Sabrina & Corina · Kali Fajardo-Anstine

par Electra

Un recueil de nouvelles en anglais pour changer. Mais surtout un gros coup de coeur pour ce recueil magnifique qui met en avant les femmes Latinas, du côté de Denver au Colorado.

Onze nouvelles et à chaque fois un portrait de femmes Latino magnifique. Certaines ont le sang mêlé, elles étaient là bien avant ces colons blancs puritains, ces « Américains » et pourtant la terre ne leur appartient plus, comme leurs corps souvent. Trop belles, trop voluptueuses, elles sont rapidement épouses ou maîtresses, prostituées ou comme Corina, effrayées par la violence du monde. J’ai trouvé que chaque nouvelle valait l’autre. Même puissance, même force. Impressionnant !

Le recueil commence par ces deux pré-adolescents chargés de veiller sur « sugar baby » une tradition américaine qui veut que les adolescents jouent aux parents le temps d’un week-end. L’héroïne n’a pas envie d’être mère et est plus curieuse quant aux ossements que le « père de l’enfant » a accidentellement déterré dans une partie haute de la ville. Ce sont peut-être ces ancêtres.

Sabrina et Corina sont cousines. Inséparables enfants, elles prennent des chemins opposées en grandissant. La beauté de Sabrina sera également son fardeau. Très vite, elle sort s’amuse, se drogue et fréquent des gringos (des Blancs) car elle rêve de richesse et du soleil Californien. Mais très vite elle brûle ses ailes .. Corina se souvient de leur enfance mais aussi de leur éloignement progressif, et puis est venu ce jour où on demande à Corina d’aller maquilla le corps de Sabrina…

Une autre histoire touchante est Tomi, où Nicole sort enfin de prison. Son frère accepte de l’héberger, il vit seul avec son fils de dix ans, Tomi depuis que son épouse l’a soudainement quitté. Peu à peu, Nicole reprend ses marques et réussit à entrer en contact avec ce petit garçon fuyant et mystérieux. Dans Any further west, on suit une mère et sa fille adolescente (elle même encore très jeune) qui quittent le Colorado pour la Californie en croyant y trouver le bonheur et la richesse, mais la vie n’est parfois qu’un leurre.

Sisters est une histoire à la fin déroutante, violente – deux soeurs quittent leur bourgade pour s’installer à la ville en travaillant dans le même cabinet médical. Tina ne souhaite sortir qu’avec des Blancs et pousse sa soeur à faire de même, car l’homme blanc est riche mais le prix à payer est tout aussi important …

Remedies ne m’a pas laissé indifférente. On y suit une une petite fille de dix ans qui n’aime pas voir son demi-frère Harrison. Il représente le malheur : son père les a quittées pour la mère de Harrison avant de repartir à nouveau. De plus, le petit garçon a les cheveux plein de lentes et à chaque fois, elle les attrape. Elle cache la vérité à sa grand-mère Estrella qu’elle aime tant. Une histoire émouvante.

Galapago vous suprendra. Une femme septuagénaire, Pearla Ortiz se présente au commissariat : elle vient avouer un meurtre. Une très belle histoire dont je ne dirais rien de plus.

Dans Chesman Park, des femmes aux destins brisés, maltraitées par leurs époux, voient leurs chemins se croiser et peut-être la voie de la guérison. Dans l’avant-dernière nouvelle, une jeune femme qui a épousé un Anglo (homme blanc) d’une cinquantaine d’années, continue de voir en cachette son amour de jeunesse et d’aller avec lui taguer les trains… Enfin, dans la dernière nouvelle du recueil , Ghost sickness, on suit Ana, une jeune étudiante dont le petit ami, Clifton, a mystérieusement disparu. Ce dernier, Diné (autre nom des Navajo) est parti en voiture et ne donne plus de nouvelles or c’est le jour de l’examen d’histoire de l’Amérique de l’Ouest. Ana a ce sentiment étrange que Clifton est mort et pense totalement rater son examen, qui raconte la colonisation de son pays par les Blancs jusqu’à ce qu’une histoire lui revienne en tête .. Formidable nouvelle et point final à ce recueil magnifique (comme la couverture).

Je vais suivre de très près la carrière de Kali Fajardo-Anstine.

♥♥♥♥♥

Editions One World, 2019, 224 pages

Photo by tony hernandez on Unsplash

Et pourquoi pas

13 commentaires

Ingannmic 22 mai 2021 - 12 h 08 min

Il me le faut !

Electra 24 mai 2021 - 15 h 49 min

oh que oui ! il est beau, hein ?

Sunalee 23 mai 2021 - 9 h 02 min

moi aussi !
(je m’en vais écrire mes deux dernières chroniques de nouvelles, comme ça il y a des chances que ce soit publié avant la fin du mois)

Electra 24 mai 2021 - 15 h 50 min

ah tu es courageuse ! moi j’ai consacré mon week-end à sortir et il est temps que je repasse par ici 🙂

Sunalee 24 mai 2021 - 18 h 24 min

bah, samedi il a plus toute la journée en continu, et dimanche matin était encore très gris – finalement j’ai pu sortir un peu dimanche après-midi. Et là, lundi fin de journée, il pleut à nouveau à verse…

krol 23 mai 2021 - 9 h 32 min

Moi aussi !

Electra 24 mai 2021 - 15 h 50 min

ouiii

Marie-Claude 25 mai 2021 - 16 h 04 min

Tu le sais à quel point je le veux!

Electra 25 mai 2021 - 18 h 22 min

oui je sais ! il est vraiment magnifique – j’espère qu’ils vont le traduire car c’est une communauté dont on commence à peine à parler or ils représentent un quart de la population américaine …

Mes échappées livresques 27 mai 2021 - 10 h 29 min

Très très tentant! J’espère qu’une traduction verra le jour!

Electra 27 mai 2021 - 11 h 31 min

moi aussi ! sa sélection au National Book Award aura, j’espère, attirer l’oeil d’un éditeur français 🙂

athalie 30 mai 2021 - 8 h 46 min

Je note pour l’année prochaine, d’ici là, on peut espérer que ce recueil soit publié en France !

Electra 31 mai 2021 - 11 h 44 min

Oui je l’espère ! il est tellement beau et bien écrit ! allez au boulot, les éditeurs français !

Les commentaires sont fermés