Washington Black · Esi Edugyan

par Electra
Washington Black · Esi Edugyan

J’ai lu ce roman à mon retour du Canada, il m’intriguait. On y suit le destin d’un jeune esclave de la Barbade, en 1830, pris sous la coupe de Titch, un des propriétaires, scientifique convaincu. Une épopée qui m’emmènera de la Barbade, du pôle Nord à Londres, en passant par Amsterdam.

Je rédige ce billet plusieurs semaines après ma lecture, et j’ai peur de ne pas me rappeler l’essentiel. Washington a onze ans. Esclave dans une plantation de la Barbade, il est arraché de la plantation de canne à sucre pour servir, avec l’esclave qui lui sert de « mère » à la table du maître. Ce dernier est un homme violent. Il voit les esclaves comme des objets dont il peut disposer à sa guise. Mais ce soir-là, son frère cadet est présent. Titch est un scientifique anglais qui a un projet fou : construire sur la plantation un ballon dirigeable et il a besoin de main d’œuvre. Il obtient de son frère que Washington soit à son service. Très vite Titch décèle chez le jeune garçon un talent inné pour le dessin et une curiosité d’esprit. Il lui apprend à lire et à écrire et en fait son assistant.

Mais un évènement précipite le sort du jeune garçon. Le cousin des maîtres, venu de Londres annoncer la disparition  de leur père se suicide devant Washington. Peur d’être accusé de son meurtre, il précipite la décision de son maître de s’embarquer à bord du ballon. Ce dernier pense pouvoir atterrir sur une île où l’esclavage n’a plus court mais un vent contraire les force à changer de plan.

La longue épopée de Washington commence, un véritable parcours initiatique, où le jeune garçon devient un homme, aux côtés d’un scientifique qui croit à la science. Ce dernier, atterré par l’annonce du décès de son père emmènera le garçon jusqu’au pôle nord, se sachant recherché par son frère pour avoir enlevé un esclave. Mais leurs destins seront à nouveau bouleversés et Washington devra affronter seul la société anglaise.

Un roman que j’ai aimé lire – je me suis attachée aux personnages.  Il est effectivement toujours aussi intéressant et nécessaire de revenir sur l’esclavage, une période sombre de notre histoire. J’ai beaucoup aimé la relation entre le garçon et Titch. Je me suis, j’avoue, un peu ennuyée lors du passage dans le pôle Nord, j’aurais préféré qu’il soit écourté, je n’ai pas trouvé de plus-value. La dernière partie sur sa vie en Europe reflète bien les difficultés d’être un homme de couleur et bonne surprise, contrairement à ce que j’avais lu (je ne sais plus où), j’ai aimé la fin et leurs retrouvailles.

Washington prendre le chemin de la liberté, avec toutes les responsabilités qu’elle exige. Un bon souvenir de lecture.

♥♥♥♥

Éditions Liana Lévi, trad. Michelle Herpe-Voslinsky, 2019, 440 pages

Et pourquoi pas

4 commentaires

Jérôme 18 juin 2019 - 12 h 45 min

Tout ce que tu en dis (à part le pôle nord^^) me séduit, donc je suis bien tenté.

Electra 18 juin 2019 - 20 h 25 min

Oui, je l’ai trouvé très instructif et j’aime bien le parcours dans tous ces pays à cette époque cruciale.

Marie-Claude 19 juin 2019 - 3 h 32 min

Moi, je ne suis pas séduite pour deux cennes. Maud l’a abandonné, je crois. À discuter lors de notre virée!

Electra 19 juin 2019 - 7 h 04 min

Oui, elle me l’a dit mais elle l’a abandonné trop vite, car juste après ça devient beaucoup plus intéressant ! Dommage car c’est bien de suivre un jeune esclave qui découvre sa liberté .. mais bon vu ton humeur, tu aurais probablement encore abandonné – tu es devenue une serial -abandonneuse LOL

Les commentaires sont fermés