The Removed · Brandon Hobson

par Electra

Il me tardait tellement de retrouver la magnifique plume de Brandon Hobson ! Souvenez-vous, il m’avait emporté avec son précédent roman, Where The Dead sit talking alors que le Caribou, la libraire et moi-même visitions une réserve Cri/Cree.

Oklahoma – Il y a quinze ans, la famille Cherokee Echota perdait leur fils ainé, Ray-Ray, dans une fusillade. Depuis, le deuil les a profondément changé. Maria, tout juste retraitée, après des années comme assistante sociale, doit gérer les premiers signes d’Alzheimer chez son époux, Ernest. Leur fille aînée, Sonia mène une vie de solitaire où elle devient obsédée par un père de famille célibataire et se met à les suivre … Leur deuxième fils, Edgar, a quitté la maison pour le Nouveau-Mexique où il se plonge à corps perdu dans la drogue.

Il y a cinq ans, Maria a voulu profiter de la fête Cherokee, et de la date anniversaire de la mort de Ray-Ray pour organiser un feu de joie où chacun peut évoquer la mémoire de Ray-Ray. Mais alors que la date approche, elle n’a plus de nouvelles de son fils cadet et Sonia semble être totalement obsédé par cet homme, alors qu’elle sait qu’il est lié à la mort de son frère. Pourquoi ? Peu à peu les esprits se réveillent, et la frontière naturelle qui les sépare de la réalité, s’efface. Tous aperçoivent un faucon et lorsqu’un garçon de 12 ans de l’assistance sociale, est placé pour quelques jours chez les Echota – Ernest croit voir l’esprit de Ray-Ray. Le gamin fait les mêmes imitations et utilise les mêmes expressions latines. Soudainement Ernest reprend vie et ses problèmes de mémoire semblent avoir disparu.

Edgar décide de quitter le Nouveau-Mexique et se retrouve chez un ami, créateur de jeux vidéos qui veut le filmer pour son prochain jeu, appelé Le Sauvage. Peu à peu, Edgar sombre dans un monde où la fiction rejoint la réalité, un monde où, comme ces ancêtres, il est à nouveau chassé. Removed veut dire retiré en anglais, comme les Cherokee. Ils ont été expulsés de leurs terres ancestrales (le Tennessee) et ont du traverser le pays jusqu’aux terres de l’Oklahoma, en plein hiver. Des centaines d’entre eux sont morts de faim et de froid. On l’appelle le Chemin des Larmes. Ray-Ray fut aussi retiré des siens, et du monde des vivants. Brandon Hobson joue avec le passé et le présent, avec les croyances Cherokee.

Mais surtout il réussit une nouvelle à dresser un portrait tellement touchant de la famille, comme dans son précédent livre. Ici les traumatismes du passé rejoignent ceux du présent, et les familles doivent apprendre à y faire face. Le deuil se fera. Un magnifique roman !

Et bonne nouvelle, ce roman sera traduit très prochainement en français et publié chez Albin Michel. Je vous en reparlerai dès la date de parution connue.

♥♥♥♥♥

Editions Ecco, 2021, 288 pages

 

Photo by Daniel Thomas on Unsplash

11 commentaires
0

Et pourquoi pas

11 commentaires

Ingannmic 10 mai 2021 - 8 h 18 min

Quôôaa ?! Tu ne lis pas QUE des nouvelles, en mai ?! Bon, visiblement, le roman mérite ce pas de côté… j’attends avec impatience des nouvelles de sa parution en France,a lors.

Electra 10 mai 2021 - 16 h 54 min

Non, et j’ai demandé l’accord à ma binôme !! J’ai plein de livres qui attendent donc un mois sans lire de fiction, c’est terrible LOL
Pour ce roman, oui j’ai hâte qu’il soit publié car je vais vous saouler avec !!!!!

Kathel 10 mai 2021 - 8 h 53 min

Je le note pour sa future parution, alors !

Electra 10 mai 2021 - 16 h 54 min

Oui !!! Il vaut vraiment le détour 🙂

unevidevantsoi 10 mai 2021 - 11 h 14 min

Where the dead sit talking se trouve toujours dans ma PAL. Merci de me le rappeler. J’attendrai pour celui-ci.

Electra 10 mai 2021 - 16 h 54 min

Sors-le de ta PAL ! sinon, oui celui-ci fera du bruit à sa sortie en français 🙂

Marie-Claude 10 mai 2021 - 17 h 56 min

TRÈS bonne nouvelle. Je suis joie! J’attends sa traduction impatiemment.

Electra 10 mai 2021 - 22 h 24 min

Oh oui ! tu vas aimer cet auteur 🙂

Mes échappées livresques 12 mai 2021 - 9 h 52 min

Une excellente nouvelle cette traduction !

Electra 12 mai 2021 - 21 h 04 min

Oui !!!

A mi course · retour sur ce premier semestre - la nuit je mens 15 juin 2021 - 6 h 45 min

[…] nation indienne […]

Les commentaires sont fermés