Stasiland · Anna Funder

Stories from behind the Berlin Wall

par Electra
574 vues

Lors de mon séjour à Berlin en mars dernier, nous avons passé pas mal de temps dans les anciens quartiers Est-Allemands et nous avons visité et remonté le temps à l’époque du mur. J’ai aperçu ce livre et j’avais très envie de le lire. Lorsque j’ai vu qu’il faisait partie d’une lecture commune avec Inganmic, Keisha, Sasha et d’autres lectrices, je n’ai pas hésité à y participer.  Lors de mon séjour berlinois,  j’ai pu voir les visages de ces souvent très jeunes gens, morts en ayant tenté de passer le Mur…

Anna Funder est Australienne mais vit et parle allemand. En 1996, 7 ans après la chute du mur, elle commence à interviewer des Allemands ayant vu leur vie grandement changée par ce mur et ce régime. Le régime de la Stasi, cette police est-allemande qui va développer le plus grand service d’espionnage au monde au sein de son propre pays. Recrutant, souvent de force, des milliers d’informateurs dans la population. Une citoyen sur 63 espionnait ses concitoyens. Des milliers d’Allemands furent suivis, arrêtés, enfermés, soupçonnés, harcelés, souvent pour rien. Ou suite à une dénonciation calomnieuse et surtout comme le dit l’un des anciens membres de la Stasi, la peur engendre la peur. Au final, ils voyaient des ennemis du peuple partout.

You have to understand, he says, in the context of my father, and of the propaganda of the Cold War – the GDR was like a religion…

Les témoignages de Miriam ou de Frau Paul sont très forts. Miriam avait 16 ans lorsqu’elle décide de fuir à l’Ouest. Elle trouve elle-même un passage peu surveillé, malheureusement, elle sera découverte, arrêtée et jetée en prison. Elle raconte les nombreuses heures d’interrogatoire où la Stasi refuse de croire qu’elle a pu organiser toute seule son passage. Quelques années plus tard, son mari, Charlie, et elle seront à nouveau persécutés par le régime, et un jour Charlie ne reviendra pas d’un interrogatoire. Il mourra dans sa cellule. 20 ans ont passé et Miriam veut savoir ce qui lui est arrivé.

L’histoire de Frau Paul est tout aussi effrayante, la jeune femme donne naissance à son fils, mais ce dernier a besoin de soins intensifs à l’hôpital. Nous sommes en 1961, en une nuit, le mur a surgi, et les parents de l’enfant ne peuvent plus le rejoindre, car son hôpital est situé à l’Ouest. … Pour nous, c’est tellement absurde. Ce couple m’a impressionné, car malgré leur tragédie personnelle, ils se dévoueront à la cause, iront en prison et ne céderont jamais au chantage.

It wasn’t about individuals. It was a system that manipulated people.

Lorsque Anna va à la rencontre d’anciens membres de la Stasi, elles retrouvent ces gens qui vivent dans le passé et haïssent le nouveau système. Ils trouvent toujours une justification à leurs actes. Avec Anna, je suis de nouveau retrouvée dans Berlin, sur les mêmes places ou rues, et j’ai pu revivre ce qu’avaient vécu les Allemands de l’Est pendant près de trente ans. Impressionnant, mais effrayant.

Ce livre devrait être lu au lycée, il ne dénonc pas uniquement un régime, il rappelle à quel point la liberté de pensée, d’aller et venir est fragile. Et tous ceux qui rêvent du passé oublient combien ont disparu subitement, morts torturés dans des prisons ? Et ce passage hallucinant où l’autrice explique la propagande communiste qui poussera ainsi le peuple Est-Allemand à croire qu’ils n’étaient pas responsables de la seconde guerre mondiale, ni de l’extermination des Juifs, que les Nazis venaient tous de la partie Ouest de l’Allemagne…. Ou comme lors de la visite du parti communiste avec Honecker, on a repeint les façades des bâtiments qu’à hauteur de leur passage en voiture, car il n’y avait pas d’argent pour peindre la totalité des bâtiments. Comme le dit, l’un des anciens chefs de la Stasi :

This society, it was built on lies – lie after lie after lie…

Un texte fort qui m’a permis de mieux appréhender ce régime communiste, et émouvant avec le poème du jeune Charlie, Weber une victime, parmi tant d’autres, dont ce livre, aura au moins permis de lui rendre hommage.

In this land
I have made myself sick with silence
In this land
I have wandered, lost
In this land
I hunkered down to see
What will become of me,
In this land
I held myself tight
So as not to scream

Editions Granta, 2021, 304 pages

 

Photo de Alessandro Bellone sur Unsplash

Et pourquoi pas

18 commentaires

Sandrine 17 juin 2024 - 7 h 34 min

Proposer des témoignage est une façon très vivante de faire découvrir ce pays et cette époque à ceux qui ne les connaissent pas.

