The night always comes · Willy Vlautin

par Electra
11 commentaires

Willy Vlautin m’avait bien eu avec Horace, l’an dernier. Ce jeune boxeur Païute plein d’espoirs. Du coup, je n’ai pas résisté à lire son dernier roman en anglais. Et dès sa sortie en français, je pense le relire.

Attention vous êtes prévenu : on n’oublie pas Lynette de sitôt. Elle reste là, dans un coin de votre tête longtemps après la lecture. Willy aime l’Amérique populaire, celle des oubliés du succès américain.

Portland, OR. Lynette a une vingtaine d’années. La jeune femme enchaîne deux jobs, tous deux mal payés et tente malgré de suivre des cours à la fac après le boulot mais ses notes la confortent dans l’idée qu’elle n’est bonne à rien. Pourtant Lynette est une héroïne du quotidien. Le matin, elle se lève à l’aurore, et réveille son frère Kenny. Ce dernier est adulte mais handicapé mental. Elle l’aide à manger, à s’habiller, à aller aux toilettes. Les deux partent dans la froideur matinale. Kenny reste à l’arrière boutique avec elle, mais lorsque son boss arrive, il regagne vite fait la voiture sur le parking. Il s’installe sous une couverture avec une boisson chaude et de la musique dans les oreilles. Lynette met chaque dollar de gagné de côté.

Car Lynette qui vit avec sa mère et son frère, a appris que l’appartement dans lequel ils vivent va être mis en vente. Le propriétaire a accepté de leur vendre pour un prix raisonnable. Lynette a un petit pécule mais il faudra que sa mère obtienne un emprunt. Le quartier de Portland dans lequel ils vivent a changé, les riches rachètent morceau après morceau et le prix des logements a bondi. C’est leur unique chance et Lynette y croit ferme. Mais un soir en rentrant, elle découvre stationnée devant leur appartement, une voiture neuve. Sa mère, sur un coup de tête, s’est achetée une voiture à crédit, ruinant leur chance d’obtenir un emprunt pour l’appartement. La mère et la fille se fâchent, Kenny prend peur. Pourquoi sa mère vient-elle soudainement tout détruire ?

Lynette voit alors ressurgir ses pires craintes. La jeune femme cache un passé peu reluisant. Elle a été hospitalisée en psychiatrie il y a quelques années après avoir eu un comportement très violent et autodestructeur. A l’âge de 14 ans, Lynette avait fugué pendant presqu’un an et à son retour, elle n’était plus la même. Depuis les relations avec sa mère ont toujours été tendues, et ce dernier évènement vient bousculer le fragile équilibre. Lynette plonge dans le désespoir…

Pour ceux qui ont déjà lu Willy, pas besoin d’en dire plus. Vous connaissez son empathie pour l’être humain, spécialement lorsqu’il se révèle être fragile comme Lynette ou Horace. Impossible ici de ne pas ressentir la détresse de Lynette. J’ai dévoré le roman, trop inquiète pour le personnage de Lynette, avec en tête la fin du précédent livre. Je ne peux évidemment rien dire, sinon que la magie opère à chaque fois. Willy crée des personnages plus grands que la vie. Je n’oublie pas la mère et le frère qui sont merveilleusement bien construits et tous deux piégés dans leurs propres souffrances.

Pour terminer ce roman, je traduis ici deux critiques qui vous décideront, je l’espère, à lire ce livre (en anglais ou en français).

Vlautin offre le portrait étourdissant et à vous crever le coeur d’une jeune femme en lutte contre le destin et son époque dans une Amérique qui l’a oubliée. Ce page-turner à la prose parfaite, rend palpable le désespoir profond de Lynette. Vlautin a réussi ici une synthèse brillante de Raymond Carver et Jim Thompson – Publishers Weekly

L’astuce pour écrire un grand thriller est à la fois simple et très très difficile : faire en sorte que le lecteur  s’inquiète du sort du personnage en danger. Je n’arrive pas à me rappeler la dernière pour laquelle je me suis autant rendu malade pour un personnage de fiction comme ce fut le cas ici avec Lynette dans le dernier roman au grand coeur de Willy Vlautin. Vous n’oublierez pas de sitôt Lynette ni le monde dangereux dans lequel elle navigue avec tant de courage – Richard Russo

Richard, tu as tout à fait raison. Lynette possède une sacrée paire de griffes. Une vraie battante. Un coup de coeur vous l’aurez compris !

♥♥♥♥♥

Editions Faber&Faber, 2021,171 pages

Photo by Leslie Lopez Holder on Unsplash

Related Articles

11 commentaires

Autist Reading 22 décembre 2021 - 15 h 57 min

Jamais lu Vlautin, mais cette histoire a l’air bouleversante (un peu dans l’esprit d’American Rust, de Philipp Meyer). Je note avec empressement…

Reply
Electra 24 décembre 2021 - 10 h 52 min

oui elle est magnifique ! moins triste que son précédent, plus en mode « action » mais Lynette reste inoubliable ! lis celui-ci ou son précédent

Reply
Livr'escapades 22 décembre 2021 - 18 h 23 min

J’adooore Willy! Mais je ne l’ai pas lu depuis un moment… De beaux moments en perspective !

Reply
Electra 24 décembre 2021 - 10 h 52 min

chanceuse ! en fait, j’ai trié mes livres hier et j’ai trois (les premiers) pas lus donc ouf j’en ai encore sous le coude !

Reply
Livr'escapades 24 décembre 2021 - 11 h 52 min

Ce sont les trois que j’ai lus 🙂

Reply
uneviedevantsoi 24 décembre 2021 - 9 h 32 min

Un auteur que j’aimerais découvrir, le thème du dernier paru en français ne m’intéressait pas plus que ça, mais j’avais noté plusieurs titres. Et je ne m’explique pas pourquoi, mais chaque fois que je ne le trouve jamais en librairie hormis son dernier, du coup je zappe… Mais comme Marie-Claude l’adore, et toi maintenant, je vais passer commande.
Celui-ci me fait très très envie, je pourrais peut-être commencer avec ce titre ?! Cette Lynette a l’air d’une héroïne très marquante. Noté ++++++

Reply
Electra 24 décembre 2021 - 10 h 54 min

il y a des auteurs auxquels on pense et comme toi, il y a certains livres que je note et que je ne trouve jamais en librairie ….
Oui, le Caribou et moi aimons Willy ! tu peux commencer avec celui-ci, le précédent était peut-être plus magnifique quoique .. mais plus sombre

Reply
krol 29 décembre 2021 - 14 h 35 min

J’ai découvert Willy grâce à Marie-Claude et j’avoue qu’après avoir lu ce que tu en dis et surtout ce que Richard Russo (un grand !) en dit, et bien je n’ai qu’une envie, c’est le lire et faire la connaissance de Lynette.

Reply
Electra 29 décembre 2021 - 19 h 06 min

ah super ! Oui, je l’ai connu grâce au Caribou et depuis je suis une fidèle 🙂

Reply
Marie-Claude 4 janvier 2022 - 1 h 32 min

Zut ! J’en perds mon latin! J’étais persuadée d’avoir dit un mot sur ce billet…

Quoiqu’il en soit, tu imagines bien ce que j’en pense!

Reply
Electra 4 janvier 2022 - 9 h 26 min

oui, j’étais étonnée que tu laisses Willy te filer entre les doigts LOL oui, tu sais que tu vas passer un excellent moment l’année prochain en sa compagnie 🙂

Reply

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez l'utilisation temporaire de vos données pour ce site.