Shane · Jack SCHAEFER

L'homme des vallées perdues

par Electra
778 vues

Le Caribou a eu l’idée de ce défi littéraire pour relancer notre appétit littéraire : nous avons défini une dizaine de catégories et dans chacune, nous avons choisi soigneusement 3 lectures pour l’autre, en tenant compte de nos goûts et ne pas avoir soi-même déjà lu ces romans. La première catégorie est la célèbre liste de livres lus par Rory Gilmore et le Caribou m’a proposé trois titres : Il était une fois de Lisa Tucker, Shane de Jack Schaefer et Balzac et la Petite tailleuse chinoise de Dai Siije.  Je me suis enfin décidée à quitter l’Asie pour … monter à cheval et rejoindre Shane dans ce western culte !

Lorsque j’ai vu la traduction française, L’homme des vallées perdues, j’ai reconnu le livre .. que j’ai eu dans ma bibliothèque pendant longtemps avant de finalement m’en séparer… Qu’importe, j’ai choisi du coup de le lire en version originale.

Shane est un légende chez les personnages de western, l’adaptation du roman au cinéma a eu lieu en 1953, réalisée par Georges Stevens avec Alan Ladd dans le rôle principal. Soyons honnête : en regardant les images du film, je n’ai pas du tout reconnu le personnage que je me suis inventée en lisant le roman.

L’histoire est racontée par l’enfant d’une famille de fermiers, Bob Starrett, installée dans ces nouveaux territoires à l’Ouest, qui n’ont pas encore de statut d’Etat. Le père travaille d’arrache-pieds, mais un gros propriétaire terrien de la vallée tente depuis plusieurs mois de l’exproprier ainsi que ses autres voisins fermiers. La tension monte et le père de famille est désormais seul à gérer le bétail et tous les travaux à mener pour entretenir la ferme. Mais un jour, un homme se présente à eux. Il est seul, et dit s’appeler Shane. Il demande s’il peut faire reposer son cheval et boire.

Il impressionne Bob – un homme qui pèse chacun de ses mots, a le regard dur, mais est poli et respectueux. Il ne porte pas d’arme et reste très évasif sur son passé et ses origines. Mais le père de famille a comme une révélation et il propose à Shane de rester au ranch l’aider quelque temps. Shane, qui dit lui-même ne pas avoir eu de travail de ferme depuis une dizaine d’années accepte. Lorsque les deux hommes vont en ville acheter du matériel, ils croisent la route des hommes de main du notable qui veut leurs terres – et très vite les langues se délient : Shane fait sensation par son assurance. Les autres fermiers craignent cet homme taciturne. Et lorsque l’un des hommes de main semble le reconnaître et refuse de le passer à tabac, les gens comprennent que Shane cache une autre vérité.

He rode into our valley in the summer of 1889, a slim man, dressed in black. ‘Call me Shane,’ he said. He never told us more. There was a deadly calm in the valley that summer, a slow, climbing tension that seemed to focus on Shane.

Les menaces des hommes de main n’y font rien : Shane n’est pas un homme facilement impressionnable. Peu à peu la pression monte, et elle est palpable… Je ne vous en dirais pas plus. Ce court roman fonctionne très bien, comme pour le personnage principal, l’auteur a pesé chacun de ses mots. Il a créé un personnage proche du fantasme du cowboy solitaire. On sent qu’il en est lui-même épris…

Shane est donc un homme presque irréel : calme, mais puissant et dont on sent qu’il peut exploser à chaque seconde. L’auteur réussit à transmettre sa dangerosité et le résultat est bluffant. Il inquiète un peu la mère de famille mais ils sentent tous qu’il les protégera jusqu’au bout. J’ai tout de suite aimé ce personnage même en sachant que les braises couvaient sous ses pieds et je me suis attachée à cet homme atypique.

La fin ne m’a pas déçue. Un vrai western comme je les aime. J’aurais aimé qu’une nouvelle adaptation cinématographique soit réalisée, avec un autre acteur.

Enfant et adolescente, je regardais tous les western diffusés le dimanche soir et avec ce roman, j’ai retrouvé ce que j’aimais dans ces films, où les grands espaces semblent avaler les êtres humains.

♥♥♥♥

Editions Orion, 2016, 160 pages

 

Et pourquoi pas

18 commentaires

Sunalee 11 février 2024 - 21 h 37 min

J’ai juste vu le western, j’ai surtout le souvenir que le gamin m’avait un peu énervée.
Quant à Alan Ladd, le hasard fait que je viens de voir ce soir le premier film dans lequel il a joué, This gun for hire, un film noir avec Veronica Lake.

