Idol, burning · RIN Usami

par Electra
579 vues

En tout premier lieu, je veux dire un grand merci au Caribou, qui après notre conversation sur les livres après Noël (et notre amour indéfectible pour ces derniers) m’a redonné envie d’en ouvrir un. Ce fut Idol, Burning que j’avais croisé au cours de mes pérégrinations en librairie. Je l’ai lu en anglais mais il est désormais traduit en français.

Puis, nous avons, le Caribou et moi décidé de relancer nos blogs respectifs en se lançant deux petits défis : publier chaque dimanche (qu’importe le sujet) et une fois par mois, nous devons lire et publier un billet sur un roman prescrit par l’autre dans un thème commun imposé. Ce deuxième défi commencera mi-février. J’espère faire de jolies découvertes. En tout cas, je suis ravie de reprendre la lecture et le blog. J’entame ce soir ma deuxième lecture de 2024. Et je suis ravie de vous retrouver !

Mais revenons au roman : je ne suis pas certaine mais je crois qu’il est classé en roman jeunesse. Mais qu’importe. Si vous l’ignorez, j’apprends le Coréen et je ne regarde presque plus que des séries coréennes et japonaises. Impossible si vous vous intéressez à ces pays, de passer à côté de la K-pop ou J-pop, ces boys band asiatiques, comme BTS ou Stray Kids qui ont envahi les réseaux sociaux.

Pour ma part, c’est la relation très ambigüe de leurs fans (amour/haine) avec leurs chanteurs préférés, leur oshi qui m’a d’abord poussé à ce livre. Mais très vite, j’ai réalisé que c’était l’histoire de l’héroïne, Akari, qui était au centre du roman et qui me vaut aujourd’hui d’en parler ici. Akari est une jeune lycéenne japonaise, fan d’un chanteur, membre du groupe Maza Maza.  Son nom est Masaki Ueno. La jeune femme y consacre tout son temps libre, elle lui a dédié un blog, assiste à tous ses concerts et achète tout le merchandising du groupe jusqu’au jour où ce dernier est accusé d’avoir violenté une jeune femme.

Du jour au lendemain, le chanteur tombe en disgrâce et ses anciens fans deviennent ses premiers tortionnaires, le label l’abandonne, les médias sont cruels comme les commentaires des internautes. Akari, choquée, désorientée, décide néanmoins de le soutenir. Mais très vite, elle perd pied, ne va plus en cours, ne mange plus ..  Comme si raison de vivre avait disparu avec lui. Ce dernier ne donnant au début aucune nouvelle.

L’autrice se penche avec intelligence sur cette période délicate de l’adolescence, sur notre relation aux autres, notre insécurité – et j’ai trouvé le roman très intelligent. Il est court mais parfaitement équilibré et réussit à transmettre avec tact les émotions qui assaillent la jeune femme. Comment trouver sa place dans ce monde d’adultes ?  La chute de son Oshi va pousser la jeune femme à remettre en cause ses croyances. Elle va traverser une dépression, mais elle va aussi grandir, aidée étrangement par son Oshi dont la décision va la libérer soudainement d’un poids inconnu…

Bref, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié cette lecture. Reste que la violence des supposés fans envers leurs idoles existe toujours, j’ai ainsi compris qu’un idole a préféré quitter le groupe, après qu’on l’ait accusé de fumer et d’avoir une petite amie (oui, les raisons sont totalement futiles pour nous Occidentaux). Au dernier concert où il chantait, les fans lui ont carrément tourné le dos quand il a commencé à chanter .. J’ai eu honte pour ces supposés fans et le voir pleurer m’a vraiment choqué. On sait que la Corée du Sud a un gros problème de harcèlement scolaire, et il réapparaît ici sous une autre forme. Qu’est-ce qui pousse ces jeunes fans à se transformer si vite en bourreaux ? Leur attitude est déconcertante, car en lisant les commentaires de leurs fans internationaux (donc non Coréens) tous étaient au contraire plein de compassion et d’encouragement pour leur idole. Cela m’a rassuré sur la jeunesse occidentale mais le comportement sud-coréen demeure à ce jour un véritable souci. Mais revenons au roman, si vous avez envie d’accompagner Akari dans ce passage vers l’âge adulte, tout en voyant la vie d’une fan, ce roman vous plaira.

An idol burns. I’m not talking about a celebrity physically going up in flames. (a Japanese idiom) It’s about someone in the public eye who commits a misdeed or makes an improper remark, and becomes the target of criticism, is scrutinized from every angle, and loses their influence. (…)  « My idol is on fire », rather than « my idol is under fire ». (…) So that way, the cruelty of the word, deployed to describe the image of an idol’s body catching on fire and burning up is immediate to the reader. (Afterword by the author)

Encore merci le Caribou.

Disponible en français aux éditions Picquier sous le titre Idol.

♥♥♥♥

Editions Canongate, 推し、燃ゆ, 2022, trad. ASA Yoneda, 135 pages

Photo de Andrew Le sur Unsplash

Et pourquoi pas

17 commentaires

Sunalee 14 janvier 2024 - 20 h 42 min

J’avais prévu de le lire, tu confirmes qu’en plus, il est bien. Tout va bien donc !
(et donc un retour du Caribou bientôt ?)

