The White Darkness · David Grann

par Electra
3 commentaires

J’ai déjà lu trois livres de David Grann (ou quatre ?) – j’étais donc sûre d’être en bonne compagnie en lisant son dernier récit. J’ai déniché la version française avec la magnifique couverture ! Impossible de passer à coté de ce sourire.

David Grann a une passion : les hommes qui sont totalement happés par un idéal, une lubie, une passion. Henry Worsley en fait partie. J’ignorais tout de lui, mais à la fin de ma lecture, il est rentré dans mon panthéon des explorateurs. Son obsession ? L’Antarctique.

Le militaire britannique mène une belle carrière mais reste obsédé par les exploits d’Ernest Shakelton qui est parti à l’assaut de l’antarctique – et qui verra un norvégien inconnu lui voler la vedette lorsque ce dernier atteindra le premier le pôle sud. Ernest décidera de tenter autre chose : relier à pied une extrémité du continent à l’autre. Shakelton avait échoué de peu. Worsley décide de lui rendre justice en tentant la même expédition.

Evidemment on peut faire le lien avec Percy Fawcett, l’autre explorateur que David Grann avait décrit dans La Citée perdue de Z. Mais j’ai trouvé l’homme plus attachant. Comme Shackelton qui préféra abandonner et sauver la vie de ses hommes. Une très belle leçon sur laquelle revient Grann. Worsley va enfin réaliser son rêve, une fois à la retraite. Encouragé par sa femme et ses deux enfants. Il va faire l’expédition avec le petit-fils du bras droit de Shackelton.

Si vous n’aimez pas le froid, c’est comme pour l’Everest – passer votre chemin. Il fait froid. Très froid. Le lieu est terriblement inhospitalier.

« Tout le monde a son Antarctique » a écrit Thomas Pynchon.

Le récit est court, les photos magnifiques – j’ai souri en marchant à côté de ces hommes. J’ai rêvé avec eux. J’ai aimé leur esprit. Je n’ai pas lâché mon livre. Et je souligne cette édition magnifique, avec les cartes des expéditions et puis ce choix de couverture. Ce sourire ! Celui d’Henry 🙂

♥♥♥♥

Editions du Sous-Sol, The White Darkness, trad. J-F. Hel Guedj, 160 pages

Related Articles

3 commentaires

Sunalee 10 mai 2022 - 10 h 38 min

J’avoue que les terres arctiques me tentent moins que l’Everest (parce que c’est plat ? je ne sais pas trop) mais quand même, j’ai beaucoup aimé les autres livres de David Grann.

Reply
Ingannmic 10 mai 2022 - 17 h 41 min

Comme la Miss, et j’avais déjà noté ce titre. J’attends sa sortie poche ..

Reply
keisha 10 mai 2022 - 18 h 31 min

Je suis fascinée. je veux le lire (alors que les histoires de montagnes, bah) ^_^

Reply

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez l'utilisation temporaire de vos données pour ce site.