The seven husbands of Evelyn Hugo · Taylor Jenkins Reid

par Electra
The seven husbands of Evelyn Hugo · Taylor Jenkins Reid

Il y a parfois des lectures qui sortent de l’ordinaire. J’ai croisé ce roman à plusieurs reprises sur les sites anglophones, sans être particulièrement tentée. Puis par hasard, je l’ai trouvé à la BM au rayon livres en anglais. Curieuse, je l’ai mis dans mon sac. Le soleil, la chaleur et des lectures magnifiques mais éprouvantes, j’ai décidé du coup de le sortir du sac. 

Evelyn Hugo est enfin prête à parler. Mais qui est-elle ? C’est une immense star du cinéma, allant sur ses 80 ans. La femme vit recluse à New York depuis une vingtaine d’années, n’accordant aucune interview. Mais elle vient d’annoncer qu’elle organisait une vente de charités où ses plus belles robes et tenues seront mises en vente. Elle est également prête à accorder une interview à une obscure pigiste d’un magazine mondain, Monique Grant. Pourquoi Monique ? Celle-ci vient de séparer de son époux et sa carrière stagne. Aussi, la nouvelle qu’Evelyn Hugo la réclame met la narratrice dans tous ses états. 

Sa boss l’envoie donc rencontrer Evelyn et une autre surprise de taille l’attend : la star veut que Monique écrive sa biographie. Elle est prête à lui raconter toute sa vie mais sous certaines conditions : elle ne doit pas en parler au magazine et ne la publier qu’après sa mort. Et elle ne compte pas accorder d’interview et encore moins de photos au magazine.

Monique sait qu’il s’agit d’une chance extraordinaire, mais qui risque de lui coûter son job qu’elle a pourtant mis des années à décrocher. Monique accepte en cachant la vérité. Les deux femmes s’installent et Evelyn se confie : son enfance pauvre dans Hell’s Kitchen, son premier mariage et son départ pour la cité des Anges, Hollywood. Ses premiers pas au cinéma, son premier succès mais également sa vie privée et ses célèbres 7 mariages.

Mais Evelyn va plus loin en lui révélant des secrets comme son amitié incroyable avec son agent, qu’elle épousera, ses grands amours dont un, un huitième, qu’elle aura caché à tous pendant toute sa vie. Un amour interdit. Elle se confie aussi sur la naissance de sa fille et son décès prématuré.

Evelyn enlève le masque : la star est une femme, humaine, faillible dont l’ambition dévorante aura laissé des marques. Elle veut que tout soit révélé même ses actes les plus cruels.

Comme Monique, je me suis prise au jeu, aller voir backstage, derrière les lumières, le maquillage. Forcément, si comme mois, vous êtes ou avez été plus jeune fan de ce Hollywood des années 40 et 50, vous aurez envie de lire ce livre. On plonge dans cet Hollywood où tout était calculé, travaillé et faux. Evelyn est un maelstrom d’Elizabeth Taylor, de Rita Hayworth (elle est d’origine cubaine, mais aura caché toute sa vie son héritage) et de Greta Garbo.

Et je me suis fait avoir, ne devinant jamais le dernier rebondissement. Il faut dire que la vie cachée d’Evelyn est un exemple magnifique de la vie de nombreux acteurs et actrices de cette époque, et même récemment.

Un excellent page-turner, mais qui, je ne le cache pas, prenait parfois des tournures de soap opera – un peu trop sucré à en devenir sirupeux car sept mariages c’est du boulot ! Bref, je me suis amusée à lever les yeux au ciel et à me demander ce qui avait bien pu me pousser à le lire. 

L’autre bémol du roman est la forme, il s’agit d’entretiens entre Monique et Evelyn mais ses souvenirs sont trop détaillés – notre mémoire nous joue des tours et personne ne peut se souvenir de dialogues entiers que nous avons tenus pendant plus de 70 ans…  Ou alors, on peut imaginer que Monique a elle-même bouché les trous en ajoutant tous ces détails.

Mais j’ai au final passé un bon moment, et mes actrices préférées ne sont-elles pas Gene Tierney,  Audrey Hepburn et Marilyn Monroe ? Et pour me rassurer, ce roman obtient l’une des meilleures notes sur GR – Bref, ce livre sera mon ovni littéraire de l’année 2018 !

Je pense à plusieurs d’entre vous qui vous êtes aussi offertes des « lectures d’été légères » 😉

♥♥(♥)

Editions Atria Books, 2017, 388 pages

Et pourquoi pas

4 commentaires

Titezef 8 août 2018 - 10 h 57 min

Oui c’est exactement ça… ton Ovni littéraire ! 🤣🤣🤣
Ton résumé est plaisant, mais il me suffit…et pti tu le sais je lis pas l’anglais…😉

Electra 8 août 2018 - 22 h 14 min

il sera probablement traduit car il est très populaire ! mais oui un ovni pour moi !une lecture estivale, sans doute expliquée par la canicule !

Fanny 11 août 2018 - 7 h 29 min

Ton billet est amusant à lire mais le roman ne me tente pas plus que ça.
Ça fait parfois du bien ce genre de lecture estivale !

Electra 13 août 2018 - 13 h 13 min

Merci ! Oui, une première pour moi – oui, il me fallait du léger en temps de canicule !

Les commentaires sont fermés