Les Vieux Fourneaux (2 et 3) & Printemps Noir

par Electra
2,8K vues

A croire que Jérôme a des pouvoirs occultes ! Ne m’encourageait-il pas à poursuivre ma lecture des Vieux Fourneaux qu’en allant rendre des livres à la BM, je tombais sur les numéros 2&3 ! Jamais disponibles, les voilà comme par miracle qui m’attendaient…

 

Bonny and Pierrot (volume 2) Les Vieux Fourneaux – Lupano & Cauuet
♥♥♥♥

J’ai lu ces deux volumes à la suite. Et là, magie ! La magie a opéré -il faut dire que les Vieux ont de sacrés idées ! Ainsi ce groupe d’anars parisiens hébergés par une vieille millionnaire farfelue dans son hôtel particulier haussmannien sont en train de mener la révolte. Leur sit-in dans des bars branchés trop bruyants est à mourir de rire ou leur intervention lors d’un meeting de Copé… Et surprise, Pierrot reçoit une enveloppe mystérieuse, pleine de liquide, pour aider à sa cause, signée Anne Bonny ! Qui n’est autre que son amour de jeunesse 😉 Et oui, à l’époque notre Pierrot menait déjà la guerre contre le capitalisme et Bonny était une gauchiste capitaliste dont il était très amoureux mais dont on lui avait annoncé la mort prématurée en Algérie. Panique à bord pour la petite-fille d’Antoine qui ignorait tout de cette histoire – et qui doit tout faire pour stopper Pierrot qui veut absolument retrouver sa belle révolutionnaire !

Cette fois-ci pas une minute de temps mort, les trois compères, Mimile, Antoine et Pierrot sont tous de vrais troublions dont le passé ne cesse de venir leur jouer de sales tours. Wilfrid Lupano et Paul Cauuet signent ici une bande-dessinée relevée, et très très drôle ! Les dialogues sont savoureux (j’adore comment ils s’envoient bouler les uns et les autres) et ces personnages deviennent très attachants.

Éditions Dargaud Benelux,56 pages, 2014

 

Celui qui part (volume 3) Les Vieux Fourneaux – Lupano & Cauuet
♥♥♥♥

J’ai donc enchainé avec plaisir sur les aventures de nos trois compères. Entre le cas de Mimile, qui voit son passé de bourlingueur dans le Pacifique réapparaitre sous les traits d’un vieux schnock irlandais et Pierrot et son fameux collectif anar « Ni Yeux ni Maître » à Paris, le lecteur s’a