When breath becomes air · Paul Kalanithi

par Electra

J’ai terminé le challenge non fiction de novembre avec la lecture de ce mémoire, celui d’un médecin neurochirurgien qui se sait atteint d’un cancer incurable. Pas très joyeux, hein ? Du coup, je n’ai jamais publié mon billet.  Pour information, il a été traduit en français.

Ce livre a été finaliste pour le Prix Pulitzer et à sa sortie, je le voyais partout. Je savais aussi qu’il faisait pleurer dans les chaumières. Du coup, j’avais préparé ma boîte de mouchoirs. Mais ce n’était pas la raison principale de ma lecture. Ce qui m’intéressait, c’était de voir comme un homme habitué à annoncer cette terrible nouvelle allait réagir, lorsque c’est lui qui recevait cette sentence. Les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés, idem pour les médecins. Car les symptômes étaient nombreux, mais Paul Kalanithi a choisi de ne pas les écouter. L’homme, en dernière année d’internat, menait une carrière brillante. Il avis pris la tête de son service et s’était lancé dans des recherches. Il menait des opérations risquées et très compliquées (cerveau, cervicales, coeur…). Il enchaînait les gardes. Les premiers signes furent une fatigue persistante puis un mal de dos, mais il mit ça sur le compte de son rythme de travail. Il avait trente-six ans, ne fumait pas, de surcroît sportif. Mais en quelques semaines, il allait perdre une dizaine de kilos puis les douleurs dorsales s’installèrent, lancinantes. Sa réponse ? Se droguer à l’ibuprofène.

Puis un jour son corps lâche et le verdict tombe : cancer des poumons, stade IV. Le choc. Paul est alité, incapable de se relever. Finalement, le traitement est lancé et il fonctionne. Rééducation – chose qu’il prescrivait sans jamais réaliser l’effort qu’il exigeait de ses patients. Paul a perdu près de trente kilos, tous ses muscles et l’envie de manger. Mais le traitement fonctionne et Paul réussit même à reprendre le travail. Son couple va mieux et ils attendent un enfant. Je n’en dirais pas plus.

Ce livre a connu un immense succès malgré le sujet. Mais il a aussi connu ses détracteurs, leur reproche ? Sans doute la fâcheuse tendance du médecin à citer ses héros (littéraires), à raconter ses réussites professionnelles (il est déjà chef d’un service alors qu’il est interne, il fait de la recherche). Du coup, certains lecteurs l’ont trouvé un peu trop pédant.

Mais il y a aussi une explication : Paul a grandi dans une famille de médecins, mais n’avait jamais songé à exercer ce métier. Car pendant très longtemps, sa passion c’était la littérature et la philosophie et à la faculté, il obtient d’abord un diplôme de littérature. Il a lu tous les philosophes depuis l’adolescence. Son thème de prédilection ? L’homme et sa relation avec la mort. Etrange coup du sort, lorsque celle-ci vient frapper à sa porte. Bref, du coup, Paul sait écrire et Paul peut citer certains philosophes et pour certains, cela peut paraître un peu orgueilleux mais pour ma part, je ne l’ai pas ressenti ainsi.

J’ai terminé le challenge Non Fiction November avec cette lecture. Une réussite que ce challenge et je sais dorénavant que j’ai besoin des deux, fiction et non fiction pour être une lectrice heureuse.

Quand le souffle rejoint le ciel est le titre français si vous avez envie de le lire, disponible en broché et en Poche (éditions J’ai Lu). Je ne noterai pas cette autobiographie, cela me paraît évident.

Editions Random House, 2019, 228 pages

Et pourquoi pas

2 commentaires

Fabienne 27 janvier 2020 - 8 h 56 min

Ton article me donne des frissons. Je note ce titre mais pour dans quelques temps car pour des raisons personnelles, je suis incapable de lire sur ce sujet actuellement.
Il y aura toujours des détracteurs/rageurs, comme il y aura toujours des gens absolument brillants. Pourquoi ne pas juste les laisser vivre en paix ?!
Quant à ton besoin de non fiction, comme je te comprends ! Il en va de même pour moi. Je note le challenge non fiction de novembre qui m’intéresse énormément, tu penses bien !
Merci pour tes articles toujours très intéressants.

Electra 27 janvier 2020 - 19 h 17 min

De rien ! Oui je pense qu’il te touchera quand le bon moment sera venu. Pour le challenge ça sera sympa de le faire ensemble ! Il y a tellement de lectures fascinantes 😊

Les commentaires sont fermés