Ce que savait la nuit · ARNALDUR INDRIÐASON

par Electra
Ce que savait la nuit · ARNALDUR INDRIÐASON

Ceux qui me suivent savent à quel point je suis fan de l’oeuvre de Monsieur Arnaldur Indriðason et que je piaffe d’impatience à chaque nouvelle parution !

Point d’Erlendur, mais cet ouvrage signe le retour de Konrad, ce policier à la retraite que l’on a découvert dans le dernier volet de la Trilogie des Ombres, Le passage des Ombres.

Souvenez-vous, Konrad était ce policier à la retraite depuis peu qui acceptait de reprendre du métier pour enquêter sur la mort suspecte d’un vieil homme, et parallèlement celle d’une jeune femme décédée en 1944 pendant l’occupation américaine. On découvrait alors un pan du passé de l’inspecteur, celui de son père, un escroc et un homme violent. Konrad est depuis de nouveau à la retraite et consacre son temps à ces petits-fils. Sa femme bien-aimée est décédée depuis peu et Konrad a encore le coeur serré.

C’est alors que des touristes allemands en excursion sur le glacier de Langjökull découvrent le cadavre de Sigurvin, un homme d’affaires disparu il y a trente ans. Le réchauffement climatique a provoqué la fonte des glaciers et a fait ressurgir le corps de cet homme d’une trentaine d’années. Konrad était le policier en charge de l’enquête à l’époque de sa disparition. Les soupçons s’étaient immédiatement portés sur Hjaltalin, l’ex-associé de Sigurvin. Les hommes s’étaient méchamment disputés la veille de sa disparition. Mais la petite amie de ce dernier avait témoigné en sa faveur et Konrad n’avait jamais pu l’arrêter.  Konrad accepte de venir voir le corps de Sigurvin à la morgue lorsqu’il est contacté par Hjaltalin, ce dernier est en soins palliatifs, atteint d’un cancer incurable.

Konrad accepte d’aller le voir pensant recueillir l’aveu du condamné à mort, mais Hjaltalin crie à nouveau son innocence, semant le doute pour la première fois dans l’esprit du policier à la retraite. Quand son ancienne chef Marta lui donne l’aval pour mener une nouvelle enquête, Konrad rouvre le passé et avec les souvenirs de ses années auprès de son épouse et de sa relation tendue avec ce père violent, menteur et brutalement assassiné.

L’éditeur Métailié cite Simenon dans sa présentation, et j’avoue que j’aime la comparaison. Konrad est un homme affecté par la mort récente de son épouse et par son père dont la mort n’a jamais été élucidée mais qui de son vivant a causé bien des torts. Arnaldur Indriðason excelle dans la construction d’un personnage et ici Konrad gagne en âme et en esprit, il possède dorénavant de multiples épaisseurs. Cet homme, rongé par le passé, cette enquête jamais élucidée, ce père énigmatique et profondément blessé par la mort de sa femme se révèle particulièrement attachant.  Et j’allais oublier, l’enquête en elle-même est passionnante de bout en bout !

Et tout autour, Arnaldur Indriðason décrit à merveille la société islandaise, ses paradoxes : une vie majoritairement rurale, ardue (les glaciers, le froid) puis ce boom économique et ces gratte-ciels qui effacent l’ancien quartier des Ombres pour ensuite s’écrouler lors de la crise économique de 2008. Une société qui oscille entre passé et modernité, sans pouvoir s’ancrer dans le présent.

J’ignore sur quelle histoire se penche à présent l’auteur islandais, si je vais retrouver Erlendur ou Konrad, qu’importe, je les attends tous !

♥♥♥♥

Editions Métailié, Noir, Myrkrið veit, trad. Eric Boury,  2019, 320 pages, 

Et pourquoi pas

10 commentaires

Mingh edwige 7 février 2019 - 9 h 41 min

Je t’accompagne volontiers, Indridason est mon « guilty pleasure  » aussi .

Reply
Electra 8 février 2019 - 7 h 22 min

pareil ! J’aime trop le retrouver, toujours en février – pour la Saint-Valentin ? j’aime beaucoup sa simplicité.

Reply
Marie-Claude 7 février 2019 - 16 h 17 min

« guilty pleasure » pour moi aussi, mais Erlendur forever! Alors, Conrad… bof!

Reply
Electra 8 février 2019 - 7 h 22 min

Konrad est très touchant dans cet opus, sa femme, son père – moins bougon mais tout aussi intéressant. Erlendur reste évidemment mon préféré mais si tu ne peux aimer tous les enfants d’Arnaladur … LOL

Reply
Virginie 8 février 2019 - 7 h 36 min

Je suis fan aussi, je vais quand même attendre quelques jours pour le lire je fais durer le plaisir !)

Reply
Electra 10 février 2019 - 12 h 52 min

tu as raison ! d’où mon immense PAL 🙂

Reply
Jerome 9 février 2019 - 15 h 31 min

Tellement longtemps que je n’ai pas lu Indridason ! Il faut dire que je lui préfère largement Stefansson maintenant 🙂

Reply
Electra 10 février 2019 - 12 h 52 min

ah oui, moi pas du tout accroché à ce dernier, je reste fidèle à mon Indridason 🙂

Reply
Eva 13 février 2019 - 21 h 58 min

lui aussi je vais le lire ! (même si j’ai encore la Trilogie des Ombres à lire ! )

Reply
Electra 13 février 2019 - 22 h 12 min

Du coup, je te conseille de lire la trilogie en premier quoique les deux se lisent indépendamment – tu retrouves Konrad dans le dernier volet de la trilogie …. bref, tu as de quoi t’occuper LOL je sais que tu lis cent cinquante livres par mois donc ça devrait le faire LOL

Reply

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez l'utilisation temporaire de vos données pour ce site.