Bad Blood · John Carreyrou

par Electra

Je l’avais depuis longtemps sur ma liseuse. Incapable encore de tenir un livre physique entre mes mains, j’ai jeté en décembre dernier mon dévolu sur cette enquête menée par John Carreyrou, un journaliste d’investigation chevronné, qui a permis de mettre à jour l’un des plus gros scandales de la Sillicon Valley, celui de Theranos.

Je me souviens de cette jolie femme blonde, Elizabeth Holmes, un col roulé noir et une start-up à l’ascension fulgurante dans la Sillicon Valley. La jeune Elizabeth, qui avait quitté l’université prestigieuse d’Harvard pour s’installer en Californie et créer dès l’âge de 19 ans sa propre entreprise, Theranos. Son invention : un petit appareil portatif qui permettait de réaliser soi-même ses analyses de sang avec un résultat rapide et fiable.

Elizabeth a grandi dans une famille plutôt fortunée, écoles privées, vacances sur des îles paradisiaques et des amis de la famille fortunés mais surtout haut placés (politiquement et économiquement). La jeune femme arrive à les embarquer dans son projet et son ultime levée de fonds permet d’évaluer Theranos à 9 milliards de dollars. Holmes était douée, elle s’était désignée comme fondatrice et inventeur, et la moitié des 9 milliards lui revenait. La jeune femme voit son entreprise grossir très vite, de cinq employés elle passe à 70 puis 120. Pour tenir le choc, elle engage les meilleurs, des anciens scientifiques des plus grandes universités ou laboratoires et pour le marketing, des anciens employés d’Apple. Car Elizabeth a un héros : Steve Jobs. Et son rêve devient réalité lorsqu’un magazine la nomme « la prochaine Steve Jobs« .  Dès lors, elle ne porte plus que des cols roulés et lui emprunte quelques phrases célèbres.

Elle a l’idée d’installer ces machines dans une des plus grandes chaînes de magasin américains et réussit à les attraper dans ses filets.  Elle négocie avec facilité auprès de partenaires commerciaux en leur mettant la pression : la prochaine révolution médicale sera ma machine. Elle se déplace en Europe et présente un prototype. Elle a pris un associé, un requin aux dents longues qui fait peur aux employés. L’homme, qui a fait fortune en revendant sa start-up a le double de son âge. Elle le nie, mais ils sont en couple.

Le seul hic ? Sa machine n’a jamais fonctionné. Et pendant des années, Holmes a consciemment menti à ses investisseurs et à ses partenaires commerciaux. Ses adjoints trafiquaient les résultats lors des démonstrations. Lorsque les premières machines ont été installées, Theranos trichait en récupérant les échantillons de sangs et en utilisant des machines déjà existantes (d’une autre marque) dans le plus grand secret. Elle cachait un second laboratoire lors des contrôles.

Très rapidement, elle a installé une ambiance délétère et autoritaire en renvoyant tous ceux qui osaient poser trop de questions ou critiquer ses décisions. Ses premiers collègues, amis, ont tous fini par partir mais en signant des clauses de confidentialité. La jeune femme refusait d’entendre ses ingénieurs qui lui faisaient part de leur incapacité à créer une machine portative capable de réaliser une vingtaine de tests. C’était son projet, sa clé à la gloire et à l’argent. Enfant, elle répétait à tous qu’elle voulait être millionnaire.

Mais le pire, c’est qu’en trafiquant les résultats, elle a produit plus d’un million de faux résultats d’analyse sanguine, mettant en danger la santé et même la vie de milliers de patients. Peu à peu, la réalité l’a rattrapé. Comme une lionne, elle allait user de tous les moyens (les menaces, l’argent) pour tenter d’étouffer son escroquerie. Sa froideur, sa détermination m’ont fait penser à une sociopathe et Carreyrou finit par faire la même analyse. C’est son article qui allait finalement lever le pot aux roses … Mais le journaliste n’échappera pas aux menaces. Ni les courageux témoins qui oseront braver l’interdit. Effrayant, glaçant. 

Une lecture passionnante que j’ai dévoré en moins de deux jours. Et bonne nouvelle, le livre est publié sous le même titre en français aux éditions Larousse.

♥♥♥♥

Editions Picador (Kindle), 2019, 320 pages

Et pourquoi pas

8 commentaires

keisha 8 février 2021 - 9 h 36 min

Parfaitement le genre de livre que j’aime! Là je sors d’une investigation sur la fracturation (gaz de schiste) aux USA!

Reply
Electra 8 février 2021 - 10 h 55 min

ah super ! hâte de te lire à ce sujet alors, car moi aussi ce thème m’intéresse ! j’espère que tu donneras les infos sur cette lecture, je suis preneuse ! Ici c’était effrayant mais passionnant de bout en bout !

Reply
Goran 8 février 2021 - 13 h 06 min

Très intéressant, merci. Malheureusement, nous vivons une époque assez surprenante. Alors que les scandales sont toujours plus nombreux, pas grand monde est inquiété.

Reply
Electra 8 février 2021 - 20 h 38 min

Oui ! son procès devrait avoir lieu cette année, je suis curieuse de voir ce quelle va être sa condamnation. Elle aurait pu provoquer la mort de patients. Effrayant !

Reply
keisha 8 février 2021 - 14 h 59 min

Oh c’est fracture d’Eliza Griswold chez globe, c’est vu du côté d’une personne ayant un site pas loin … et les conséquences sur la santé

Reply
Electra 8 février 2021 - 20 h 39 min

Il est chez Globe ? Ok – j’ai regardé GR et je l’ai trouvé en anglais. Oui, j’avais vu un reportage avec l’eau du robinet qui sortait marron.. pas bon signe !

Reply
Fabienne 8 février 2021 - 19 h 02 min

Ce récit doit être aussi passionnant que révoltant!
Tu le sais certainement déjà: la prochaine masse critique non fiction arrive sur babelio ce mercredi.

Reply
Electra 8 février 2021 - 20 h 40 min

Oui, je pense qu’il te plairait. Il est disponible en français, j’espère que tu le trouveras à ta bibli et oui révoltant ! Cette femme est dangereuse.
Pour le masse critique oui, j’ai loupé le précédent, j’oublie souvent ces temps-ci !

Reply

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez l'utilisation temporaire de vos données pour ce site.