Hiver à Sokcho · Elisa Shua Dusapin

par Electra
4 commentaires

Je me souviens de l’avoir vu un peu partout lors de sa parution en 2016 mais à l’époque, je n’avais pas été plus attirée que cela.  Mais le revoici, cette fois-ci dans sa version anglaise et il est en train de connaître un joli chemin outre-Atlantique. Du coup, je me suis dit qu’il fallait que je parte à sa rencontre.

Vous allez sourire mais j’ai pensé à Fanny (Mes pages versicolores) en lisant ce roman, j’étais certaine qu’elle avait adoré et du coup j’ai filé voir son billet, et surprise il fait partie de ses chroniques oubliées mais elle a quand même dit quelques mots sur ce livre qui l’a enchanté « par sa pudeur, justesse et son ambiance douce et cotonneuse« .

Je n’ai pas à dire grand chose de plus. D’abord parce que je pense qu’une grande majorité de mon lectorat l’a déjà lu, et parce que beaucoup a déjà été dit sur ce roman. Pour les rares qui comme moi ne l’ont pas encore lu, voici l’histoire en quelques mots de l’éditeur :

À Sokcho, petite ville portuaire proche de la Corée du Nord, une jeune Franco-coréenne qui n’est jamais allée en Europe rencontre un auteur de bande dessinée venu chercher l’inspiration depuis sa Normandie natale. C’est l’hiver, le froid ralentit tout, les poissons peuvent être venimeux, les corps douloureux, les malentendus suspendus, et l’encre coule sur le papier, implacable : un lien fragile se noue entre ces deux êtres aux cultures si différentes. Ce roman délicat comme la neige sur l’écume transporte le lecteur dans un univers d’une richesse et d’une originalité rares, à l’atmosphère puissante.

Je l’ai lu en une fois, car il est très court. L’autrice raconte cette rencontre improbable entre une jeune femme franco-coréenne qui se cherche et ce dessinateur français venu trouver l’inspiration pour son prochain roman graphique. Leur rencontre, compliquée et maladroite va les aider tous les deux à avancer. Il y a toujours cette atmosphère brumeuse, on sent l’odeur de la mer, les étals du marché, le poulpe et le poids des traditions. Et on perçoit les rêves d’émancipation de nos personnages. J’ai aimé l’écriture et particulièrement le dernier chapitre.

C’est beau, et j’ai passé un agréable moment mais j’en ressors sans avoir été bouleversée ou touchée plus que ça. J’ai apprécié ma lecture mais je reste toujours assez imperméable à ce genre de récit. Même si j’ai beaucoup aimé voyager jusqu’à cette Corée frontalière.

♥♥♥

Editions Zoé, 2016, 140 pages

Photo by Daniel Bernard on Unsplash

Related Articles

4 commentaires

Sunalee 29 mars 2022 - 9 h 09 min

J’avais beaucoup aimé de mon côté, tout particulièrement les ambiances.

Reply
Livr'escapades 29 mars 2022 - 16 h 48 min

Toujours pas lu, mais son tour viendra!

Reply
Electra 4 avril 2022 - 11 h 13 min

tu fais partie des rares ! comme moi, prends ton temps !

Reply
Electra 4 avril 2022 - 11 h 12 min

ah oui ? tant mieux ! l’hiver en Corée ..

Reply

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez l'utilisation temporaire de vos données pour ce site.