Intimacies · Katie Kitamura

par Electra
587 vues

Il arrive parfois qu’on achète un livre sur un coup de tête, et ce fut le cas avec ce roman. Je l’ai croisé, je ne sais plus où, sans doute à ma librairie puis je l’ai trouvé en occasion et j’ai craqué. J’ai appris après que Barack Obama l’avait ajouté à sa liste de lectures préférées de 2021. Je n’avais jamais entendu parler de ce roman, ni de l’autrice, Katie Kitamura.

La narratrice, américaine mais d’origine étrangère est une interprète venant travailler à la cour international de la Haye aux Pays-Bas. Une femme au passé inconnu mais qui recherche toujours un endroit qu’elle pourrait appeler sa maison. Elle a accompagné les derniers instants de son père et sa mère est repartie vivre en Asie. A son arrivée, elle fait la connaissance d’un homme marié, mais séparé, Adriaan et tous deux entament une liaison.

Elle a une amie, Jana, qui travaille dans un musée et qu’elle voit de temps en temps. Un jour, sa chef lui demander de remplacer une collègue pour travailler avec un ancien président africain accusé de crimes de guerre. Elle doit assister à ses échanges avec son équipe d’avocats (traduction de français à l’anglais) et lors de l’audience, traduire les témoignages de ses victimes. A sa grande surprise, l’un des avocats est un homme qu’elle a croisé à une soirée quelques jours auparavant et qui semble bien connaître l’épouse d’Adriaan. Ce dernier l’a d’ailleurs invité à s’installer chez lui car son appartement est proche du tribunal. Il a décidé de partir à Lisbonne demander le divorce à son épouse, installée là-bas avec leurs enfants. Mais le temps passe, et Adriaan ne donne plus de nouvelles …

Quant au procès, il prend une drôle de tournure. Parallèlement, elle fait la connaissance de la soeur d’une homme victime d’une agression devant l’appartement de Jana, un soir où elle était présente….

Je ne peux pas en dire plus, l’atmosphère joue un rôle crucial, les questions que se posent la narratrice, ses doutes, sont si bien écrits. Je dois aussi avouer que j’ai connu quelques nuits difficiles, et que j’ai lu à trois reprises ce roman en pleine nuit, et je pense que cela a accentué mes impressions.

Ce livre a eu un effet hypnotique sur moi, j’avais toujours envie d’y retourner, même s’il ne se passe pas grand chose, même si la vie de la narratrice semble à nouveau partir dans tous les sens, j’ai trouvé l’ensemble captivant (comme Elik Shafak). L’autrice réussit à rendre une histoire plutôt banale en un roman chargé de tensions et d’une certaine forme de suspense.  Je suis toujours impressionnée par ce don d’écriture.

Je comprends dorénavant que Barack Obama l’a ajouté à sa liste de romans préférés. Pourtant, ce roman ne s’adresse pas particulièrement aux hommes. Nous apparaissons, nous lecteurs, dans une période compliquée de sa vie,  un peu comme des voleurs et on se retire quand elle doit faire un choix … ou pas…

Une lecture vraiment à part, qui me hante encore plusieurs jours après l’avoir terminé. En tout cas, j’ai vraiment envie de lire tous ses autres romans.

Le roman a été publié en français aux éditions Stock sous le titre Intimités en 2023.

♥♥♥♥♥

Editions Vintage, 2021, 219 pages

Photo de Rowan Heuvel sur Unsplash

Et pourquoi pas

12 commentaires

Sunalee 7 avril 2024 - 18 h 41 min

Je compatis pour tes problèmes de sommeil. Tu as une explication ?

Et le roman a l’air très attirant ! Si j’ai bien compris, ça se passe à La Haye ?

Electra 8 avril 2024 - 9 h 18 min

oui, c’est terminé maintenant – c’était avant mon départ en vacances, beaucoup de stress et ce souci de santé que je traine depuis un bout de temps (allergie)
oui il se passe à La Haye 🙂 J’ai beaucoup aimé, un peu comme Emily St John Mandel où l’atmosphère joue un rôle pregnant

Ingannmic 7 avril 2024 - 20 h 47 min

Un très bonne pioche, dis donc… et me voilà tentée, mais ce n’est pas trop confus, j’ai l’impression à lire ton résumé que ce roman prend de nombreuses directions assez diverses ?

Electra 8 avril 2024 - 9 h 19 min

pas trop, on ne se perd jamais car on reste sur les mêmes personnages – simplement, son esprit à elle est confus, elle doit gérer ce procès, ses problèmes personnels etc.
mais malgré tout, j’étais toujours pressée de retourner le lire !

Marie-Claude 8 avril 2024 - 0 h 02 min

Moi aussi, je suis très très tentée. Une lecture à part, ça me tente souvent! Et, bonne nouvelle qu’il soit traduit!

Electra 8 avril 2024 - 9 h 19 min

oui ! à l’époque, je lisais pourtant mais je ne l’avais pas croisé .. un beau portrait de femme !

je lis je blogue 8 avril 2024 - 6 h 49 min

Je comprends pourquoi ce livre a suscité ton intérêt mais j’avoue que le sujet ne me tente pas plus que ça

Electra 8 avril 2024 - 9 h 20 min

pas de souci ! je répondais à Sunalee en citant Emily St John Mandel, si tu lis ses romans, l’atmosphère joue énormément, ici aussi. J’ai toujours du mal à en parler en bien et pourtant

Kathel 8 avril 2024 - 8 h 53 min

Plutôt tentée aussi, j’ai l’impression que je pourrais me laisser envoûter aussi.

Electra 8 avril 2024 - 9 h 20 min

Il vaut le détour, pour l’écriture et l’atmosphère 🙂

Fanja 8 avril 2024 - 23 h 10 min

Hmm pas très sûre de vraiment y trouver mon compte, mais bon, c’est vrai que c’est intriguant qu’Obama l’ait classé dans ses romans préférés.

Electra 9 avril 2024 - 19 h 16 min

oui ! et du coup, après l’avoir lu, j’imagine qu’il a aussi été envouté !

Les commentaires sont fermés