Paul à la campagne

par Electra
Paul à la campagne

Paul part à la campagne avec sa femme et sa petite fille, rejoignant ainsi son père dans leur maison de vacances familiale. Ce voyage est s l’occasion de se remémorer une partie de son enfance. Et c’est reparti avec Paul !   Le récit autobiographique de Rabagliata  apporte sa touche de nostalgie, comme nous pouvons tous la ressentir lorsque nous retournons sur les lieux de notre enfance. Le talent du dessinateur québécois est de raconter ce moment clé de notre vie par des petites anecdotes qui nous parlent à tous. Comment nous passons à l’âge adulte avec la prise de conscience de la vie, de la mort (comme lorsque leur grand-père tue un animal et quand il tue lui-même un oiseau). Évidemment j’ai pensé à mes étés passés dans notre maison de campagne, de magnifiques souvenirs. Un récit aigre-doux qui m’a, encore une fois, touché.

Son graphisme peut paraitre assez simple mais il suffit amplement au lecteur qui est confronté comme son héros, à toutes sortes d’émotions. Passer du Paul adulte qui retourne sur les lieux de son enfance, à Paul enfant ne pose jamais de souci. On s’identifie tous à lui et puis grandir est une étape essentielle de la vie. Certains étaient pressés de vieillir, d’autres aiment s’appesantir sur le passé. Chacun se reconnaîtra.

J’ai été surprise au départ par son format, bien plus léger que les autres. Mais Paul à la campagne est encore une fois une histoire prenante, dense et riche, et qui parlera à tous. Yves Frémion a raison, Rabagliati est une très bon artisan de la BD : « Un grand auteur qui, s’il ne fera pas mode, restera. »

J’avais emprunté deux autres volumes que j’ai lus dans la foulée (dont le fameux Paul à Québec) et je vois que Marie-Claude a lu le, apparemment, tout dernier volume car l’auteur souhaite passer à autre chose. Je prendrai mon temps pour le découvrir et profiter encore un peu de la magie de Paul.

 

12 commentaires
0

Et pourquoi pas

12 commentaires

Genevieve 19 novembre 2015 - 1 h 22 min

“Paul à la campagne” c’est le plus court, après, tous ses autres ont plus de 100 pages (souvent en haut de 150 et même 200 pages). Ce n’est pas mon préféré, mais je l’aime bien quand même 😉
Je viens de terminer Paul dans le nord. Un coup de coeur! Je te souhaite de nouvelles belles découvertes avec les autres qu’il te reste à lire.

Electra 19 novembre 2015 - 13 h 51 min

Oui, j’en ai déjà lu d’autres (j’avais commencé par le 7ème sans savoir ce qu’il en était) donc j’étais surprise par sa petite taille mais je l’aime bien aussi !
Oui, Paul dans le nord – mais ça doit être triste de savoir qu’il n’y en aura plus.

Hélène 19 novembre 2015 - 12 h 22 min

Je n’accroche pas à cette série…

Electra 19 novembre 2015 - 13 h 52 min

Les goûts et les couleurs ! et puis tu t’intéresses à des ouvrages qui ne me parlent pas du tout mais qui m’interpellent – j’aime bien cet “échange” sans que l’on soit obligé de les lire !
Paul à Québec est truffé d’expressions québécoises, un vrai challenge 😉

Céline 19 novembre 2015 - 15 h 57 min

J’aime beaucoup cette série ! Toujours agréable de tomber sur un exemplaire à la bibli 🙂

Electra 19 novembre 2015 - 16 h 19 min

Oui ! moi je n’ai pas pu résister, je suis partie avec les 3 disponibles 😉

quaidesproses 19 novembre 2015 - 17 h 03 min

Je le note, je crois que ça pourrait me plaire, et surtout, je crois savoir à qui je pourrais l’offrir.
Sache que j’ai hâte de lire ta chronique sur Anne Percin, je ne sais pas où tu en es de cette lecture.
Plein de bisous.

Ps : je viens de supprimer mon article – je voulais qu’il soit “éphémère”, avant de recommencer à publier des chroniques.

Electra 19 novembre 2015 - 17 h 23 min

Oh il était très beau pourtant ! Moi aussi, mes mots me paraissent bien superficiels mais j’aime beaucoup le dessin du Monde.
Pour le livre d’Anne Percin, je n’osais pas t’en parler … je plaisante ! Je l’ai lu (commencé avant et fini “après”) – j’ai la chronique à écrire ..donc je te laisse un peu patienter mais elle ne devrait pas tarder !
Grosses bises !

jerome 19 novembre 2015 - 23 h 06 min

C’est le premier de la série, non ? Paul à Québec est pour moi loin au-dessus des autres. A moins que le tout dernier, que je viens d’acheter, ne vienne le détrôner 😉

Electra 19 novembre 2015 - 23 h 58 min

Oui et non – en fait, Paul est ici déjà en couple et papa d’une petite fille – et en retournant dans la maison familiale, il se souvient de son enfance ..
J’ai lu Paul en appartement qui se situe au moment où il tombe amoureux et emménage avec sa copine, et Paul au Parc se situe quand il a dix ans – donc pour moi c’est lui le “premier”. Si tu veux parler d’années de publication, aucune idée !
Moi je “suis” l’âge de Paul… 🙂
Paul à Québec, je dois publier mon billet – oui il est magnifique ! Pour le dernier volume, je préfère attendre un peu ! J’en ai lu 4 sur 7, enfin 8….

Marie-Claude 20 novembre 2015 - 2 h 30 min

Étonnamment, c’est le seul que je n’ai pas lu. Mais ça ne tardera pas!
Dis-moi, d’où vient cette couleur? Quelques pages au hasard ou l’album complet?

Electra 20 novembre 2015 - 7 h 22 min

Oh bizarre, je n’ai pas pensé à la présence de la couleur, maintenant que tu le dis .. Je ne sais plus, vu que j’ai lu les 3 à la suite mais je crois que c’est tout l’album, ou je me trompe ? Je dois repasser à la bibli demain, s’il est dispo, je regarderai pour vérifier ! Il t’en manque un ? Incroyable 😉

Les commentaires sont fermés