Electra 14 janvier 2024 - 22 h 20 min

Oui, il est bien ! Un roman dit jeunesse mais moi je n’ai pas ressenti de problème d’âge. Oui, le Caribou est de retour !

Livr'escapades 14 janvier 2024 - 21 h 37 min

Je ne lirai très probablement pas ce roman mais ton billet est intéressant, j’ignorais tout de cette problématique.

Electra 14 janvier 2024 - 22 h 21 min

Oui, c’est un aspect intéressant (et perturbant) de la culture coréenne – ça a pris récemment de l’ampleur avec le suicide d’un acteur que j’aimais beaucoup.

Eva 14 janvier 2024 - 21 h 53 min

Bonjour, contente de te lire à nouveau! Je lis peu de romans coréens mais j’ai acheté par hasard Impossibles adieux cet automne. J’ai beaucoup aimé. ( Absolument rien à voir avec le livre que tu nous présentes ici, à part la Corée !) je l’ai dévoré malgré le thème difficile.

Electra 14 janvier 2024 - 22 h 22 min

J’adore HAN Kang ! Mon dernier coup de coeur est un de ses essais d’ailleurs. Merci ! De retour en effet, et je vois que tu es toujours aussi prolixe !

Ingannmic 15 janvier 2024 - 8 h 45 min

Oh, mais quelle bonne nouvelle en ce début de semaine, Le Caribou et toi vous êtes lancées un joli défi, et en plus, on va en profiter !!
Pas sûre en revanche que ce titre soit pour moi…

Electra 15 janvier 2024 - 14 h 26 min

Ah oui ! Merci ! On veut s’amuser et retrouver le goût de la lecture et nos blogs 🙂
Pour le roman, c’est un roman d’apprentissage, pas très joyeux, je le reconnais, mais très réussi !

Marie-Claude 15 janvier 2024 - 15 h 34 min

Et bien, c’est réel: nous sommes bel et bien de retour!
J’ai arrêté de lire ton billet dès qu’il a été question du roman. J’ai commencé hier un roman plus épais, me gardant Idol pour après.
Merci pour ces échanges fructueux qui nous donnent envie de se remettre en selle. Ça ne prenait pas grand-chose, mais ça fait une énorme différence.
P.S. (Ton blogue est plus beau que jamais!)

Electra 15 janvier 2024 - 17 h 15 min

Merci ! Oui, c’est dingue nos blogues repartent ! Merci pour le mot sur l’apparence car tu connais mon histoire 🙂 Honnêtement, sans toi, je ne sais pas si je pouvais vraiment relancer ce blogue toute seule (ma tentative en septembre ayant échoué lamentablement) et oui, j’ai hâte de nos échanges futurs sur nos lectures communes !

Marie-Claude 28 janvier 2024 - 18 h 29 min

Mon billet et plublié et… disons que je n’ai pas fait la même lecture que toi!

Autist Reading 15 janvier 2024 - 17 h 00 min

Hé bé, on ne t’arrête plus !!! 😆😆
Pour ma part, je passe mon chemin, je ne m’intéresse pas suffisamment à ces cultures pour avoir les clés permettant de déchiffrer et comprendre de tels comportements qui me dépassent totalement…

Electra 15 janvier 2024 - 17 h 16 min

Oui, je crois qu’étant totalement plongée dedans depuis deux ans, je suis férue de lectures coréennes et japonaises mais c’est très personnel. En tout cas, moi je suis ravie de te relire !!!!!

Fanja 15 janvier 2024 - 21 h 44 min

J’adore l’idée de ce challenge ! Ça m’avait titillée à un moment de lancer un challenge autour de ce concept, mais ma PAL est trop importante pour que je ne m’égare davantage. 😅 Ce genre de lubie, comme j’appelle ça, a toutefois l’intérêt de relancer l’attrait de la lecture et du blogging. Sinon le phénomène des idoles en Corée dépasse l’entendement. Ado , j’étais fan, comme toute ado^^, mais ça n’a jamais pris des proportions aussi déraisonnées.

Electra 15 janvier 2024 - 22 h 42 min

Oui, ado on était « fan » quoique je n’ai jamais été complètement dingue d’un chanteur non plus, j’aimais plusieurs groupes mais en fait je préférais des acteurs déjà morts LOL
Pour le challenge, oui, il est intéressant – l’idée que qu’une autre personne choisisse pour toi – on connaît à peu près nos goûts mais c’est aussi l’envie de faire découvrir à l’autre d’autres auteurs et genres – un défi !

Nelfe 23 janvier 2024 - 22 h 08 min

En voilà une bonne idée 🙂
Retrouver le caribou sur IG et toi ici, ça c’est chouette !

Idol, Burning – Popup Monster 24 février 2024 - 9 h 40 min

[…] avis très partagés d’Electra et Marie-Claude (je me doutais à l’avance de quel côté j’allais pencher), la cote […]

Les commentaires sont fermés