La toile du monde · Antonin Varenne

par Electra
La toile du monde · Antonin Varenne

Antonin Varenne m’avait totalement enchanté avec Trois mille chevaux vapeur et son personnage Arthur Bowman, il avait ensuite donné voix au fils adoptif Arthur, parti en Equateur et il nous revient en 1900 à Paris avec le personnage d’Aileen Bowman, la fille d’Arthur.  Des retrouvailles qui signent aussi la fin d’une dynastie très attachante !

Aileen a grandi dans un ranch du Nevada auprès de son père, Arthur Bowman, ancien baroudeur anglais et de sa mère française, partie en Amérique pour suivre un utopiste. Aileen monte à cheval, chasse et possède un esprit farouchement libre. La jeune femme, trente-cinq, célibataire vient couvrir l’Exposition universelle pour le New York Tribune.  Aileen est un esprit libre et elle découvre le Paris de 1900 avec des yeux avides d’apprendre. Comme nous.

Aileen a caché à son patron et à son entourage une quête plus personnelle : son père avait adopté deux orphelins, l’un d’eux était Pete Ferguson, parti en Equateur, il est revenu avec une épouse indienne et a fini ses jours dans un état d’extrême pauvreté dans une réserve. Lui et sa femme sont morts de froid, laissant derrière eux, un fils. Celui-ci a rejoint la tournée de Buffalo Bill qui joue aux cowboys et aux indiens en Europe. Aileen l’a très peu connu, c’était encore un enfant. Mais le jeune homme est à Paris et la jeune femme veut le retrouver.

Aileen se plonge dans le tout-Paris, celui qui connaît une métamorphose profonde : avec la construction du métropolitain, avec cette ferveur artistique autour de ces peintres à Montparnasse, Paris est en pleine effusion et Aileen adore la ville lumière. Elle découvre le vélo et fait la connaissance de ces hommes, Diesel ou le constructeur du métro, Fulgence, qui ouvrent l’avenir à la capitale et referment, sans le savoir, la porte au siècle précédent. C’est la fin d’une époque, celles des aventuriers, celles des sauvages. Le monde industriel a pris place. Varenne nous livre la nouvelle toile du monde, de l’Europe à l’Amérique.

Parallèlement à la fin de cette dynastie des Bowman, l’auteur français nous entraine sur ce passage fatidique dans le monde moderne. Un monde bruyant, gigantesque qui dévore tout sur son passage. Un monde qui va trop vite pour les générations précédentes. Aileen n’a plus de famille sinon cet étrange garçon qu’elle ne cesse de pourchasser dans les rues de Paris, mais dont bientôt les rôles s’inverseront.  Aileen une femme libre dans tous les sens du terme, celle qui porte des pantalons (et doit obtenir une autorisation pour le faire, quelle époque!) et qui aime poser nue pour les peintres. Mais une femme également profondément seule dont les rares moments de faiblesse sont touchants.

Aileen avait été accueillie à la table des hommes d’affaires, comme une putain à un repas de famille, tolérée parce qu’elle était journaliste.

Qui aime la grande Histoire, Paris mais aussi l’Amérique, les grands espaces et les Indiens et même la révolution industrielle, se retrouvera dans cette nouvelle épopée. Lorsqu’elle Aileen prend la plume pour un autre journal, le premier créé par des femmes, elle prend la voix de Paris qui voit ses entrailles ouvertes au ciel, son corps profondément changé. Ces passages sont magnifiques !

Je me sens un peu abandonnée avec la fin de la dynastie Bowman, même si j’avoue que je vais sans doute relire Trois mille chevaux vapeur, car Antonin Varenne a créé un des personnages qui m’a le plus marqué : Arthur Bowman. Lisez les trois même s’ils se lisent indépendamment. Juste mon avis !

♥♥♥♥

Editions Albin Michel, 2018, 352 pages

15 commentaires
2

Et pourquoi pas

15 commentaires

Mes échappées livresques 24 octobre 2018 - 7 h 44 min

Jamais lu Varenne, il a été très convaincant en conférence au festival America! Je me suis notée Trois mille cheveux vapeur pour commencer 😉

Electra 24 octobre 2018 - 19 h 55 min

Oui, et tu as raison de commencer avec celui-ci, mon préféré à ce jour ! Un vrai souffle romanesque et Bowman, quel personnage 😉

La Rousse Bouquine 24 octobre 2018 - 11 h 30 min

Je l’ai bien aimé dans l’ensemble mais j’avoue qu’il m’a un peu déçue. Je trouve que le roman manquait d’un fil rouge. Dommage !

Electra 24 octobre 2018 - 19 h 55 min

Oui, il aborde multitude de sujets, on lui a fait la remarque lors de notre rencontre, du coup ça peut déstabiliser. Tu avais lu les deux autres tomes ?

Jerome 24 octobre 2018 - 15 h 04 min

Juste ton avis, juste ton avis, juste ton avis de groupie, oui !
Je me rappelle de ta rencontre avec lui au salon du livre, il n’y a pas que sa plume qui te laisse insensible, n’est-ce pas ? :p

Electra 24 octobre 2018 - 19 h 57 min

Ah ah, je dois te prévenir que j’ai lu TOUS ses livres donc du coup j’ai aussi un vrai regard, et je le dis ici : j’ai préféré le premier tome de cette trilogie ! Mais oui, j’aime sa personnalité et sa franchise. On parle de Valentine Goby 😉

Virginie 24 octobre 2018 - 18 h 32 min

Comme La Rousse, j’ai été un peu déçue…j’ai nettement préféré Equateurs (et pas lu Trois mille chevaux vapeur…) et finalement, je me demande si je n’aime pas mieux Varenne en auteur de polars !

Electra 24 octobre 2018 - 19 h 59 min

tu n’as pas lu Trois mille chevaux vapeur ? alors là, tu as perdu quelque chose car c’est pour moi le meilleur des trois. J’ai adoré Battues, Cat 215 mais j’ai moins accroché à Le Mur, le Kabyle et le Marin par exemple.

Virginie 25 octobre 2018 - 19 h 29 min

J’ai lu “Battues” et “Cat215” que j’ai adoré ! mais je ne renonce pas à l’idée de découvrir “Trois mille…” !

Electra 25 octobre 2018 - 22 h 15 min

Oui, c’est très différent mais c’est vraiment bien !

keisha 25 octobre 2018 - 8 h 02 min

Je note qu’il faut commencer par le début?

Electra 25 octobre 2018 - 22 h 15 min

Je trouve ça mieux, car même si tu peux les lire indépendamment, les personnages sont cités et puis Aileen est définie par son histoire personnelle 😉

noukette 25 octobre 2018 - 10 h 46 min

Je n’avais pas compris que ces 3 romans avaient un lien entre eux…! Du coup, au vu de ton billet et des commentaires, je crois qu’il me faut enfin découvrir Trois mille chevaux vapeur !

Electra 25 octobre 2018 - 22 h 16 min

Oui ! et puis Trois Mille chevaux vapeur va t’emmener très loin !

Delphine-Olympe 27 octobre 2018 - 8 h 41 min

Tu connais mon avis sur ce livre ! 🙂 Peut-être l’aurais-je lu d’une façon différente si j’avais lu les volumes précédents ? D’ailleurs, je ne savais pas qu’ils formaient une trilogie.

Les commentaires sont fermés