Les deux vies · Sofia Ronaldo Wrobel

par Electra
Les deux vies  · Sofia Ronaldo Wrobel

Un roman brésilien me direz-vous ? Oui, mais un roman qui vous embarque dans l’Allemagne des années 30 – Hitler a pris le pouvoir et peu à peu le pays plonge dans la haine et la peur. Sofia et Klara sont adolescentes, l’une est Mischling, l’autre Aryenne, et sont inséparables, jusqu’à ce que la grande histoire vienne s’en mêler.

Ronaldo vit à Copacabana avec sa grand-mère Sofia Stern. Cette dernière commence à montrer des signes de sénilité ;  la voici ainsi en pleine nuit fuyant dans les rues, habillée et parée de tous ses bijoux.  Ronaldo découvre dans ses affaires un carnet brun, le journal intime de Sofia. Il apprend par hasard la découverte à Hambourg d’un abri contenant d’anciens coffres de banque. L’un d’eux contient des bijoux d’une valeur de 7 millions d’euros et un mot de la propriétaire, Klara Hansen, confiant tout ses bijoux à son amie Sofia Stern.  Sofia ne parle que très rarement de son passé, elle est arrivée à l’âge de 19 ans avec un visa touristique, en novembre 1938.  Ronaldo se saisit de cet évènement pour l’emmener en Allemagne et remonter le fil de son histoire.

Sofia Stern est une Mischling – un père juif et une mère chrétienne décédée. Les lois anti-juives font leur apparition, mais Sofia veut croire qu’elle peut échapper à cette montée d’anti-sémitisme. Elle soutient son père, un accordeur de piano aveugle et est prêt à tout, absolument tout pour survivre. Klara vient de la campagne, jeune fille allemande “pure”. Les deux amies se soutiennent comme elles le peuvent, mais Klara est envoyée dans un camp des jeunesses hitlériennes, à son retour, elle tombe amoureuse d’un officier SS. Les juifs se voient confisquer leurs capitaux, puis leurs commerces. Sofia qui possède une jolie voix se produit dans les cabarets et doit bientôt se cacher. Elle est tombée amoureuse de Hugo, le frère ainé de Klara, un opposant au régime qui distribue des tracts anti-Hitler mais le danger est partout et leurs destins basculent à tous brutalement …

J’ai dévoré ce roman en deux petites séances, un excellent page-turner dans cette époque charnière, celle où tout un pays finit par croire à la propagande anti-juive et sombrer dans la haine. Comment en quelques années, un pays éclairé bascule dans l’obscurité et entraine tout son peuple avec lui. Comment survivre quand on est pauvre et juif ? Sofia a aujourd’hui 97 ans et plus toute sa tête, mais parfois la mémoire lui revient et ses paroles sont cinglantes. Mais comment survit-on lorsque votre propre nation a voulu vous exterminer ?

Je ne connaissais pas l’auteur brésilien, Ronaldo Wrobel, journaliste de profession,  mais il a réussit à faire revivre ces quelques années cruciales. Il a su montrer toute l’ambiguïté face à la haine, comment réagit-on ? Comment aider les autres quand vous risquez votre propre vie ? Pas de temps mort, le roman est très rythmé, avec évidemment l’horreur qui monte crescendo. Etes-vous prêt ?

♥♥♥

Editions Métailié, O romance inacabado de Sofia Stern, 2019, 224 pages 

4 commentaires
0

Et pourquoi pas

4 commentaires

Eva 7 mai 2019 - 10 h 21 min

ce livre m’intéresse beaucoup, je vais très certainement le lire ! 🙂

Electra 7 mai 2019 - 20 h 43 min

Super ! Il montre encore une facette de cette période charnière de l’histoire !

Lili 8 mai 2019 - 4 h 07 min

Mais oui, un roman brésilien, c’est bien aussi ! J’aime bien quand la littérature nous sort de notre zone de confort. L’époque de la monter du nazisme est particulièrement fascinante et nécessaire à explorer pour en saisir tous les mécanismes, je trouve.

Electra 9 mai 2019 - 7 h 44 min

Oui, ça change et ça rappelle aussi un pan de l’histoire méconnue, la fuite de milliers de Juifs vers l’Amérique du Sud

Les commentaires sont fermés