True Grit ⋅ Charles Portis

par Electra

J’ai découvert True Grit au cinéma, dans la version des frères Coen avec Jeff Bridges et Matt Damon dans les rôles principaux. J’avais beaucoup aimé l’histoire et oublié qu’il s’agissait d’un roman de Charles Portis. Lorsque j’ai mis la main sur cette édition, avec une préface signée Donna Tartt, je n’ai pas hésité.

Après une lecture très décevante, je suis allée piocher dans mes étagères ce western. Pour ceux qui n’ont pas vu le film, voici l’histoire. Mattie Ross, tout juste quatorze ans, a quitté sa ferme de Dardanelle, en Arkansas pour partir venger son père. Ce dernier venu acheter des chevaux a été tué et volé par son propre contremaître. La jeune fille a été envoyée par sa famille pour organiser le rapatriement du corps et récupérer les effets personnels de son père. La jeune fille a énormément de caractère et après avoir vu le shérif et le notaire, elle change d’avis. Elle a appris que l’assassin a fui en Territoire Indien. Le fleuve sépare un effet le futur Etat des terres encore sauvages de l’Ouest. Une territoire sans police locale. Le gouvernement américain a donc créé les fameux “US Marshal” payés pour aller pister et arrêter (mort ou vivant) les hommes recherchés.

Le shérif lui annonce que son père n’est malheureusement pas la priorité et que l’assassin risque d’être libre encore fort longtemps. La jeune femme décide alors d’embaucher avec l’argent de la vente des chevaux le plus méchant des US Marshal,  le borgne Rooster Cogburn dont les méthodes sont peu orthodoxes et souvent très critiquées. L’homme a eu un passé très violent pendant la guerre de Sécession. L’homme est d’accord jusqu’à ce qu’il apprenne que Mattie veut se joindre à lui. Il refuse mais la jeune femme, tête comme une mule, ne veut rien entendre.

Le duo est rejoint par un fringant Texas Ranger, LaBoeuf. Ce dernier est à la recherche du même fugitif, qui tué au Texas un élu local. Il souhaite le ramener vivant. Il est hors de question de laisser une demoiselle pieuse se joindre à eux, mais Mattie déterminée refuse et les suit lorsqu’ils partent tôt le lendemain matin. Les deux hommes sont forcés de l’accueillir dans leur voyage.

Racontée par Mattie elle-même, vieille femme, l’histoire est passionnante et croustillante. J’avais aimé le film mais le livre est encore mieux, car on entend ses pensées. Elle refuse de se laisser mener à la baguette par ces deux grigous qui passent leur temps à se prendre la tête pour savoir qui des deux est le plus méchant et le meilleur flic.  Je l’ai lu en anglais et j’avoue que j’avais oublié à quel point l’époque était différente. L’esclavage avait court et les propos racistes sont courants. Mattie est une jeune femme très religieuse mais aussi très forte et très courageuse, mais elle est aussi une digne fille de cette époque et sa vision des hommes (Indiens et Noirs) peut choquer avec notre regard du 20è Siècle. Mais, en faisant cela, Portis choisit de donner une image réaliste de l’époque.

Je me suis amusée et je me suis prise d’affection pour ces deux hommes. A travers le récit de leur vie (on apprend ce qu’il va leur arriver ensuite), l’auteur américain dresse un portrait de ces années qui ont façonné l’Amérique et la fin de l’Ouest sauvage. Et c’est indéniablement un roman que je relirai. Donna Tartt a écrit la préface car ce livre fait partie de ses préférés et ses mots sont très touchants – par contre, je vous invite à les lire après votre lecture, pas avant !

Le livre est disponible en français en Poche (éditions J’ai Lu).

♥♥♥♥

Bloomsbury Publishing, 2005, 216 pages

Et pourquoi pas

8 commentaires

Marie-Claude 11 mars 2020 - 12 h 58 min

C’est vraiment dommage que la préface de Donna Tartt ne soit pas traduit et jointe à la vf…

Electra 11 mars 2020 - 18 h 33 min

Si j’ai du temps un jour je la traduis !

keisha 11 mars 2020 - 13 h 20 min

Si j’ai bien compris D tartt raconte tout? ^_^
Sinon : j’ai l u ce roman, beaucoup aimé, et je l’ai gardé, histoire de pouvoir le relire un jour. Mais pas vu le film.

Electra 11 mars 2020 - 18 h 34 min

Non !!! Pas du tout elle raconte la passion pour ce récit passé de génération en génération dans sa famille !

Jérôme 12 mars 2020 - 11 h 41 min

De Portis je n’ai lu que Norwood. J’avais beaucoup ailmé.

Electra 12 mars 2020 - 19 h 32 min

Je note du coup !

Kathel 12 mars 2020 - 14 h 51 min

J’ai vu et beaucoup aimé le film… mais pas trop envie de lire le livre.

Electra 12 mars 2020 - 19 h 32 min

Dommage car la narratrice est attachante 😊

Les commentaires sont fermés