase entre parenthèses ! J’ignore quand il va être traduit, mais ça ne saurait tarder ! J’ai gardé un excellent souvenir de ma lecture. Le livre est à côté de moi, et celui-ci reste sur mes étagères.

Reply
Sunalee 11 novembre 2021 - 9 h 32 min

Je crois que j’ai lu « Normal people » pendant que tu lisais le suivant (et je viens de publier mon billet à ce sujet). J’hésite, mais tu as tous les arguments (même les négatifs) pour me donner envie. Parce que même si je n’ai pas tout à fait accroché à ma lecture, il y a quand même un certain ton qui me parle.

Reply
Sunalee 11 novembre 2021 - 9 h 36 min

Je voulais encore rajouter ceci: hier, en terminant le livre sur les actrices américaines des années 1930, l’auteur (Mick LaSalle) disait que les films américains d’aujourd’hui ne savaient plus raconter les histoires d’amour, ça se résume en trois scènes de cinq minutes en tout, et puis on passe à autre chose (le bouquin a été écrit il y a 20 ans et ça a peut-être un peu changé depuis mais je n’ai pas encore trouvé d’exemple). Quand j’ai réfléchi à cette question, j’ai tout de suite pensé à Sally Rooney qui prend le temps de décortiquer une histoire d’amour, la mettant au centre du récit.

Reply
Electra 11 novembre 2021 - 18 h 22 min

Oui elle parle d’amour, sans tomber dans la romance, et c’est ce que j’aime. Les réactions des personnages m’énervent parfois, mais c’est réaliste. Personne n’est parfait. Et puis l’Irlande.

Reply
Electra 11 novembre 2021 - 18 h 21 min

Oui, j’aime sa manière de disséquer l’âme humaine, elle parle de nos sentiments, et je trouve qu’elle connaît bien l’âme humaine. Je ne lis pas de romances, et pour moi cela n’en est pas – c’est plus sur l’humain en général, et cette nouvelle génération.

Reply
katell 11 novembre 2021 - 18 h 47 min

j’ai lu Normal People cet été et même si ce n’était pas un coup de coeur, l’écriture et l’histoire m’ont bizarrement captivée!
Petite question: les photos que tu utilises pr illustrer tes billets sont elles de toi? elle sont superbes!

Reply
Electra 11 novembre 2021 - 18 h 52 min

Non, hélas mais tu me fais penser que j’en ai fait de très belles pendant mes voyages, du coup ça serait un bon moyen de les utiliser – non, celles-ci viennent de photographes amateurs, et certains sont très doués ! J’ai ressenti la même chose que toi, elle me captive et je trouve cela presque .. magique ?

Reply
Mes échappées livresques 12 novembre 2021 - 10 h 01 min

Pas encore lu cette auteure mais Conversations entre amis m’attend. Pour Normal people j’ai seulement vu la série qui est une belle réussite avec de très bons acteurs.

Reply
Electra 15 novembre 2021 - 9 h 52 min

Je veux aussi voir la série à présent. J’ai aussi Conversations entre amis qui m’attend 🙂

Reply
Marie-Claude 12 novembre 2021 - 15 h 40 min

Comme tu le sais, je bavais de jalousie en te voyant le dévorer. La traduction ne saurait trop tarder. Pour une fois, je sais qu’elle arrivera. Je l’attends donc avec impatience.

Reply
Electra 15 novembre 2021 - 9 h 52 min

Oui pas d’inquiétude de ce côté-là b!

Reply
Autist Reading 16 novembre 2021 - 13 h 56 min

J’ai vu l’adaptation de Normal People et, si j’ai bien aimé dans l’ensemble, il y a dans l’histoire des choses qui m’ont dérangé, certains comportement des deux personnages principaux que je n’ai pas compris… Du coup, malgré les retours dithyrambiques sur ce nouveau roman sur les blogs anglo-saxons, je ne pense pas m’y coller. En revanche, je jetterai probablement au moins un coup d’oeil à la prochaine adaptation qui ne manquera pas de sortir d’ici quelques mois…

Reply
Electra 16 novembre 2021 - 19 h 24 min

J’ignore s’il va être adapté, car beaucoup n’aiment pas les personnages principaux qui énervent, les femmes détestent Felix que j’adore alors que les gens aimaient les personnages de Normal People…
il faut que je vois l’adaptation sur Netflix du coup. Je crois aussi qu’elle va beaucoup plus loin dans les romans, difficile d’être dans la tête des gens selon moi. Mais lis plutôt les livres de 2010 qui trainent dans ta PAL LOL

Reply

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez l'utilisation temporaire de vos données pour ce site.