Une pause BD, ça vous tente ?

par Electra

De retour après une très longue pause ! Quand la tête est accaparée, et puis ma médiathèque fétiche pour les bande-dessinées a fermé pour les travaux (heureusement il en reste 6 autres…). Mais je reprends du poil de la bête 🙂 Je suis de nouveau inscrit au Prix Cezam et j’emprunte.

 

Ada – Barbara Baldi
♥♥♥♥

Après mon coup de coeur pour le précédent roman graphique de Barbara Baldi, La partition de Flintham, où le dessin, proche de la peinture, m’avait fasciné, j’avais hâte de la retrouver.

Présentation de l’éditeur : Début du XXè siècle, quelque part en Europe centrale. La jeune Ada vit seule avec son père, un bûcheron aussi rustre qu’autoritaire. Le talent et la curiosité de la fillette pour la peinture ne font qu’attiser la colère et le mépris du père. Consciente que l’affrontement n’est pas une option, Ada fait mine de se soumettre à l’autorité paternelle, pour mieux, secrètement, s’adonner à sa passion. Pour autant, l’orage se prépare au loin et il sera difficile d’y échapper.

Barbara Baldi m’étonne toujours. Elle aime raconter des histoires du passé, en hiver, dans les bois. Le lieu est un personnage à lui seul. L’atmosphère est très importante. Ada a un caractère fort et une volonté d’avoir son destin en main. Une histoire sombre, avec un dessin toujours aussi magnifique. On ne peut que s’attacher à cette jeune femme et à son combat pour son émancipation. Toujours un grand plaisir de la retrouver !

Editions Ici Même, 2019, 120 pages

 

Peau de mille bêtes – Stéphane Fert
♥♥♥

Première lecture dans le cadre du Prix BD, je découvre un auteur qui s’amuse avec nos contes pour les transformer. Et on s’amuse pas mal !

Belle est vraiment très belle et tous les garçons du village la désirent. Rebutée par la perspective d’un mariage qu’elle n’aurait pas choisi,  elle s’enfuit pour se réfugier au plus profond de la forêt. Là, le roi Lucane va la recueillir… puis l’aimer à la folie. Une petite fille va naître de cette union, Ronce, dont la destinée va être profondément bouleversée par la disparition de sa mère…et parce que son père la trouve fort à son goût..

Une histoire fantasque. L’auteur avait, je ne l’ai pas lu, déjà adapté à son goût, l’histoire de Morgane, ici il recommence. Lou, un jeune Prince s’est épris d’une jeune princesse très voluptueuse mais celle-ci a disparu dans la forêt. Il prend son courage à deux mains et s’enfonce dans les bois sombres où des bêtes sauvages l’attaquent et le privent même d’un oeil. Mais le Prince insiste et après avoir traverser un buisson rempli d’épines, il découvre le château d’insectes.. mais à sa grande déception, il n’y trouve qu’une petite vieille, Margot qui prétend être une fée, même si elle fait tout comme une sorcière et s’emmêle souvent les pinceaux … Mais face à l’amour du jeune homme, elle accepte de lui raconter la triste histoire de la princesse Ronce, fille unique du puissant Roi Lucane, seigneur des insectes et des animaux, et de Belle, la plus jolie fille du village voisin….

Ceux qui aiment l’humour décalé seront ravis ! Moi j’ai passé un excellent moment.

Editions Delcourt, 2019, 120 pages

A marée haute – Aurélien Boulé et Pauline Taecke
♥♥♥

Une lecture imprévue mais guidée par l’histoire – car elle se passe à Nantes, chez moi ! Et pour tous les Nantais, elle vous guide à travers l’un de ses quartiers emblématiques : Beaulieu, devenu au fil des ans la très belle Ile de Nantes.  Le scénariste Aurélien Boulé est scénariste, photographe et Nantais. Paul Taecke est l’illustratrice belge qui réussit très bien à dessiner ma ville. L’histoire est touchante et raconte l’évolution de cette île après la fermeture des chantiers navals. Et il y a aussi l’attachement d’un garçon pour sa grand-mère.. Une histoire douce-amère qui touchera beaucoup de monde !

Années 90. Fabrice, douze ans, est le témoin de l’évolution de son quartier, l’île de Nantes, et du vieillissement de sa grand-mère. Tous deux changent et se transforment inexorablement sous ses yeux. Ces événements vont le tirer brutalement de son enfance. Ce récit intime aborde la maladie d’Alzheimer avec la douceur de la nostalgie, à travers les liens forts qui unissent Fabrice, plus vraiment enfant et pas tout à fait adolescent, à sa grand-mère. Les mutations urbaines qui ont bouleversé la ville de Nantes à partir des années 90 accompagnent ce récit d’une vie qui peu à peu s’efface.

Editions Sixto, 2015, 76 pages

Et pourquoi pas

7 commentaires

Aifelle 11 octobre 2019 - 13 h 30 min

J’ai lu Ada ; j’ai trouvé les dessins splendides, mais l’histoire un peu faible et élliptique. Comme dans “la partition de Flintham d’ailleurs.

Reply
Electra 11 octobre 2019 - 23 h 24 min

J’ai eu un vrai coup de coeur pour La partition – ici moins – même si je trouve comme toi le dessin splendide !

Reply
Mes échappées livresques 11 octobre 2019 - 14 h 17 min

Le roman graphique de Barbara Baldi est une merveille! il faut absolument que je lise La partition de Flintham!

Reply
Electra 11 octobre 2019 - 23 h 25 min

Oui ! je l’ai d’ailleurs préféré à celui-ci (et parfois pour le mois d’octobre) ! j’adore son dessin – il m’épate !!!

Reply
Fanny 15 octobre 2019 - 16 h 16 min

Hé bien ce sont trois belles bd que tu présentes! Ada me tente beaucoup.

Reply
Electra 15 octobre 2019 - 20 h 04 min

Merci ! je patiente parfois longtemps pour les obtenir mais ici j’ai eu de la chance ! Ada – le dessin est si beau ! l’histoire devrait te plaire 🙂

Reply
noukette 24 octobre 2019 - 22 h 20 min

Ada est une merveille oui… et j’adore le travail de détournement de Stéphane Fert, il est très fort !

Reply

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez l'utilisation temporaire de vos données pour ce site.