Oliver Twist · Charles Dickens

par Electra

Je sais, qui n’a pas lu Oliver Twist ? Eh bien moi. J’ai déjà lu et étudié Dickens à la fac, et je me souviens d’avoir vu une ou deux adaptations du roman à la télévision mais lire Dickens est une expérience que ne peut jamais remplacer un film.

J’avoue que je ne savais plus la différence entre Oliver Twist et David Copperfield. En lisant le roman, des images me sont revenues et la même peur que j’avais eu enfant, des personnages de Fagin et de Bill Sikes !  Pour ceux qui n’auraient jamais lu, ni vu l’histoire d’Oliver Twist.  Nous voici dans l’Angleterre des indigents. Une nuit, un enfant naît et sa mère meurt en couches. On ignore son nom. L’enfant est confié aux soins du bedeau qui le nomme Oliver Twist. Il grandit dans une ferme auprès d’une nourricière, mais un jour le bedeau, Mr Bumble vient le chercher. Oliver est un petit garçon sensible qui pleure souvent et pense beaucoup à cette mère disparue trop tôt. Mr Bumble, juge qu’à 11 ans, il doit désormais travailler et veut le confier à un artisan comme apprenti. Son caractère timide lui permet d’échapper au travail ingrat de ramoneur (les enfants meurent étouffés dans les cheminées) mais il est finalement confié à un entrepreneur de pompes funèbres. Sa jolie bouille et son calme plaisent au patron, mais pas au jeune employé, Noah, qui en fait son souffre-douleur. Un jour Oliver se révolte et doit fuir jusqu’à la capitale, Londres où il ne connaît personne.. Il croise alors un jeune homme qui lui promet couvert et abri en échange de son aide. Oliver est présenté à Fagin…

J’ai lu le roman en anglais, et à l’époque, le terme de « Jew » (juif) était aussi synonyme de voleur et ainsi Fagin est appelé The Jew pendant tout le roman (sans qu’il soit juif), les éditions Penguin abordent le sujet car évidemment de nos jours, cela peut choquer. Mais déjà à l’époque, ce choix lui avait été reproché, Dickens s’était alors défendu avec tous les préjugés circulant à l’époque. Il faut dire que les lois qui empêchaient les Juifs de tenir des commerces ou d’être propriétaires, ont effectivement eu comme conséquence de pousser certains dans l’illégalité mais les propos tenus par Dickens sont aujourd’hui totalement inacceptables. Dickens s’est défendu en expliquant que tous ses méchants personnages sont en fait chrétiens et dans un autre roman, il créa un personnage juif à l’opposé de cette image.

Pour revenir au roman, j’adore Dickens en tant que narrateur. A l’époque, l’auteur prenait la plume pour nous raconter l’histoire d’Oliver et expliquer lorsqu’il repartait dans le passé ou s’attelait dans le chapitre suivant à d’autres personnages. J’adore sa voix et la manière dont il souhaite aussi conserver le mystère ..

And now that we have accompanied him so far on his road home, and have made all necessary preparations for the old woman’s funeral, let us set on foot a few inquiries after young Oliver Twist, and ascertain he be still lying in the ditch where Toby Crackit left him.

J’ai à nouveau tremblé quand Oliver est kidnappé.  Si j’ai aimé ma lecture, au point de toujours vouloir y retourner, je dois avouer que le roman est assez manichéen, les bons et les méchants et puis les bourgeois sont souvent pétris de bons sentiments tandis que les pauvres restent pauvres, le coeur noirci, sans possibilité de salvation (Nancy). Ils doivent se sacrifier, ce qui n’est jamais le cas des riches. Et le regard de Dickens sur les femmes peut parfois prêter à sourire, même si je trouve qu’il sait varier les portraits et ne pas réduire les femmes à de simples figures. Elles sont très présentes dans le roman.

Oliver est à mon goût un peu trop tendre, et émotif – je préfère les gamins plus malins (Tom Sawyer …). Reste que Dickens est un maître lorsqu’il s’agit de décrire le Londres de l’époque, ses quartiers mal famés, la vie populaire, la méchanceté humaine, et sa galerie de personnages est incroyable. Impossible de s’ennuyer une seconde.

Oliver bowed low by the direction of the beadle, and was then hurried away to a large ward, where, on a rough hard bed, he sobbed himself to sleep. What a noble illustration of the tender laws of this favoured country ! They let the paupers go to sleep !

J’ai acheté ses autres romans, et j’espère le retrouver prochainement et en octobre à l’occasion du Victober. Bien entendu il est disponible en français. Je n’ai pas eu de mal avec le vocabulaire d’époque (l’argot) et j’ai apprécié les notes fournies en fin de livre par Penguin Classics pour mieux appréhender le roman.