Reply
Electra 17 juin 2024 - 9 h 37 min

Oui, et finalement nous avons peu de témoignages de cette époque. Une fois le mur tombé, on a oublié ces quelques décennies …

Reply
ingannmic 17 juin 2024 - 8 h 32 min

Ce qui me frappe à chaque fois avec cette histoire de la RDA, c’est la manière et la vitesse avec lesquelles elle a été occultée. J’ai fait le test avec mes filles : avant la Chute du mur, c’est le néant complet ! Et ce qu’on voit dans cet ouvrage, c’est que les allemands ont beaucoup participé à installer cet oubli, la RDA est devenue un sujet tabou.

Reply
Electra 17 juin 2024 - 9 h 39 min

Oui, exactement ! Je crois qu’ils ont tout fait pour hâter la réunification et oublier le passé. D’ailleurs, il n’y a eu aucun procès, et certains ont conservé des postes de haut gradés…
J’ai vraiment aimé ma lecture. J’avais repéré son livre suivant sans faire le lien avec elle à l’époque. Maintenant je vais l’acheter !

Reply
Kathel 17 juin 2024 - 8 h 56 min

Un livre sans doute très utile, mais je m’arrête aux autres commentaires qui trouvent qu’il est mal écrit…

Reply
Electra 17 juin 2024 - 9 h 40 min

Ah ? ça ne m’a pas gêné, je l’ai lu en anglais – je me pose toujours la question de la traduction; l’allemand et l’anglais sont des langues proches. Je n’ai pas remarqué de niveau faible ou d’erreurs manifestes. Je vais aller lire les autres billets du coup !

Reply
Sunalee 17 juin 2024 - 8 h 59 min

Le sujet m’intéresse, je le lirai sans doute un jour !

Reply
Electra 17 juin 2024 - 9 h 40 min

Oui, il te plaira sûrement (à lire en anglais apparemment)

Reply
keisha 17 juin 2024 - 13 h 26 min

Je l’ai lu en français, j’ai juste eu un peu de mal à accrocher au début et à ne pas m’y perdre. Sinon, c’est vraiment intéressant. J recommande, on apprend beaucoup e choses sidérantes;

Reply
Electra 17 juin 2024 - 14 h 25 min

oui, pareil, je l’ai trouvé très instructif – en cours, on a survolé totalement ce volet-là, on parlait de l’URSS et ses pays satellites, mais on ne rentrait pas dans leurs histoires
je vais aller lire ton avis !

Reply
Eva 17 juin 2024 - 15 h 42 min

Je suis d’accord avec toi que ce texte devrait être lu dans au lycée. Il est tout à fait accessible et le tremplin idéal pour différentes discussions. Je suis sûre que, lors de ton séjour à Berlin, tu as également visité le DDR-Museum ou même Hohenschönhausen 🙂

Reply
Electra 18 juin 2024 - 19 h 08 min

oui ! mais je crois que le programme d’histoire est toujours aussi léger concernant cette période pourtant en ce moment, l’Europe aurait bien besoin de s’en souvenir

Reply
je lis je blogue 17 juin 2024 - 18 h 04 min

Je vois que tu es dans la team des enthousiastes. J’ai l’impression que certains lecteurs (trices) ont été dérouté(e)s par la forme. Il est vrai que l’éditeur français n’a pas présenté le livre comme un essai mais comme un roman. L’ouvrage semble captivant mais très dense.

Reply
Electra 18 juin 2024 - 19 h 09 min

oui enthousiaste ! et surtout, comme croire à un roman ? Car elle parle comme une journaliste, décrit ses entretiens, les faits, etc.. Elle parle de sa vie un peu, mais ça reste du journalisme. La forme ne m’a pas gênée. Mais je lis beaucoup de journalistes d’investigation, et c’est différent d’un essai, d’un livre historique, etc.
Je ne comprends pas la démarche de l’éditeur français

Reply
Fanja 18 juin 2024 - 0 h 49 min

Ces témoignages sont précieux et ce récit-enquête semble bien mené et instructif. Sur le sujet, je reste encore marqué par le film « La vie des autres ».

Reply
Electra 18 juin 2024 - 19 h 10 min

ah j’y ai pensé tout de suite également. Je voulais le mentionner dans mon billet, mais j’ai oublié. Mais oui, les témoignages rappellent beaucoup ce film. Effrayant !

Reply
Mes échappées livresques 18 juin 2024 - 11 h 45 min

Pour son sujet, je me le note. Merci pour la découverte !

Reply
Electra 18 juin 2024 - 19 h 11 min

De rien ! c’est passionnant tout en étant effrayant.

Reply

Leave a Comment