DreadfulWater shows ups · Hartley GoodWeather

par Electra

Un titre de roman bizarre, un nom d’auteur inconnu et une couverture .. qu’en dire ? Eh bien, derrière ce drôle de pseudonyme se cache en fait un auteur autochtone célèbre.. Saurez-vous deviner lequel ?

C’est par hasard que j’ai appris que l’auteur mystère rédigeait des polars – j’avais adoré lire ses romans et nouvelles, aussi étais-je surprise en voyant dans une librairie québécoise le dernier volet de sa série consacrée à son héros ex-policier, devenu photographe/enquêteur privé … Et encore plus surprise d’apprendre qu’il avait écrit le premier volet de cette série il  y a dix-sept ans, en 2002, un second en 2006 toujours sous ce pseudonyme puis deux nouveaux opus l’an dernier et cette année, sous sa véritable identité cette fois-ci …

Qui sont donc Thumps DreadfulWater et Freeway ? Thumps est Cherokee. Policier en Californie du Nord pendant de nombreuses années, il avait alors une seconde passion :  la photographie. Finalement, Thumps avait choisi de changer de vie et est venu vivre à Chinook. Une chose en menant à une autre, le départ en retraite du photographe de scènes de crime l’a mené à accepter ce nouveau job. Mais la passion secrète de Thumps, c’est le golf. Thumps se souvient de sa découverte de ce sport alors qu’il vivait enfant dans un trailer park. Un de leurs voisins lui avait enseigné la technique avant de disparaître subitement. Depuis, Thumps prend des photos et nourrit Freeway, son chat. Et il a entamé une liaison avec Claire, conseillère municipale à la mairie et il apprend à connaître son fils, Stick.

Les relations mère-fils se sont tendues depuis que sa mère et tout le conseil municipal ont soutenu le projet de construction d’un immense resort hôtelier, the Buffalo Mountain Resort. Un immense complexe avec tout ce qui plaît aux riches, car les appartements, prêts à être loués sont vendus des centaines de milliers de dollars. C’est à quelques jours de l’inauguration du complexe qu’un homme mort est retrouvé dans l’un des appartements. Thumps est appelé sur les lieux. Et très vite, on soupçonne le fils de Claire, Stick, qui, opposé à la construction de ce complexe, a créé un groupe anonyme qui a mené plusieurs actions contre le projet.

Mais Thumps, dont l’oeil aguerri d’ancien flic fonctionne toujours va rapidement mettre en doute cette théorie et mener sa propre enquête.

Que dire ? Que j’ai beaucoup aimé le personnage de Thumps, en fait tous les personnages indiens sont drôles. L’humour sec autochtone fonctionne merveilleusement bien sur moi. J’adore ainsi quand il présente le gardien du site, Cooley Small Elk, dont le physique (grand, pommettes saillantes, longues nattes noires) fait immédiatement penser à un portrait d’Edward S.Curtis et plaira donc aux riches acheteurs blancs.

En fait, j’ai craqué dès la le lecture de la dédicace :

For Christian, who knows the joy of sleeping in a pickup in the middle of nowhere. In the middle of winter. *

J’aime sa vision du monde, son regard sur ses concitoyens – parfois sarcastique, quelques fois empreint d’amour et souvent très amusant ! Tony Hillerman a salué la naissance de ce détective Cherokee très drôle, en invitant les lecteurs à le lire car ce roman est “synonyme de répartie, d’une écriture intelligente, de personnages amusants, d’une intrigue bien rythmée.”

Car, si les personnages sont au coeur de l’histoire,  l’enquête demeure intéressante et bien écrite. J’ai lu très vite ce roman et j’ai beaucoup être en compagnie de Thumps et de Freeway. Et j’ai donc d’ores et déjà très envie de le retrouver ! Malheureusement, je n’ai trouvé aucune traduction de cette série. Quel dommage. Ah oui, et l’auteur, qui est-il ? Thomas King, of course.

♥♥♥♥

(*) Pour Christian, qui connaît le plaisir de dormir dans un pick-up au milieu de nulle part. En plein hiver. 

Photo à la Une : Je pense que Michael Greyeyes ferait un Thumps tout à fait crédible. 

Editions Scribner, 2003, 260 pages

10 commentaires
0

Et pourquoi pas

10 commentaires

Jackie Brown 16 décembre 2019 - 16 h 36 min

Tu te demandes quand il a le temps de faire tout ça ! Je n’ai pas encore lu Thomas King. The Inconvenient Indian est dans ma liste de lectures “urgentes”, mais je craque à chaque fois pour des nouveautés et ma LAL ne bouge pas. Je note cette série bien sûr. Merci !

Electra 16 décembre 2019 - 19 h 14 min

De rien ! Oui, bonne question ! C’est un King – comme Stephen, il doit écrire tous les jours !!! Je dois encore lire The Inconvenient Indian, j’ai lu ses nouvelles, elles sont excellentes – et je dois aussi le retrouver pour deux ou trois lectures. Ah craquer pour les nouveautés, je connais bien ce souci !!!

Marie-Claude 17 décembre 2019 - 3 h 24 min

Thomas King, of course. C’est ça, oui… encore à me narguer avec des tentations inaccessibles!

Electra 17 décembre 2019 - 20 h 39 min

nananan… apprends l’anglais !

Autist Reading 17 décembre 2019 - 17 h 56 min

Ben, c’est Thomas King, bien sûr !!! Ben oui… mais je ne connais pas cet homme, moi. Je ne suis pas très polar, en général, mais découvrir un détective Cherokee, ça peut être plaisant. Je note donc, on ne sait jamais.
Sinon, quand je te dis que tu ferais bien de créer ta maison spéciale Native Americans… tu aurais encore de quoi faire avec ces traductions…. Je dis ça, je dis rien….

Electra 17 décembre 2019 - 20 h 40 min

MDR oui je sais ! tu m’aiderais ? vu que tu lis aussi en anglais ?

Autist Reading 18 décembre 2019 - 17 h 37 min

Ben évidemment ! Je suis un as de la relecture, de la correction et du rewriting… (sans me vanter !) 🙂
Sinon, y’a aussi tous ces avantages-là : https://www.jobat.be/fr/art/les-11-plus-gros-atouts-des-personnes-autistes-au-travail 😀 😀

Electra 18 décembre 2019 - 19 h 53 min

ah mais c’est parfait ça !! je note je note je note 😉 11 avantages et pas un seul défaut, comment pourrais-je dire non ????

Autist Reading 18 décembre 2019 - 22 h 19 min

Euh, pour les défauts… ça prendrait beaucoup trop de temps 😀

Electra 18 décembre 2019 - 22 h 59 min

zut alors !!! 😉

Les commentaires sont fermés