Mr Loverman · Bernardine Evaristo

par Electra

Il me tardait de retrouver la plume de Bernardine Evaristo et son humour. En lisant son roman Girl, Woman, Other – j’avais beaucoup aimé son regard sur les vieux couples, leurs secrets et les trahisons. J’ai ensuite lu qu’elle avait écrit un précédent roman très drôle mettant en scène un septuagénaire en pleine forme !

Barrington Jedidiah Walker. Barry, pour les intimes, est le narrateur de sa propre vie. Barry a 74 printemps, originaire de l’île d’Antigua, dans les Caraïbes, Barry a une personnalité flamboyante. D’ailleurs, il le montre tous les jours en s’habillant sur son trente-et-un, le mouchoir de soie dans la poche, le chapeau, les chausses vernies. Tant pis si nous sommes à Londres. Barry en jette ! D’ailleurs, sa femme Carmel le soupçonne depuis leur mariage de lui être régulièrement infidèle. Mais elle n’a jamais réussi à le coincer. Il lui arrive encore de sortir le soir, en compagnie de son meilleur ami, Morris. Les deux hommes font les quatre cent coups. Ils sont inséparables, tous deux se sont connus dans les Antilles et ont émigré en Angleterre à la même époque.

Barry est un mari, un père et un grand-père heureux mais notre ami cache un énorme secret, révélé dans la 4ème C et dès le premier chapitre : depuis soixante ans, Barry et Morris sont amoureux. Lorsque le père de Carmel décède subitement dans les Antilles, celle-ci prend l’avion laissant Barry derrière. Ce dernier décide alors qu’il est temps d’avouer la vérité aux siens. Il annonce à Morris sa décision de faire son « coming-out » mais ce dernier a des doutes et puis très vite, des ennuis arrivent, un petit-fils débarque, une fille pète un câble .. et sa femme ne rentre pas ! Notre héros voit tout son petit monde s’écrouler. Et il va aller de surprise en surprise !

Who’d-a thought she would grow into this giant over-the-top octopus flinging her limbs all over the place ?

Que dire ? C’est terriblement drôle, intelligent, profond ! J’ai adoré le personnage de Barry qui m’a fait penser à un ancien collègue guadeloupéen qui s’habillait aussi sur son 31 et draguait tout ce qu’il croisait. J’adore Barry et son regard sur sa communauté, sur le racisme britannique mais aussi sur le mariage, sur l’amour interdit, sur les préjugés. Les Antillais sont très religieux et avouer son homosexualité serait un acte particulièrement fort mais aussi dangereux.

You just spent three hours in a church that’s supposed to preach love, kindness, forgiveness and spiritual enlightenment, so why you come back spewing vitriol ?

Mais qu’est-ce qu’on s’amuse en compagnie de Barry ! Bernardine Evaristo livre un portrait touchant de son épouse, de ses dépressions post-partum, de ses doutes. Mais revenons à Barry, ses réflexions m’ont fait tellement rire que je les ai annotées ! J’ai adoré ce chenapan de 74 ans, il est si aimable que je vous défie de lui résister ! Un vrai instant de bonheur.

It’s Mum’s joke. She says you and Morris should have married each other, because you’re inseparable.

Ce roman mérite vraiment une traduction.

♥♥♥♥

Editions Penguin, 2013, 307 pages

Image by Mehmet Turgut Kirkgo– pixabay.com

Et pourquoi pas

9 commentaires

Marie-Claude 17 juin 2021 - 20 h 53 min

Il semble mériter une traduction, en effet. je resterai aux aguets!

Electra 17 juin 2021 - 21 h 16 min

oh oui ! franchement, il est tellement vif et drôle et froussard .. un livre à garder entre deux lectures moroses ou des abandons .. il donne la pêche et des couleurs aux joues 🙂

Fabienne 18 juin 2021 - 21 h 30 min

Il m’a l’air très bien ce livre en effet!

Electra 21 juin 2021 - 9 h 47 min

Il l’est, drôle, touchant, émouvant !

uneviedevantsoi 18 juin 2021 - 21 h 48 min

Je le note illico sur ma liste de livres en vo, il a tout pour me plaire !

Electra 21 juin 2021 - 9 h 47 min

Oui, tu vas bien rigoler !

athalie 21 juin 2021 - 8 h 28 min

Il n’y a qu’un titre de cette auteure qui a été traduit pour l’instant, Fille, femme, autre, qui n’a pas l’air spécialement drôle … Il va me falloir attendre pour savourer l’humour de Barry.

Electra 21 juin 2021 - 9 h 49 min

ah oui deux livres très différents sauf pour la qualité littéraire et le portrait de la communauté caribéenne, j’ai beaucoup appris !

Mes échappées livresques 21 juin 2021 - 11 h 35 min

Très envie de découvrir cette auteure et Fille, femme, autre sort en poche pour la rentrée, c’est parfait! 🙂

Les commentaires sont fermés