Une douce lueur de malveillance · Dan Chaon

par Electra
Une douce lueur de malveillance · Dan Chaon

Je ne connaissais Dan Chaon que de nom. J’ai eu l’occasion de le découvrir en lisant son dernier roman, et oui pas peur de m’attaquer à plus de cinq cent pages. Il faut dire que le Caribou n’était pas loin…et attendait mon avis !

Le roman a une histoire assez complexe – celle d’un homme, Dustin Tillman – psychologue à Cleveland. La quarantaine, il se remet doucement de la mort de sa femme, emportée par un cancer quelques mois plus tôt. Depuis, il se réfugie dans le travail, ne croisant que rarement son second fils, adolescent. L’ainé est reparti à la fac. Dustin n’est pas un mauvais père, il est juste incapable de communiquer avec ses enfants. Sa femme, leur mère, était le lien qui les unissait. Disparue, les trois hommes errent dans leurs propres sphères.  Peu de temps après avoir découvert la maladie qui rongeait le corps de sa femme, Dustin avait également appris que Rusty, son frère adoptif, venait d’être libéré de prison. Trente ans plus tôt, il avait été condamné à perpétuité pour le meurtre de leurs parents et de leur oncle et tante. Dustin avait témoigné contre lui au procès. Mais des tests ADN viennent de l’innocenter. Dustin et sa femme ont toujours caché la vérité à leurs enfants et à son épouse malade, il décide de ne pas l’inquiéter avec cette dernière nouvelle.

Il n’en parle qu’avec l’une de ses cousines, Kat, l’autre (la jumelle de Kat) avait choisi à l’époque (elles avaient dix-sept ans) de disparaitre dans la nature. La jeune femme soutenait Rusty, l’adolescent que les Tillman avaient adopté et qui terrifiait le petit Dustin, tout juste âgé de treize ans.  Elle était persuadée que Dustin avait menti et accusé Rusty. Les versions varient.

C’est à la même époque que l’un de des patients, un policier en congé longue maladie, vient le voir pour lui faire part d’une certitude : un tueur en série sévit et noie des étudiants partis faire la fête. Il est vrai que les noyades d’étudiants sont malheureusement une réalité et se produisent dans tout le pays.  Tillman doute puis finalement accepte d’enquêter avec lui, franchissant la frontière si précieuse entre patient et thérapeute. Mais Tillman a trouvé en cet homme une écoute au sujet de Rusty, et le policier lui indique même où son frère adoptif s’est installé. Entre eux, une relation étrange s’installe, tandis que Dustin s’éloigne de son fils adolescent qui sombre dans la drogue et la dépression, jusqu’au jour où Rusty l’appelle…

Que dire ? Me voici dans la tête d’un homme d’une quarantaine d’années, thérapeute, qui ne cesse de s’interroger sur sa vie, ses émotions, ses sentiments, son rôle en tant qu’époux et père. Avait-il raison de cacher la vérité à ses enfants ? Doit-il craindre que Rusty cherche à se venger ? Le tueur en série est-il une pure invention ? Que doit-il croire ? Et que s’est-il réellement passé il y a trente ans ?

Nous n’arrêtons pas de nous raconter des histoires sur nous-mêmes. Mais nous ne pouvons maîtriser ces histoires. Les événements de notre vie ont une signification parce que nous choisissons de leur en donner une.

Cet homme est submergé par ses propres souvenirs, les derniers mois auprès de sa femme, son enfance et les derniers jours avant l’assassinat brutal de sa famille et lorsqu’il trouve une écoute à ses propres contradictions, il se noie à son tour.

Je n’étais pas emballée au début puis j’ai littéralement avalé des centaines de pages, en particulier celles où le thérapeute se confie sur son enfance et sur le meurtre de ses parents, j’ai aussi beaucoup aimé la voix de son fils adolescent – sa profonde solitude, avec un frère absent et un père défaillant. Difficile de ne pas un temps en vouloir à Tillman et ses obsessions secondaires.

Malheureusement, pour moi, car ce n’est pas le cas pour les autres lecteurs, j’ai beaucoup moins accroché à la dernière partie, à la tournure des évènements. Le roman devient un thriller et je n’en avais pas envie, ni besoin. Pas que j’avais deviné la fin, simplement j’ai eu l’impression de lire deux livres en un seul, un premier – magistral et un second, trop tiré par les cheveux. Il y a aussi des digressions et un personnage qui m’a embêté pendant toute ma lecture. Chaon avait déjà un sujet plus que complexe entre les mains : le meurtre de la famille de Tillman et la mort de son épouse, pourquoi en ajouter un troisième ?

Reste une écriture magnifique, une maîtrise des mots et des affres de l’être humain, de nos failles, de nos envies de réécrire l’histoire.  J’ai vraiment adoré certains passages. Je vais lire ses nouvelles, c’est certain.

