Les défenses · Gabi Martínez

par Electra

Quand j’ai eu entre les mains de livre du journaliste Gabi Martínez j’ai réalisé le poids de la bête. Puis j’ai réalisé que j’allais m’envoler vers le Canada, rien de tel que l’avion et les escales pour s’attaquer à ce genre de livre.

Gabí Martinez est journaliste d’investigation en Espagne. Il a rencontré le héros de son récit lorsqu’on a suggéré à ce celui-ci de raconter sa vie à un journaliste. Gabi Martínez était au départ circonspect puis il a compris en écoutant l’homme lui raconter son histoire la portée que cela pouvait avoir, socialement et politiquement. Et Camilo E. est né.

Camilo est le narrateur de ce récit. Neurologue, d’un père né en Andalousie et d’une mère barcelonaise, le petit Camilo a grandi avec ses deux soeurs. Le petit garçon a rapidement grandi les échelons de la médecine, et plus particulièrement dans la recherche. Marié très jeune à Sol, ils ont eu trois filles mais leur vie de couple a vite pâti du doctorat de Camilo puis de son métier. Car il est toujours absent, et Sol n’en peut plus. Cela empire lorsqu’un ami de faculté lui suggère d’intégrer la nouvelle équipe de neurologie dirigée par une personnalité du milieu médical. Camilo se donne corps et âme. Son domaine de prédilection : les maladies auto-immunes, ou comment notre propre corps peut se retourner contre nous-même. Il réussit à persuader son chef de lancer un protocole de recherche, ce dernier est financé par des subventions. Mais peu à peu, Camilo perd pied. Son exaltation prend le pas sur son travail, il commence à tromper sa femme et surtout son chef le prend en grippe.

Victime d’un véritable harcèlement professionnel, il perd pied, psychologiquement, moralement et physiquement. Ainsi, il met à boire de large quantités d’alcool. Puis il commence une liaison avec son mentor, Diana, qu’il a toujours admiré depuis son internant. Sa femme l’apprend, et son chef découvre son problème d’alcool. Le harcèlement perdure. Puis un jour, devant sa soeur Carmen, le médecin tient des propos incompréhensibles et tente même de l’étrangler. Hospitalisé dans son propre service, il est finalement interné dans un centre de soins réservé aux professionnels de la santé (leurs noms sont modifiés). Camilo y passera plusieurs mois. Il est diagnostiqué bipolaire, même si lui le réfute. Ses anciens internes sont à présent ses médecins et Camilo doit malgré lui se soumettre à leur diagnostic.

Quelques années plus tard, une tragédie personnelle et un nouvel enjeu professionnel vont provoquer chez lui une rechute …..  jusqu’à une rencontre capitale.

Que dire ? Que c’est passionnant de bout en bout, que même si je n’ai rien de commun avec ce quinquagénaire catalan neurologue, je n’ai eu aucun souci à le suivre dans bouffées délirantes, dans sa volonté maladive de réussir – depuis sa jeunesse, il se consacrait à la recherche. Et en particulier du lien entre la neurologie et la psychiatrie. De plus, son récit tord la vie au système médical espagnol, en particulier les rouages à l’intérieur des hôpitaux publics. J’ai appris énormément sur la neurologie et sur les maladies mentales. On ne s’ennuie pas une seconde aux côtés de cet homme qui finira par apprendre quelque chose sur lui d’essentiel. Une fin épatante et puissante, et qui nous interroge, êtres humains.

Enfin, le portrait de l’Espagne, et en particulier de la Catalogne est vraiment intéressant ainsi que l’hérédité : un père qui sacrifié sa carrière professionnelle pour suivre sa mère est une piste pour comprendre l’attitude de Camilo qui refuse tout net de consacrer moins de temps à son métier. Un regard très pertinent sur la société actuelle.

Une lecture à part dans ce premier semestre, la découverte d’un journaliste et mon récit romancé espagnol et quelle claque !

♥♥♥♥

Editions Christian Bourgois, Las Defensas, trad.André Gabastou, 2019, 672 pages

Et pourquoi pas

2 commentaires

Ingannmic 21 juin 2019 - 10 h 11 min

Pffff, que dire ? C’est internée et non pas interne, moi, que je vais finir par être, à force d’accommodements tordus avec ma conscience quant à ces piles qui montent, qui montent…. mais bon, je ne peux pas dire non, là… et puis j’aime bien les Editions Bourgois..

Electra 23 juin 2019 - 17 h 44 min

MDR ! Bon si ça peut te rassurer, je suis dans le même état .. mais là oui ne passe pas ton chemin ! Il vaut le détour même s’il peut déconcerter un peu au début ! après on se laisse prendre au jeu

Les commentaires sont fermés