♥♥♥♥

Editions Penguin Classics, 2003, 554 pages

 

Et pourquoi pas

18 commentaires

keisha 9 août 2021 - 8 h 34 min

J’ai eu une période Dickens sur le blog, avec de bons braves pavés, certains en VO (gloups) mais pas d’Oliver Twist, il semblerait que je l’ai lu avant? En tout cas, j’aime ton billet, et si tu continues avec l’auteur, bravo!
Pour aller plus loin, tu as une BD de Will Eisner, qui donne une autre version de l’histoire.

Electra 9 août 2021 - 21 h 00 min

Merci pour la BD. J’ai lu Dickens déjà et relu les grandes espérances (toujours en vo) y a pas si longtemps. Du coup j’ai quelques pavés à venir et j’adore !

mingh 9 août 2021 - 10 h 20 min

Un incontournable ! Lu les classiques , une préférence pour « Ghost stories »(Bleak House) dont j’ai vu une excellente adaptation de la BBC. Le paranormal était une source d’inspiration…

Electra 9 août 2021 - 21 h 01 min

Oui même si je le trouve le plus gentil (Oliver ) ! J’ai justement Bleak House qui me tente parce que c’est le livre préféré d’une autrice que j’aime beaucoup et qui en parle très bien. Sinon j’ai vu et beaucoup aimé l’adaptation de Little Dorrit 😊

Passage à l'Est! 9 août 2021 - 12 h 35 min

J’aime beaucoup Dickens, il faudrait vraiment que je relise Oliver Twist pour frémir à nouveau au contact de Fagin, de Sikes, et de l’également terrible Beadle. Certainement la version cinématographique par David Lean a contribué à l’image qu’il me reste de ces personnages. Bonne (re)découverte de Dickens!

Electra 9 août 2021 - 21 h 03 min

Ah ces noms ! Dickens a créé des méchants mémorables ! Je n’ai pas vu d’adaptation récente d’Oliver.

Marie-Claude 9 août 2021 - 15 h 52 min

Pas encore lu Oliver Twist. Je compte éplucher Dickens, mais ce roman arrive en bas de ma liste.

Electra 9 août 2021 - 21 h 04 min

Je voulais le faire car il est court et ainsi pouvoir me concentrer sur trois autres. En le lisant, j’ai eu confirmation que mille pages avec Dickens ne me faisait pas peur !

Ingannmic 9 août 2021 - 21 h 10 min

Euh, à part une adaptation jeunesse de « La petite Dorrit », lue vers 10 ans je crois, je n’ai jamais lu Dickens… c’est grave, docteur ?

Electra 9 août 2021 - 23 h 11 min

Ah oui ! Là c’est grave ! Amusant car je croyais que tu allais me dire tout l’inverse 😂 Bon il va falloir te rattraper !

uneviedevantsoi 9 août 2021 - 21 h 36 min

Non seulement je n’ai pas lu Oliver Twist, mais je n’ai encore jamais lu Dickens, hormis des extraits plus ou moins long !! Par lequel commencer?

Electra 9 août 2021 - 23 h 13 min

Non ! Encore une 😂 Si tu veux attendre, il y a ses Contes de Noël. Le Caribou a commencé par Les Grandes Espérances (comme moi mais bien avant) et elle a beaucoup aimé. Les autres sont de gros pavés pour la plupart.

Fanny 10 août 2021 - 9 h 21 min

Je lève la main : je ne l’ai jamais lu! Je craignais l’ennui et donc je ne me suis jamais intéressée (même si j’ai vu quelques adaptations).
Ton billet me fait clairement changer d’avis!

Electra 16 août 2021 - 13 h 43 min

amusant ! je me sens moins seule 🙂 moi aussi, même s’il reste un peu trop gentil (Oliver) , les autres personnages sont vraiment succulents !

Mes échappées livresques 16 août 2021 - 11 h 59 min

J’ai lu récemment Un chant de Noël pour le challenge de Moka et Fanny, une bonne surprise ! Il faut que je me penche sur l’un de ses romans maintenant.

Electra 16 août 2021 - 13 h 43 min

J’ai lu Un chant de Noël il y a deux ans je crois, j’ai aussi lu Les Grandes Espérances, et oui tout un monde : il me fait penser à Zola pour mettre en scène une grande ville avec autant de talent.

La Rousse Bouquine 26 septembre 2021 - 22 h 34 min

Je l’avais lu toute petite (certainement en version abrégée !) suite au film. J’en garde un souvenir très clair car je l’avais lu le jour où on m’avait posé un appareil dentaire en primaire, et j’avais tellement mal que j’étais restée au lit toute la journée…
En tout cas l’histoire m’avait beaucoup plu !

Electra 3 octobre 2021 - 19 h 36 min

ah c’est amusant comment notre mémoire lie nos lectures à certains évènements 🙂

Les commentaires sont fermés