The Nickel Boys · Colson Whitehead

par Electra
The Nickel Boys · Colson Whitehead

Difficile de passer à côté de cette couverture rouge ! Et spécialement quand on sait que c’est celle du nouveau roman de Colson Whitehead, qui m’avait chamboulé avec son précédent roman The Underground Railroad.  Je l’ai croisé un matin l’an dernier à Vincennes, je me souviens de sa silhouette longiligne et de son sourire.

Floride, Tallahassee – les années 60 sont chamboulées par les premiers mouvements civils. Elwood, jeune adolescent noir est vivement intéressé par ces manifestations. Le garçon est élevé par une grand-mère stricte. Il aime lire et a récemment découvert les écrits de James Baldwin et Martin Luther King Jr. Mais il doit le faire en cachette, car pour sa grand-mère seules les études et son travail comptent. Et ça fonctionne, le jeune homme est le meilleur de la sa classe et peut prétendre à suivre des cours à l’université. Mais tout son univers bouscule lorsqu’un matin, il décide de faire de l’auto-stop pour aller plus vite ….

L’institution Nickel organise chaque année une grande fête à laquelle sont conviées tous les notables et la presse locale. Elle veut montrer à quel point son programme est un succès. Plutôt qu’être envoyés en prison, les garçons (blancs et noirs) sont envoyés ici. C’est le cas d’Elwood, qui croit au départ avoir eu de la chance. Des cours y sont donnés ainsi que des activités manuelles. Mais peu à peu, le jeune homme découvre la réalité bien plus sombre : les violences physiques, verbales, les viols et ces enfants qui disparaissent dans la nuit…

S’inspirant d’un fait divers malheureusement bien réel, l’auteur américain a voulu donner voix à un adulte ayant connu l’institution avant que celle-ci ne soit fermée (au début des années 2000) et que des cadavres y soient découverts. Les témoignages provenaient tous d’adultes blancs or elle accueillait aussi des enfants noirs et l’auteur américain a voulu ainsi leur rendre hommage à travers le récit d’Elwood. Ce qui est choquant, c’est l’hypocrisie et le racisme qui permirent à certains tortionnaires d’obtenir même la reconnaissance officielle de la ville pour leur travail formidable ! Je n’en dirais pas beaucoup plus, car la voix d’Elwood est celle qu’il vous faut vous écouter.  Je cite cependant le cas d’un autre enfant, Jaime, d’origine mexicaine, qui ne cesse de faire des allers-retours entre les bâtiments réservés aux Blancs ou aux Noirs :  sa peau pas assez ou trop foncée selon la saison et les humeurs des gardiens.

Un roman puissant et forcément parfois difficile, avec en prime des extraits de textes de Martin Luther King Jr qui permettent au jeune Elwood de résister. Un portrait très juste de l’Amérique raciste des années 60, que j’ai juste trouvé trop court ! Je n’ai aucun doute à une traduction rapide de ce roman passionnant.

♥♥♥♥

Editions Fleet, 2019, 224 pages

17 commentaires
1

Et pourquoi pas

17 commentaires

keisha 12 août 2019 - 8 h 09 min

Sous la grêle osée en parlait aussi récemment (habitant les etats unis, elle l’a aussi lu en vO) Bon, ça m’a l’air un choc aussi!

Reply
Electra 12 août 2019 - 9 h 19 min

Oui, je sais ! on l’a lu en même temps 😉 Oui, un livre très intéressant et qui même 50 ans plus tard, a toujours autant d’importance !

Reply
Kathel 12 août 2019 - 9 h 35 min

J’attends la traduction, mais je suis sûre de le lire ! J’avais tellement été épatée par Underground Railroad !