Electra 12 février 2024 - 11 h 19 min

Ah oui je me doutais que tu allais reconnaître le film ! je pense que le livre est bien meilleur – je n’ai pas de souvenir de l’avoir lu, mais j’en regardais deux par semaine et dès l’âge de 9 ans donc j’ai vraiment oublié certains. L’enfant est super dans le livre par exemple

Marie-Claude 12 février 2024 - 0 h 44 min

Ben dis donc, je suis bien tombée, mais surtout, tu as fais un bon choix. Mission accomplie: j’ai très envie de le lire. Il semble respecter tous les codes traditionnels du western. Bien joué. Ça part en force 😉

Electra 12 février 2024 - 11 h 20 min

oui ! ça part en force ! J’ai vraiment aimé, et tu as raison un vrai bon western comme on les aime et en 160 pages !

keisha 12 février 2024 - 8 h 28 min

Très tentant, mais là faudra fouiner en livres de seconde main! Je ne connais pas le film. Il est ‘ailleurs emprunté à la bibli, donc il a encore une vie, le bouquin lui est ‘consultable sur place exclu du prêt’

Electra 12 février 2024 - 11 h 21 min

oh intéressant ! Moi je l’ai eu en livre, mais je ne l’ai pas gardé et la ressourcerie où je l’ai donné a fermé depuis .. va savoir où il est rendu ! Il existe d’autres versions je pense en seconde main. Le bouquin est exclu du prêt ? ah oui ça m’arrive aussi quand je veux emprunter….

Mingh 12 février 2024 - 11 h 53 min

J’ai revu le film il n’y a pas très longtemps, il passe souvent sur les chaînes du câble. je le qualifierais de « moyen » par comparaison aux grands modèles du genre…Sans doute le livre est meilleur !
J’essaie de ne rater aucun western (j’adore ! ) notamment ceux très actuels de Kelly Reichardt….
Je suis dans tout autre chose : « Tout le monde n’a pas la chance d’aimer la carpe farcie » d’Elise Goldberg (Ed. Verdier)

Electra 12 février 2024 - 12 h 24 min

Bonjour Mingh !
Oui, il passe à la télé mais les extraits ne me donnaient pas envie et ton avis confirme mon doute pourtant le livre est excellent !
J’aime aussi beaucoup les western 🙂
Ta lecture en cours, je la vois pas mal apparaître sur les blogs ces temps-ci, apparemment c’est une plonge dans la communauté Askhénaze ? J’espère que c’est intéressant !

Ingannmic 12 février 2024 - 12 h 40 min

J’adore votre défi (et j’adore tout autant que vous utilisiez ce terme, plutôt que l’odieux « challenge » qui me répugne 🙂 !
Un western, pourquoi pas ? C’est un genre vers lequel j’aime m’égarer de temps en temps, même si je l’apprécie sans doute encore plus quand il est « revisité » (je pense notamment à Faillir être flingué de Céline Minard ou à Incident à Twenty-mile de Trevanian, que j’ai adorés..)

Electra 12 février 2024 - 15 h 19 min

merci ! oui on a décidé de reprendre la lecture mais de manière ludique 🙂 Hier on a partagé nos choix pour les autres catégories, et y a du bon … et du mystère car chacune choisit librement et secrètement l’un des 3 livres.
Pour le western, pour aimer le genre, ce court roman est pour moi un des meilleurs exemples en la matière : le cowboy solitaire, un duel … tu pourrais aimer !
J’avais lu et aimé Faillir être flingé mais si je connais Trevanian, son roman ne me dit rien mais du coup je le note immédiatement !

Kathel 12 février 2024 - 13 h 37 min

Je ne connais ni le livre, ni le film… et pour comprendre cette catégorie, j’ai du chercher qui était Rory Gilmore ! 🙂 Je regarde des séries, et je lis aussi, on ne croirait pas, haha !

Electra 12 février 2024 - 15 h 20 min

MDR pour Rory Gilmore – pour tout te dire, j’ai adoré cette série car l’héroïne passait son temps à lire ! d’où sa célèbre liste de tous les livres lus pendant les 5 saisons
Mais oui, je te crois ! Il y a tellement de séries (comme de livres) que je n’ai pas vues ! Tu est toute pardonnée !

je lis je blogue 12 février 2024 - 17 h 20 min

Je ne lis que très rarement des westerns et j’en regarde encore moins depuis que je suis adulte. J’ai beaucoup aimé certains classiques mais je n’y connais pas grand chose quand même.

Electra 12 février 2024 - 20 h 41 min

oui, ici ce roman a inspiré toute une génération d’auteurs de western – il a en quelque sorte créer les codes et il est court. Du coup, je le conseille si tu veux découvrir ce genre 🙂

Fanja 13 février 2024 - 0 h 37 min

Ouhlala totalement inconnu de mes services, mais je ne suis pas très western, il faut dire.:)

Electra 13 février 2024 - 19 h 24 min

J’ai bien rigolé en lisant ton Ouhlala ! Pas de souci 🙂

Fanny 14 février 2024 - 9 h 24 min

J’adore ce défi 😀 C’est assez drôle.
Je ne lis pas de western (à part Le Pouvoir du chien, mais je ne sais pas si on peut le catégoriser comme cela).
Ce que tu dis sur ce livre qui m’est inconnu me plait bien.

Electra 15 février 2024 - 18 h 48 min

Merci. Le défi est effectivement assez drôle, car je dépends entièrement des choix du Caribou – pour l’instant, ça me réussit, à voir dans le temps ! Le western est un genre bien à soi et celui-ci a en fait créé les codes.

Les commentaires sont fermés