La vraie vie · Adeline Dieudonné

par Electra
La vraie vie · Adeline Dieudonné

J’en aurais mis du temps ! Je l’ai eu entre les mains une première fois, mais je l’ai laissé passer, pas le temps, ni l’envie de le lire alors que la vague l’encensait et puis le Caribou n’avait pas été totalement sous le charme (oui parfois, je l’écoute!) du coup, j’ai attendu. On me le remet dans les mains une deuxième fois, cette fois-ci je me suis lancée…

Premier roman qui met à la première personne une fille, fillette ? Adolescente ? Elle vit dans un lotissement où tous les pavillons sont identiques, sauf le sien, un peu plus grand, plus sec mais plus glacial à l’intérieur. Son seul bonheur : son petit frère Gilles. Sa mère ? Une “amibe” qui ne se passionne que pour ses plantes et ses chèvres. Son père ? Un chasseur de gros gibier qui y consacre une pièce entière, lorsqu’il ne se noie pas dans l’alcool ou devant la télévision. Alors, elle passe son temps dehors avec son frère, à jouer autour des carcasses de voiture ou dans le bois perdu. Et puis un jour, c’est le drame…

Je tape ces lignes alors que je n’en suis qu’à la page 30 et que je découvre la 4C qui confirme déjà un pressentiment.. la manière dont la narratrice évoque son petit frère trahit déjà un évènement fort dans la vie de son frère. Ai-je lu trop de livres ? Mais point de mystère là-dessus. Suis-je suspendue à ses lèvres? Non, d’ailleurs je suis perturbée par son discours, parfois celui d’une adulte et après celui d’un enfant de six ans. Quel âge-a-t-elle ? Ses expressions me gênent et je prends à nouveau de la distance mais j’avoue aussi que le discours adulte dans la bouche d’un enfant m’agace profondément en général.

Je reprendrai cette chronique une fois le livre lu. Aurais-je changé d’avis ? Je l’espère, je viens de voir une blogueuse mettre la note de 5/5 du coup, je lui laisse une nouvelle chance de m’emporter…

Et bien, non. J’écris ces mots longtemps après avoir lu le roman, et j’avoue : je l’avais oublié… Pas bon signe. J’ai fini ma lecture toujours agacée et pressée de le finir. Pas du tout ce que je m’imaginais. Pourtant, elle avait tout pour me plaire cette histoire mais je bute à nouveau sur cette description de l’enfance où la parole ne paraît pas réelle.  Et puis pour être malheureusement familière de ce monde-là, j’ai trouvé certaines réactions peu réalistes, parfois grossières. Du coup, au lieu de me laisser porter par ce début magnifique, je n’ai eu de cesse de prendre de la distance.

Autre bémol :  le choix de faire de cette gamine une surdouée, un effet de mode littéraire. Je suis ravie que ces cours privés soient un bol d’air dans sa vie, mais j’ai eu le sentiment que c’était juste un procédé de l’auteure pour montrer l’incapacité de ses parents d’être admiratifs de leur fille. J’ai déjà vu les mêmes ficelles dans d’autres écrits. Autre bémol qui m’a beaucoup gêné : le personnage de Gilles qui ne semble n’être fait que de deux dimensions, il lui manque une véritable épaisseur. J’ai trouvé le personnage faux, encore une fois créé de toute part par l’auteure pour servir uniquement à mettre le personnage principal en avant. D’ailleurs, parle-t-il ?

Bref, plein de choses, dans les discours et les attitudes des personnages ont fait que j’ai eu envie de finir très vite ma lecture. Je n’ai hélas ressenti aucun plaisir à lire cette histoire.  Comme je le disais au début, notre expérience personnelle ou professionnelle pèse beaucoup dans ce type de lecture, du coup j’en conclus qu’il n’était pas fait pour moi. Pourtant, croyez-moi, j’ai voulu l’aimer ce roman. Du coup, ma déception en est encore plus grande. Mais je suis toujours contente quand un premier roman arrive à tant de succès et permet de mettre en lumière ces enfants de l’ombre et j’ai beaucoup aimé l’auteure (vue dans LGL).

Editions L’Iconoclaste, 2018, 265 pages

©Free-Photos

28 commentaires
1

Et pourquoi pas

28 commentaires

Laeti 10 avril 2019 - 8 h 59 min

ouh làlà, en effet ton billet va à l’encontre de tout ce que j’ai lu à ce sujet. mais il faut tjs se méfier… je l’ai à la maison (offert par Fanny) mais je ne l’ai pas encore lu. Les éléments que tu épingles me déplairaient beaucoup aussi, surtout le langage trop “adulte” et sérieux pour une ado ou une enfant. Bon, je pense que je le lirai quand même pour me faire ma propre idée mais je ne suis pas hyper emballée. “trop de succès, tue le succès”!

Electra 10 avril 2019 - 18 h 30 min

honnêtement, soit je suis passée à côté – peut-être était-ce un choix délibéré de l’auteur de faire parler cet ado ainsi, de raconter l’histoire avec cette distance.. bref, lis-le pour te faire ton propre avis !

Kathel 10 avril 2019 - 9 h 55 min

Merci pour ce billet qui me confirme que je fais bien de laisser passer ce roman, dont les ficelles semblent bien grosses… Trop d’exposition médiatique et quelques bémols lus ici et là m’en avaient déjà détournée.

Electra 10 avril 2019 - 18 h 31 min

à part le Caribou, je n’ai lu que des avis plutôt très positifs du coup, je ne sais pas .. je me dis : pas pour moi ! mais je te rejoins sur les ficelles, sur la mode ces temps-ci … pourtant, il y a du bon, l’accroche est excellente

Ingannmic 10 avril 2019 - 10 h 35 min

Comme Kathel, j’ai laissé passer ce titre dont je n’ai pas entendu beaucoup de bien, et ton avis enfonce le clou !