J’ai eu la chance de croiser l’auteur au Festival America et d’échanger quelques mots avec lui, un homme plein de charme, à l’écoute et qui vous donne très envie de lire ses autres romans.

♥♥♥♥♥

Editions Albin Michel, Ill will, trad.Hélène Fournier, 2018, 544 pages

22 commentaires
1

Et pourquoi pas

22 commentaires

keisha 17 octobre 2018 - 8 h 10 min

Je note tes (petits) bémols, de totue façon je prévois de la lire (et te recommande son roman précédent!)

Electra 17 octobre 2018 - 19 h 03 min

Oui, je veux lire ses romans et ses nouvelles, je les ai en plus !

katell 17 octobre 2018 - 12 h 54 min

et bien moi c’est le contraire, j’ai préféré la deuxième partie! et j’ai adoré ce roman magistral qui mêle tant de choses….

Electra 17 octobre 2018 - 19 h 04 min

ah génial ! j’adore quand on extrait des passages différents .. du coup à nous deux il est parfait !

Aifelle 17 octobre 2018 - 13 h 27 min

Je suis très tentée et une amie va me le prêter ! Je n’ai pas eu l’occasion de l’approcher au festival America, mais il avait l’air très sympa.

Electra 17 octobre 2018 - 19 h 04 min

Oui, très sympa ! il y a des passages entiers magnifiques – surtout sur l’enfance, et ce qu’on en retient ou les souvenirs que l’on chasse …

Véronique Cauchy 17 octobre 2018 - 15 h 21 min

Très tentée!

Electra 17 octobre 2018 - 19 h 05 min

alors fonce !

noukette 17 octobre 2018 - 15 h 56 min

Jamais lu non plus mais tentée du coup !

Electra 17 octobre 2018 - 19 h 05 min

ah tant mieux ! je pense que je vais adorer ses nouvelles du coup

Marie-Claude 17 octobre 2018 - 17 h 11 min

Nous avons, en gros, les mêmes bémols, dont trop d’intrigues entremêlées dans ce seul roman. Le thérapeute qui se confie sur son enfance et sur le meurtre de ses parents étaient pour moi la meilleure. J’en aurais plus plus.

Je te recommande très très chaudement “Surtout resté éveillé”. Vraiment!

Electra 17 octobre 2018 - 19 h 06 min

Oui, je veux le lire !! il le faut ! et oui on a eu du coup la même lecture et les mêmes bémols – on s’est retrouvées 🙂

Virginie 17 octobre 2018 - 18 h 53 min

Il ne me dit trop rien celui-là ! depuis sa parution, je tourne autour, j’hésite mais je n’ai pas tellement envie de m’y plonger…

Electra 17 octobre 2018 - 19 h 07 min

Attends alors que ça décante et puis tu es pas mal occupée ces temps-ci ! je pense que je vais aimer ses autres livres car son style est excellent

Mes échappées livresques 18 octobre 2018 - 7 h 30 min

il m’attend et malgré ton bémol, je suis vraiment impatiente de le lire à mon tour! d’autant plus que je n’ai jamais lu cet auteur!

Electra 21 octobre 2018 - 19 h 25 min

Je pense qu’il te plaira, je garde en tête la première partie que j’ai dévorée et je compte bien lire ses autres romans, du coup je te lirai bientôt

Christelle 19 octobre 2018 - 14 h 34 min

Je l’avais emprunté grâce à pas mal de critiques enthousiastes, mais la tienne me refroidit … On verra, pas sûre de le lire …

Electra 21 octobre 2018 - 19 h 27 min

Ah ! si tu l’as sous le coude, tu peux te faire ton propre avis ? je suis l’une des rares à avoir ces bémols

Eva 21 octobre 2018 - 17 h 25 min

coup de coeur pour moi, mais c’est vrai que le roman est riche et peut donner l’impression de s’éparpiller un peu…moi aussi j’ai très envie de découvrir ses autres ouvrages ! (et oui, l’auteur est charmant et très accessible :))

Electra 21 octobre 2018 - 19 h 28 min

Ah super ! bon comme ça ceux qui doutaient après m’avoir lu vont pouvoir quand même tenter le coup ! Je garde pourtant mes réserves sur la fin et la multiplicité des sujets mais lorsqu’il parle de son enfance, il réussit !

Fanny 23 octobre 2018 - 14 h 14 min

J’hésite encore à me lancer dans cette lecture!

Electra 23 octobre 2018 - 22 h 42 min

Tu as déjà lu des livres de cet auteur ? Je ne peux pas trop t’aider, étant moi-même une “primo-lectrice” 😉

Les commentaires sont fermés