Reply
Electra 12 août 2019 - 10 h 29 min

Pareil, j’avais beaucoup aimé ce roman – là il est plus court mais on retrouve sa plume ! il va sûrement être traduit (et rapidement vu sa taille)

Reply
Ingannmic 12 août 2019 - 10 h 53 min

Je le lirai sans doute, même si la lecture de Underground Railroad avait suscité quelques bémols, en ce qui me concerne. Je suis en revanche obligée d’attendre sa traduction en français ! Ce qui est finalement plutôt une bonne chose, puisque je suis déjà plongée dans un roman de Richard Powers traitant du même thème, une pause ne sera pas de refus…

Reply
Electra 12 août 2019 - 11 h 23 min

Exactement ! J’ai la chance de lire en anglais et en même temps j’ai tendance du coup à acheter plus et ensuite attendre qu’il soit traduit pour en reparler une nouvelle fois ! je n’ai jamais lu Powers, même si je l’ai rencontré et je me demande toujours par quel roman commencer, des idées ?

Reply
Autist Reading 12 août 2019 - 15 h 49 min

C’est une évidence, je le lirai. Quand, ça c’est une autre histoire.
Mais je ne m’inquiète pas puisqu’il m’attend déjà bien sagement

Reply
Electra 12 août 2019 - 16 h 17 min

oh il est déjà dans ta pile ? cool – je trouve la couverture très belle d’ailleurs. Il se lit vite. Je suis curieuse : tu te fais un programme de lecture ? comment trouves-tu / repères-tu tes futures lectures ?

Reply
Autist Reading 13 août 2019 - 14 h 51 min

Pas de programme de lecture, non. Surtout pas. Rien que la pensée m’angoisse et je suis suffisamment anxieux de nature pour ne pas surcharger ma charge émotionnelle quand je le peux.
Je marche surtout à l’envie fluctuante du moment. Malheureusement, il y a toujours un nouveau livre qui vient chasser le dernier si bien qu’au bout de quelques mois seulement certains se retrouvent renvoyés aux calendes grecques malgré l’envie toujours présente de les découvrir.
En ce qui concerne le repérage, j’imagine que je fais comme tout le monde : je suis les sites d’éditeurs et les blogs de lecture. D’ailleurs, c’est principalement à ça que me sert mon profil Facebook. Et évidemment, il y a toujours quelques surprises qui se cachent au détour d’un rayon de librairie…

Reply
Ingannmic 12 août 2019 - 21 h 56 min

Je lis Le temps où nous chantions, et c’est une découverte, pour moi, de cet auteur. Mais je te le conseille sans hésiter, je ne sais pas si c’est son meilleur mais il est excellent (bien que volumineux, le format poche compte un peu plus de mille pages, ceci dit, il en aurait fait 500 de plus que cela ne m’aurait pas dérangée !).

Reply
Electra 12 août 2019 - 22 h 51 min

c’est celui que j’avais repéré et qui me fait toujours de l’oeil en bouquinerie ! Ma bouquinerie rouvre ses portes demain du coup j’irai le chercher cette semaine, merci !

Reply
Fanny 14 août 2019 - 15 h 30 min

Je me jetterai dessus dès qu’il sera traduit!

Reply
Electra 15 août 2019 - 14 h 33 min

Je veux bien le croire ! Il se lit trop vite, son seul défaut !

Reply
Jackie Brown 15 août 2019 - 1 h 11 min

J’ai trouvé très bonne l’idée d’inclure des extraits de discours de MLK.

Reply
Electra 15 août 2019 - 14 h 34 min

oui, moi aussi ! on voit comment les mots du Pasteur ont pu l’aider – on ressent bien l’époque, les tensions …

Reply
Marie-Claude 15 août 2019 - 5 h 43 min

Grrrrrrrr Encore une traduction que j’attends avec la plus grande impatience…

Reply
Electra 15 août 2019 - 14 h 35 min

Oui, tu vas aimer cette lecture, c’est certain ! sera-t-il encore là l’année prochaine à Vincennes ? j’espère !

Reply

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez l'utilisation temporaire de vos données pour ce site.