Cranford · Elizabeth Gaskell

par Electra
4,2K vues

Après Zola, et l’échec de Flaubert, il me fallait trouver une lecture cosy et courte pour enfin concrétiser le Victober challenge, et Cranford m’a sauté aux yeux. Et quelle bonne idée !

J’ai découvert Elizabeth Gaskell l’an dernier et j’avais beaucoup aimé ma première lecture, mais là, je le dis de suite : j’ai adoré ! Elle m’a immédiatement fait penser à ces autrices qui arrivent à parler de la vie quotidienne tout en étant très drôle. Impossible de résister aux portraits de ces femmes essayant de mener une vie selon les règles strictes de l’époque. La fameuse étiquette. Mais les défauts sont là, et les jugements aussi. Et je me suis tellement amusée, mais aussi attachée aux personnages.

La narratrice n’habite pas Cranford mais est régulièrement invitée à passer plusieurs jours, ou semaines chez plusieurs personnes. Elle raconte ici ses séjours et ce qui arrive à toute une série de personnages. Les chapitres sont comme des vignettes, où la narratrice nous présente de nouveaux personnages ou raconte des évènements précis. Elle s’attache à plusieurs personnages, que l’on voit vieillir et même mourir. Certains chapitres sont touchant, comme lorsque son amie brûle les lettres de son passé. A l’époque, la correspondance était le seul moyen de rester en contact. Cette amie est Matty, elle ne s’est jamais mariée même si elle a eu des propositions, et soudainement elle retrouve un ancien prétendant à l’âge de 52 ans. Matty a toujours vécu avec sa mère et sa soeur ainée, Deborah. Elle admire profondément cette soeur ainée, qui a toujours eu une santé fragile mais était selon, la femme parfaite. Intelligente, cultivée. Même si la narratrice note aussi son mauvais caractère et sa tendance à juger.

Miss Jenkins wore a cravat and a little bonnet like a jockey-cap, and altogether had the appearance of a strong-minded woman; although she would have despised the modern idea of women being equal to men.

Il y a aussi Miss Pole, une autre amie. Et puis, il y a les notables, ou l’aristocratie locale – Miss Pole et Miss Matty déclarent ne pas être intéressées par ce genre d’alliances, mais le jour où finalement elles reçoivent une invitation, toutes deux oublient leurs principes. Elles essaient tout le temps de respecter les codes qui sont très importants dans cette société très rigide mais évidemment elles ne sont pas parfaites, et leurs erreurs ou leurs échecs sont très drôles.

I wish he would not go to Paris, said Miss Matilda, anxiously. « I don’t believe frogs will agree with him »

Diff