Une pause BD, ça vous tente ?

par Electra
Une pause BD, ça vous tente ?

De retour avec 3 lectures, j’ai pas mal de titres de côté, une envie de lire à nouveau des bande-dessinées, c’est bon signe !

Zen Pencils – Gavin Aung Than
♥♥♥♥

J’ai trouvé ce roman graphique par hasard au rayon livres en anglais à la BM. L’auteur a choisi d’illustrer en dessins une série de citations très connues, tout en s’amusant à changer de style à chaque planche. J’ai bien aimé la diversité des dessins et la mise en scène de certaines citations très célèbres.

Le livre est en anglais mais sur son blog, l’auteur propose la version française d’une dizaine de citations. Par exemple, le poème préféré de Mandela (Invictus), le célèbre « There are no limits » de Bruce Lee, « Find a job you love » de Confucius. Il s’amuse à créer de petites saynètes avec un coup de dessin très différent à chaque planche. N’hésitez pas à faire un tour sur son blog, après avoir lu tout mon billet bien entendu 😉

J’ignore s’il est facile de se le procurer mais si vous tombez dessus, n’hésitez pas à le feuilleter !

Editions Andrews McMeel Publishing, 2014,176 pages

 

Borges, Le labyrinthe de l’infini – Nicolas Castell et Oscar Pantoja
♥♥♥

Je peux l’avouer ici : je connais très peu de choses sur Jorge Luis Borges, auteur argentin qui vécut en Europe, devint célèbre et perdit la vue. Auteur de nouvelles, son oeuvre emprunte de réalisme magique (ah l’Argentine…) pourrait peut-être me plaire mais comme d’autres grands noms, il m’impressionne. Oscar Pantoja a voulu ici raconter une partie de la vie de Borges, sa première histoire d’amour (un échec), sa détresse, son refuge au milieu des livres (il en parle magnifiquement) et sa cécité progressive. En ressort, un album soigné, dont le dessin et les couleurs sont très travaillés (Nicolas Castell). Mais je dois avouer que j’ai surtout vu ici le portrait d’un homme profondément seul, souvent dépressif et à la limite asocial. Il vit avec sa mère, travaille seul au milieu de ces milliers de livres, communique peu avec ses collègues, incapable de parler des menues choses du quotidien. J’avoue que sa première rupture, lorsqu’il est jeune, m’a peu étonnée vu le peu de dynamisme qu’il dégage ! Et je dois avouer qu’il donne même parfois l’impression qu’au lieu de vous ouvrir au monde, les livres vous en éloignent – mais c’est mon impression. Un roman donc qui m’a troublé.

(Traduction Benjamine des Courtils, et adaptation française Emmanuel Proust)

Editions Nouveau monde graphic, 2017, 144 pages

 

Moi, vivant, vous n’aurez jamais de pause* – Leslie Plée
♥♥♥

(*ou comment j’ai cru devenir libraire) C’est ma quatrième lecture de Leslie Plée, j’ai eu de bons moments et des moins bons mais en gros, j’aime bien la lire. Ce coup-ci, Leslie raconte son tout premier emploi. La jeune femme avait quitté Paris pour Rennes, y retrouver son amoureux. L’appart, le chat, l’amoureux et un premier CDI ! Le rêve, Leslie croit dur comme fer avoir décroché un boulot de librairie. Mais les premiers mois, elle se retrouve manutentionnaire dans un entrepôt, à trier et à étiqueter les milliers de livres. Car Leslie ne va pas travailler dans une librairie indépendante, mais dans une chaîne que j’ai eu pas trop de mal à identifier (le fameux gilet bleu). Mais Leslie résiste et la voilà à raconter l’ouverture et les premières difficultés, un management particulièrement mauvais, des clients pas évidents à gérer et jamais de pause … Leslie a abandonné le dessin pour ce job et au bout de quelques mois, la jeune femme montre les premiers signes du burn-out.

Une lecture agréable, qui m’a apportée quelques sourires, mais il me manque toujours ce petit je-ne-sais-quoi pour aimer encore plus.  Je n’avais pas du tout accroché à Anarchie et Biactol, lui ayant largement préféré L’effet kiss pas cool et Vivre gros et vieux : les clés du succès.

Collection JC Gowsewitch, 2009, 95 pages 

Et pourquoi pas

10 commentaires

Mes échappées livresques 7 septembre 2018 - 12 h 58 min

j’avais bien aimé la BD de Leslie Plée et son sens de l’autodérision!

Reply
Electra 7 septembre 2018 - 21 h 09 min

Oui, ici il fonctionneà merveille – les déconvenues d’un premier job , très loin du job de librairie mais qui lui permit de retourner au dessin pour notre plus grand plaisir !

Reply
Jackie Brown 7 septembre 2018 - 16 h 35 min

Si la traduction en français de Zen Pencils est du même calibre que ce qui se trouve sur le site… Pitié !

Au fait, as-tu vu que Kevin Hardcastle parle de toi sur son blog ? Si oui, félicitations ! Si non, félicitations aussi !

Reply
Electra 7 septembre 2018 - 21 h 10 min

Ah bon ? j’avoue je ne l’ai pas lue, j’ignore qui a traduit son travail … Google ? LOL
Non, je n’ai pas vu cela – je file voir du coup ! Merci pour l’info!
Je vais normalement finir mon billet sur The Break ce week-end, je suis débordée au travail ces temps-ci, du coup je m’endors tôt le soir et je n’ai plus envie d’être devant un ordinateur .. mais il est presque terminé !

Reply
Jackie Brown 8 septembre 2018 - 0 h 18 min

Google aurait fait moins de fautes d’orthographe je pense.

J »ai supposé que tu n’avais pas vu puisque tu travailles beaucoup en ce moment.

OK, je guetterai ton blog pour lire ton billet.

Reply
Electra 10 septembre 2018 - 7 h 06 min

Merci ! Oui, le boulot, la fatigue et donc depuis hier un mal de gorge carabiné ! Je n’ai pas touché à mon ordinateur du week-end. J’espère aller mieux demain !

Reply
Fanny 11 septembre 2018 - 11 h 29 min

Le Borges m’intéresse! J’ai lu Le Livre de Sable qui m’avait beaucoup plu!

Reply
Electra 12 septembre 2018 - 7 h 25 min

Tu vas aimer, je pense – moi ça m’a permis de mieux cerner l’homme (j’ignorais pour sa cécité).

Reply
Jerome 12 septembre 2018 - 12 h 45 min

Pour une fois je passe mon tour sur les trois.

Reply
Electra 13 septembre 2018 - 19 h 48 min

méchant !! LOL

Reply

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez l'utilisation temporaire de vos données pour ce site.