Electra 10 avril 2019 - 18 h 32 min

je pensais être la seule à ne pas l’avoir lu mais non ! je pense qu’effectivement, il n’est pas “pour tout le monde” comme tous les romans d’ailleurs, et c’est tombé sur moi

keisha 10 avril 2019 - 12 h 58 min

Je n’avais déjà pas envie, là, c’est clair, merci. c’est chouette que tu décortiques ce qui t’a gênée

Electra 10 avril 2019 - 18 h 33 min

de rien ! amusant qu’il ne te faisait pas envie, comme quoi ! moi j’étais curieuse, le premier chapitre m’avait bien plu … une rencontre qui ne s’est pas faite

Jérôme 10 avril 2019 - 13 h 18 min

J’aime bien quand t’aimes pas^^

Electra 10 avril 2019 - 18 h 33 min

ton commentaire m’a fait vraiment rire 🙂 mais je suis tout à fait de ton avis, moi aussi j’adore quand t’aimes pas !

Marie-Claude 10 avril 2019 - 15 h 07 min

Veux-tu bien me dire qu’elle idée que t’as eu de lire ce roman? (Je me doutais bien que c’était celui-ci…). C’était écrit dans le ciel qu’il avait tout pour te déplaire!

Electra 10 avril 2019 - 18 h 34 min

….. désolée ! mais tu l’as lu (et tu n’as pas été très emballée non plus …) j’en sais rien, faut bien que je lise des romans français ou du moins francophones, non ? vivement que Kerninon en publie un autre !

Marie-Claude 10 avril 2019 - 20 h 10 min

Ouais, mais quand même!

Electra 10 avril 2019 - 20 h 36 min

MDR ! oui je sais, tu m’aurais vu râler, j’étais pareille que lors de ma lecture de l’amie prodigieuse LOL

Fanny 11 avril 2019 - 6 h 39 min

Je me doutais aussi que ce roman n’allait pas te convenir. Je l’ai lu et apprécié même si je regrette tout ce battage médiatique autour de lui. J’y ai trouvé quelques bémol mais rien grand chose qui pouvait me faire regretter cette lecture.

Electra 11 avril 2019 - 7 h 11 min

enfin un avis positif – comme je l’ai dit, le début est fantastique et oui, je crois que la surenchère n’est pas toujours une bonne chose surtout pour un premier roman, mais l’auteure est douée et je suivrais ces prochaines parutions. Tu fais partie de la majorité, moi je suis à part 😉

Mes échappées livresques 11 avril 2019 - 10 h 10 min

Je suis loin de l’engouement suscité par ce roman mais j’ai quand même apprécié sa lecture

Electra 11 avril 2019 - 18 h 52 min

tant mieux ! c’est le but quand on lit un livre – j’aurais aimé l’apprécier aussi 🙂

Livreslibres 11 avril 2019 - 11 h 21 min

Et ben ! Déjà que je n’avais pas envie de le lire…

Electra 11 avril 2019 - 18 h 53 min

ah zut ! bon mon avis ne va donc pas te faire changer d’avis ? 😉

Autist Reading 11 avril 2019 - 17 h 38 min

Je m’en suis tenu volontairement à l’écart. Il s’avère que dans le cadre professionnel, il m’a été offert à l’occasion d’une visite à l’entrepôt Fnac mais je dois avouer que cela ne m’a pas encouragé à le lire plus vite. Je ne dis pas non. Mais je reste persuadé que ce n’est pas le moment pour moi. Peut-être un jour…

Electra 11 avril 2019 - 18 h 55 min

oui, peut-être – il a beaucoup d’admirateurs donc mon avis fait partie de la minorité, le tien sera peut être très différent ! Je n’ai juste pas “cru” les enfants, leurs paroles et certains de leurs actes (comment tout pardonner à un père violent parce qu’il pleure en écoutant du Sardou …) il y a des choses qui m’ont bloquées mais peut-être parce que je voulais trop qu’il ressemble à la réalité ? tu vois, c’est pas évident ..

Autist Reading 11 avril 2019 - 19 h 04 min

en même temps, pleurer sur du Sardou…, elle y va fort 😀

Electra 12 avril 2019 - 7 h 10 min

Oui, du coup je me suis aussi dit ça et je suis peut-être passée à côté de son humour ?

Anne 11 avril 2019 - 20 h 40 min

Lethème de la maltraitance est rédhibitoire pour moi et je me tiens bien éloignée de ce livre (dont on a trop parlé à mon goût). Tu viens de lire un livre belge pendant le mois belge 😉

Electra 12 avril 2019 - 7 h 13 min

Mais oui ! Merci ! Super, ravie d’avoir enfin participé même si j’avoue que j’aurais préféré mettre en avant un autre roman ! Pour la maltraitance, je sais que c’est un thème particulier et ici, si le début est pour moi réaliste, ensuite j’ai trouvé des “incohérences” qui m’ont vraiment éloigné du roman, mais peut-être ne voulait-elle pas être fidèle à la réalité, je pense que c’était un effet artistique mais elle m’a perdue à ce moment-là. Sinon, elle a vraiment un style intéressant.

La Rousse Bouquine 19 avril 2019 - 16 h 43 min

Je l’ai personnellement beaucoup aimé ! Dommage, même si je comprends ton point de vue…

Electra 19 avril 2019 - 21 h 10 min

Oui, mais tant mieux pour toi ! chacun son livre ! J’aurais aussi aimé l’aimer!

Les commentaires sont fermés