Girl gone missing · Marcie R.Rendon

par Electra

Quelle joie de retrouver le personnage de Cash après Murder on the Red River.  J’avais éprouvé un vrai coup de coeur pour ce petit bout de femme indienne.

Minnesota – 1970. Quelques mois après sa première « enquête », Cash a enfin commencé les cours à l’université. Sa routine est bien établie. Les cours en journée et ses soirées dans son bar préféré à jouer au billard et à remporter quelques billets. Mais la saison de la betterave commence et Cash doit gagner de l’argent. Conductrice de camions, elle participe à cet évènement qui occupe toute la vallée pendant l’automne. Cash travaille désormais tous les soirs. Depuis quelques nuits,  Cash fait le même cauchemar où elle tente de s’échapper mais ses pieds s’enfoncent dans la boue et lorsqu’elle regarde ses jambes, elle réalise qu’elle est grande et blonde, et la dernière image est une jeune femme blonde appelant à l’aide.

Ses journées se ressemblent jusqu’à l’arrivée surprise d’un membre de sa famille. Cash n’a plus vu aucun membre de sa famille depuis qu’elle a été séparée de sa mère et de ses frères et soeurs à l’âge de 11 ans. Après des années de foyer en foyer, elle a réussi à s’émanciper grâce au soutien infaillible du shérif Wheaton.  Cette apparition la trouble énormément. Cash tente d’échapper à certains cours de base, étant une excellente élève. Son amie, Sharon, lui annonce alors qu’une étudiante de leur classe a disparu depuis le week-end dernier. La jeune femme, Janet, excellente élève a disparu après avoir dit à ses parents qu’elle allait passer le week-end à Minneapolis/St Paul (The Twin Cities). Cash n’a jamais adressé la parole à Janet mais en touche un mot au shérif qui lui propose de retourner voir ses parents. Il sait que la jeune femme peut l’aider. En visitant sa chambre, Cash est à nouveau troublée et le cauchemar se répète.

Elle entend par hasard une conversation où une autre jeune femme blonde, lycéenne, a aussi mystérieusement disparu. Cash croit que ces disparitions ont un lien…

(En parlant des enfants indiens placés dans des fermes de Blancs) Mostly what I see is once they’ve been used up – in some cases broken beyond repair – they’re thrown away like all the battered farm equipment you see sitting in the back of farmyards, back by the windbreak.

Je n’en dirais pas plus, mais comme je l’ai déjà dit auparavant, j’ai eu un vrai coup de coeur pour Renée Blackbear (le vrai nom de Cash), j’adore son intuition, sa ténacité, son coeur brisé et son désir d’aider les autres. Je remercie vivement Marcie R. Rendon d’avoir accepté, après qu’on lui demande souvent des nouvelles de Cash, d’écrire une suite.

L’autrice a choisi ici d’évoquer un sujet (la disparition de jeunes femmes) et en postface revient sur les 3 000 disparitions de femmes indiennes aux USA (et plus de 4 000 au Canada). Elle avait le désir d’aborder ce sujet, comme celui du placement des enfants indiens dans des familles blanches pour aider dans les fermes.

L’autrice m’avait dit être en contact pour traduire son premier roman, j’espère qu’à la lecture de ce second volet, l’éditeur français se lancera enfin !

♥♥♥♥♥

Editions Cinco Puntos Press, 2019, 208 pages

Photo by Sophia Simoes on Unsplash

Et pourquoi pas

8 commentaires

Mes échappées livresques 11 février 2021 - 9 h 43 min

Il n’y a plus qu’à espérer une traduction alors!

Electra 11 février 2021 - 21 h 17 min

Oui, en plus deux romans c’est parfait 🙂

Ingannmic 11 février 2021 - 11 h 32 min

J’espère aussi, c’est pas bien de tenter comme ça les pauvres lecteurs réduits comme moi à attendre les versions françaises….

Marie-Claude 11 février 2021 - 15 h 36 min

Comme Ingannmic, je le dis haut et fort: c’est mal de tenter comme ça les pauvres lecteurs réduits comme moi à attendre les versions françaises!!!

Electra 11 février 2021 - 21 h 17 min

Désolée ! Elle m’avait parlé d’une piste depuis silence radio. Je croise les doigts qu’en parlant de son roman, cela ravive les envies !!

Electra 11 février 2021 - 21 h 18 min

voilà que ça se plaint même du Québec !! non mais… LOL

mingh 12 février 2021 - 11 h 47 min

Dommage qu’il soit si compliqué d’accélérer les trad… Je lis souvent en vo, mais parfois la paresse s’y met !

Electra 15 février 2021 - 14 h 39 min

Oui, et puis là c’est une vraie pépite avec un personnage récurrent,… bref, j’en parle j’en parle ! J’espère être entendue 🙂

Les commentaires sont fermés