Je sais que tu sais ⋅ Gilly MacMillan

par Electra

Lire pour moi n’est pas très aisé ces temps-ci, la tête pleine d’autres choses – seuls les polars me semblent à portée de main. On m’a prêté ce roman, je ne connaissais pas l’auteur, ni son précédent roman qui a connu, apparemment, un joli succès. La quatrième m’a intriguée..

Bristol – Août 1996 – les corps de jeunes garçons sont retrouvés en matinée dans un terrain vague derrière le cynodrome. Lorsqu’inspecteur Fletcher découvre leurs corps, l’un d’eux est encore vivant, il meurt dans les bras du policier après avoir prononcé difficilement le mot “fantôme”. Fletcher est profondément marqué par cet évènement et jure de retrouver le tueur. Lorsque vingt ans plus tard, lors de travaux, on découvre un cadavre sur le même lieu, Fletcher est à nouveau chargé de l’enquête.  Cette fois-ci, il s’agit d’un adulte, un homme. Seule une bague permet aux policiers de découvrir son identité. Y-a-t-il un lien avec le précédent meurtre? Fletcher n’y croit pas car il a lui-même arrêté le meurtrier des deux enfants. Un jeune homme “attardé mental”. Ce soir-là,  il a été aperçu par un témoin dans la même allée que les garçons venaient d’emprunter. Son âge mental le poussait à vouloir être leur ami, mais les garçons se moquaient de lui et le repoussaient. Incarcéré depuis vingt ans, il s’est finalement pendu dans sa cellule.

Au même moment, Cody Swift lance un podcast destiné à rouvrir l’enquête, et lever les diverses zones d’ombre qui restent. Cody n’est pas un inconnu, il était le meilleur ami de Charlie et Scott. Ils passaient la journée ensemble, mais il avait été puni par sa mère pour avoir déchiré son tee-shirt et confiné à la maison. Hanté par la mort de ses deux copains, il décide d’interviewer les parents des victimes, les policiers chargés de l’enquête – dont le supérieur de Fletcher qui avait été viré pour avoir entretenu des relations inappropriées avec Jessy, la mère de Charlie, l’une des victimes. Mais Cody comprend vite que sa décision risque de ne pas plaire à tout le monde…

Entre passé et présent, Gilly MacMillan nous embarque dans un jeu de pistes, du chat et de la souris. L’affaire était classée. Jessy, devenue Jess, s’est remariée et a refait sa vie loin de ce quartier populaire de Bristol. Elle a toujours caché l’existence de Charlie à sa fille. Le podcast vient soudainement tout basculer et lui rappeler qui elle était à cette époque. Jeune fille, trimballée de foyer en foyer, mère adolescente à l’âge de seize ans; elle vivait d’allocations et préférait aller noyer ses problèmes en boite de nuit, en laissant Charlie aux bons soins de ses voisins ou tout seul. Ce soir-là, elle était encore au casino et ignorait tout du sort de son propre fils.

Fletcher est demeuré hanté par la mort du garçon dans ses bras. Depuis, son mariage a pris fin, et il est devenu amer. Lorsque Cody lance son podcast, l’inspecteur n’apprécie pas d’entendre son enquête remise en cause. Et l’enquête sur le cadavre fraîchement déterré n’est pas aussi facile qu’il le pensait. Je ne peux pas en dire plus sous peine de trahir l’histoire. J’ai bien aimé l’enquête, même si j’avoue, avoir deviné dès le départ qui était le fantôme que l’enfant avait désigné, et j’étais un peu déroutée par le choix ou le non choix de l’inspecteur chargé de l’enquête. Par contre, j’aime beaucoup le parti pris de l’auteure et son talent pour désarçonner le lecteur et renverser l’enquête.

Le roman souffre parfois de quelques digressions, mais reste également une bonne étude de la vie à cette époque dans ces quartiers populaires, où des enfants de dix ans traînaient tard le soir, où l’on faisait confiance aux autres. Mais où, également, la loi du silence régnait. Certains s’amusaient à tirer les ficelles, de fins marionnettistes qui auront su tirer la bonne carte et quitter ce quartier. Je sais que tu sais n’est pas un titre anodin. Personne ne s’en tire à bon escient dans ce roman. L’auteure anglaise dresse un portait plutôt sombre de la société, où les innocents paient parfois le prix cher.

Avez-vous lu son précédent roman ?

♥♥♥

Editions Les Escales, Noires, I know you know, trad. Séverine Quelet, 2019, 368 pages 

Et pourquoi pas

8 commentaires

Jérôme 18 novembre 2019 - 12 h 41 min

Pas lu son précédent mais celui-ci ne me tente pas une seconde.

Reply
Electra 18 novembre 2019 - 12 h 48 min

toi et les polars ! comme tes romans jeunesse, je pense, chacun son domaine 😉

Reply
Kathel 18 novembre 2019 - 15 h 54 min

Je l’ai lu récemment, j’ai écrit un avis sur Babelio uniquement parce que je suis en pause, mais que je l’avais reçu avec Masse critique. Bref, je l’ai trouvé plutôt pas mal, je craignais plus de clichés. L’idée du podcast et la façon dont le roman est construit fonctionnent bien. J’ai aussi aimé ce qui concerne Jess et sa manière de (re)devenir mère après un tel drame.

Reply
Electra 18 novembre 2019 - 20 h 18 min

Oui, j’ai bien aimé le choix de l’auteur de nous tromper avec les deux narrateurs et la construction du roman fonctionne bien. Oui, on imagine assez bien ce qu’il lui a fallu pour se reconstruire . Un bon moment de lecture au final.

Reply
Marie-Claude 20 novembre 2019 - 2 h 03 min

Je ne le sens pas polar ces temps-ci. Depuis un bout, d’ailleurs. Reste que le pitch est pas mal du tout. Je suis par contre mitigée, parce que tout ce que j’ai lu aux éditions Les Escales m’est tombé des mains… sauf un roman, si je me souviens bien!

J’espère que la lecture redevient aisée pour toi… Moi, ça se passe plutôt bien. C’est le temps qui me manque encore…

Reply
Electra 20 novembre 2019 - 7 h 04 min

Tant mieux si tu y arrives, j’ai repris un bon rythme car j’ai lu de très bons livres jusqu’à celui-ci, là je cale .. mais je vais pousser le bouchon aujourd’hui pour le terminer et passer à autre chose ! sinon pour les polars, j’en lis très rarement des éditions Escales – mais celui-ci est pas mal du tout, bien construit et intelligent. Bien écrit aussi. Le temps, je te comprends ! Moi je me couche à 10h le soir, trop fatiguée ou je passe mon temps sur YT…

Reply
Eva 21 novembre 2019 - 11 h 53 min

je note; je ne connais pas du tout, mais toujours à l’affût de bons polars 🙂

Reply
Electra 21 novembre 2019 - 19 h 23 min

oui et je pense qu’il te plaira bien, j’ai un eu un petit coup de coeur pour le personnage !

Reply

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez l'utilisation temporaire de vos données pour ce site.